Personnalisez votre mc.be

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales.

Choisissez votre région et personnalisez le site

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales concernant vos avantages, des activités et des nouvelles initiatives.

Votre mutualité

Le développement du goût chez l'enfant

Partager un repas en famille est souvent synonyme de plaisir et de convivialité. Mais, cela peut aussi devenir une expérience difficile lorsqu’il s’agit de sortir des « incontournables » ou d’intégrer au repas de nouvelles saveurs. La construction du goût chez l’enfant est un long processus qu’il convient d’accompagner, en veillant à toujours y associer la notion de plaisir !

L’évolution du goût

L’organe du goût apparaît assez tôt dans la vie intra-utérine, à travers le liquide amniotique. Ensuite, cela se fera par le biais du lait maternel. A sa naissance, le bébé aura donc des préférences alimentaires liées à ces premières découvertes olfactives et gustatives.

De manière universelle, les bébés préfèrent la saveur sucrée au goût amer et acide. Cela aurait une fonction adaptative : d’un côté, l’enfant prend plaisir à consommer le lait maternel (qui est gras et sucré) ; de l’autre, il rejette les aliments amères ou acides (certains aliments toxiques le sont). Ceci explique que la plupart des enfants ont une plus grande attirance pour les aliments riches en énergie et apprécient moins certains légumes/aliments amers (chicons, pamplemousse, artichauts, salade frisée…) et/ou qui ont une forte saveur (fromages forts, poissons, oignons…).

Bien sûr, les goûts alimentaires évoluent au fil du temps et sont souvent influencés par différents facteurs : le contexte socio-culturel, l’environnement familial, la publicité… C’est pourquoi les parents ont un rôle essentiel à jouer dans l’éducation au goût !

Comment inciter les enfants à goûter ?

Quelques moyens simples peuvent être expérimentés :
  • instaurez un cadre propice au repas en famille (contexte accueillant et rassurant pour l’enfant) ;
  • ne vous arrêtez pas au premier refus de l’enfant. Tentez de lui proposer, à plusieurs reprises, le même aliment sans toutefois le forcer ;
  • préparez de temps à autre le repas en famille, en jouant sur les aspects ludiques ;
  • emmenez votre enfant faire des courses avec vous afin qu'il identifie les aliments que vous choisissez pour la préparation du repas ;
  • faites découvrir de nouveaux aliments à votre enfant à l’aide des cinq sens car on mange aussi avec les yeux, le nez, le « toucher »…
  • ne proposez qu’un seul aliment nouveau par repas ;
  • (…).

La néophobie alimentaire, qu’est-ce-que c’est ?

Jusqu’à 18 mois environ, l’enfant goûte assez facilement de nouvelles saveurs. C’est souvent au-delà de cet âge que les choses se compliquent : l’enfant trie son assiette, dit qu’il n’aime pas tel ou tel aliment sans même l’avoir goûté… On parle alors de néophobie alimentaire, période au cours de laquelle l’enfant cherche à avoir le contrôle sur son alimentation.

Il ne faut pas s’inquiéter outre mesure si l’enfant refuse de goûter un aliment inconnu ou un aliment qu’il mangeait jusqu’alors. C’est une période normale de son développement physiologique, qui coïncide avec la phase du fameux « non ». Il est bien sûr possible d’aider l’enfant à dépasser cette peur et à enrichir sa palette des goûts !

Infor Santé, service de promotion de la santé