Personnalisez votre mc.be

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales.

Parcours des dents saines : des conseils et astuces à tous les âges

Choisissez votre région et personnalisez le site

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales concernant vos avantages, des activités et des nouvelles initiatives.

Votre mutualité

Tétine, pouce et compagnie

La succion est un réflexe inné chez les bébés. Elle permet d’assurer l’alimentation par voie orale chez le nourrisson. C’est ce que l’on appelle la succion nutritive.

Une fois les premières dents de lait apparues (première dent vers 6 mois environ), l’alimentation par mécanisme de « succion-déglutition » (ou déglutition infantile) va petit à petit laisser place à la mastication.

Cependant, on observe très souvent chez les jeunes enfants une prolongation de la succion durant encore plusieurs mois (ou années chez certains), aussi bien du pouce que d’une tétine (ou d’un autre objet). Cette forme de succion est appelée la succion non nutritive : elle est pour l’enfant un moyen de réconfort (comme le doudou qu’il emporte avec lui), par exemple lorsqu’il se trouve dans un endroit qui ne lui est pas familier, en l’absence des parents… La succion peut aussi permettre à l’enfant de s’endormir plus facilement. Le maintien d’une déglutition infantile se caractérise par une recherche du contact entre la langue et la lèvre inférieure, soit une succion de la lèvre inférieure.

Conséquences d’une succion prolongée

Cette habitude de succion disparaît le plus souvent d’elle-même entre 2 ans et 4 ans. Il ne sert donc à rien de s’alarmer avant l’âge de 4 ans.

Il arrive cependant qu’elle se prolonge bien au-delà chez certains enfants. Ceci peut alors avoir plusieurs conséquences négatives sur le bon développement des mâchoires et sur le positionnement des dents, avec peut-être des effets au niveau fonctionnel : problèmes de déglutition, de prononciation ou de respiration (respiration par la bouche qui aura aussi des conséquences sur le développement des dents, de la face et du nez).

Comment aider l’enfant à arrêter la succion ?

Que ce soit de la tétine, du pouce ou de tout autre objet, ce qu’il faut avant tout retenir est que la succion procure du réconfort et apaise l’enfant, à des moments où il se sent insécurisé (arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, entrée à l’école maternelle ou primaire…). Les punitions et le sentiment de culpabilité sont donc souvent sans succès : cela génère une tension chez l’enfant. L’envie de réconfort se fera donc ressentir, et par conséquent l’envie de succion.

Le mieux consiste à renforcer positivement l’enfant en l’encourageant et en le félicitant de chaque petit effort. Il se sentira alors valorisé, soutenu et plus serein, capable d’abandonner petit à petit la succion.

Par exemple, l’inciter à vous parler sans sa tétine ou sans son pouce et lui dire qu’alors vous comprenez mieux ce qu’il dit est fort valorisant pour lui. Vous pouvez commencer à motiver l’enfant à limiter le temps et les moments de succion à partir de l’âge de 2-3 ans, sans le brusquer, pour arriver progressivement à l’arrêt total.

Si l’enfant n’a toujours pas arrêté la succion à l’âge de 6 ans, vous pouvez demander conseil à votre dentiste, qui vous proposera des solutions ou de consulter un orthodontiste. Il existe des formes d’appareils qui empêchent de mettre le doigt ou la tétine en bouche.

La tétine, pour ou contre ?

Si l’enfant suce une tétine plutôt que son pouce, il lui sera peut-être plus facile d’arrêter si la succion est toujours présente vers 4-5 ans.

Pour déshabituer l’enfant à la tétine, les parents peuvent décider de ne la lui donner qu’à certains moments (par exemple lors de la sieste ou lors du coucher) et/ou à certains endroits (par exemple : uniquement à la maison). Ce qui n’est pas possible avec le pouce, que l’enfant aura toujours avec lui !

Il existe des tétines dites « physiologiques » : elles sont plus souples et ont une forme qui permet une meilleure adaptation à la forme de la bouche de l’enfant ainsi qu’une respiration par le nez et non par la bouche. Elles permettraient de limiter les déformations des mâchoires.

Même si les effets sur le développement des dents sont moins problématiques avec une tétine, ils ne sont pas complètement absents !

Bon à savoir

  • Evitez d’enduire la tétine de produits sucrés (comme du miel, du sirop, de la confiture…) : bien que cette méthode apaise l’enfant, elle cause souvent de gros dégâts aux dents de lait (douleurs, caries…) qui nécessitent des soins dentaires précoces et souvent difficiles. De plus, l’enfant s’habitue très rapidement au sucre : le sevrage sera rendu encore plus difficile.
  • Si la tétine tombe à terre, lavez-la avec de l’eau chaude, mais évitez de la passer dans votre bouche pour la nettoyer. Vous risquez de transmettre à votre enfant des microbes qui risquent d’attaquer ses dents.

Infor Santé, service de promotion de la santé