Coronavirus COVID-19

Des réponses à vos questions

L'épidémie de Covid-19 entraîne des questions sur les mises en quarantaine, l'indemnisation de l'incapacité de travail, les certificats médicaux...

Quels documents pouvez-vous envoyer par e-mail à la MC pendant la période de confinement ?

Tous les documents liés à votre incapacité de travail peuvent être envoyés par e-mail à votre mutualité régionale (certificats et formulaires tels que certificat médical, feuille de renseignement, document 225 dans le cadre de la charge de famille, etc.).
Ceux-ci doivent être envoyés à l'aide d'un scan ou d'une photo lisible du certificat original.
Voici les adresses e-mail auxquelles vous pouvez envoyer ces documents :

Retour en haut de page

Vous avez été écarté de votre lieu de travail de manière préventive alors que vous ne présentez pas de symptômes du coronavirus ?

Un membre de la famille ou un collègue dépisté positif au Covid-19, un retour au pays d'une zone à risques... Ces situations peuvent déboucher sur une mise en quarantaine à domicile.
Cette mesure ne permet pas une reconnaissance en incapacité de travail et ne donne donc pas lieu à prise en charge par l’assurance soins de santé et indemnités.
Tant les travailleurs salariés que les indépendants sont concernés. Dans ces cas-ci, il ne sert à rien de fournir un certificat médical à son employeur ni à sa mutualité.

  • Si vous êtes salarié et que vous ne pouvez pas prester votre travail à domicile, vous pouvez bénéficier du chômage temporaire pour force majeure, en lieu et place de votre salaire.
    Vous recevrez de l’Onem une allocation de chômage correspondant à 70% de votre salaire moyen plafonné (le plafond salarial est fixé à 2.754,76 € bruts par mois), et ce quelle que soit votre situation familiale. L’allocation journalière est comprise entre 55,59 et 74,17 €. Vous recevrez aussi une indemnité de 5,63 € par jour, toujours à charge de l’Onem. Vous devez introduire votre demande auprès de l'organisme de paiement de votre choix (syndicat ou Capac).
    Plus d'informations auprès de votre syndicat ou sur le site web de l'Onem.
  • Si vous êtes indépendant et que vous ne pouvez pas prester votre travail à domicile, vous pouvez bénéficier de la prestation financière du droit passerelle. Cette indemnité correspond à 1.614,10 € (avec charge de famille) ou 1.291,69 € (sans charge de famille). Vous devez effectuer votre demande à la caisse d'assurances sociales à laquelle vous êtes affilié.
    Plus d'informations auprès de votre caisse d'assurances sociales ou après du numéro d'appel gratuit de l'Inasti : 0800/12.018. 

Retour en haut de page

Vous êtes reconnu en incapacité de travail par votre médecin. Comment la déclarer à votre mutualité et envoyer votre certificat d’incapacité de travail pendant cette période de Covid-19 ?

Nos agences étant actuellement fermés, il n’est plus possible de nous déposer « physiquement » votre certificat complété.

Voici donc les possibilités durant la période de confinement :

  • Soit votre médecin traitant vous envoie par la poste un certificat d’incapacité de travail. Vous devez ensuite transmettre ce certificat complété à votre mutualité par la poste (le cachet fait foi de l’envoi) ou par e-mail (scan ou photo lisible du certificat).
  • Soit votre médecin traitant vous envoie un certificat d’incapacité de travail simplifié (pour faciliter la gestion du quotidien durant cette période, l’INAMI a mis à la disposition des médecins traitants une déclaration d'incapacité de travail simplifiée qui doit être utilisée uniquement suite à une consultation téléphonique en cas de suspicion de Covid-19, pour une personne qui montre des symptômes).
    Le médecin peut compléter digitalement le document et le transmettre par e-mail au format PDF, ou l'envoyer via la poste.
    Le médecin traitant peut également l'envoyer directement à la mutualité. Si ce n’est pas le cas, vous devez envoyer vous-même ce certificat par e-mail à la MC.
    Voici les adresses e-mail auxquelles vous pouvez envoyer le certificat :

Retour en haut de page

Vous êtes hospitalisé pour cause de contamination au coronavirus ?

Que l'hospitalisation ait lieu pour mise en observation préventive ou constatation effective de coronavirus, le travailleur est considéré en incapacité de travail.
Les règles habituelles sont donc toujours applicables sur base de la remise d'un certificat médical : octroi du salaire garanti et/ou d'indemnités d’incapacité de travail (selon la situation et le statut salarié/indépendant).
Si vous sortez de l’hôpital et que vous ne reprenez pas directement le travail, vous devez également faire parvenir à votre mutualité un certificat d’incapacité dans les 48 heures qui suivent.

Découvrez les démarches pour déclarer votre incapacité

Retour en haut de page

Vous êtes salarié et votre entreprise a dû fermer à cause de la crise du coronavirus ? Vous vous demandez de quel revenu de remplacement vous pouvez disposer ?

En tant que salarié, si vous n’êtes pas en mesure d'exécuter votre contrat de travail (ni sur leur lieu de travail ni en télétravail) en raison de la crise du coronavirus, vous pouvez accéder au chômage temporaire pour force majeure. Cette disposition s’applique si vous êtes ouvrier ou employé.
Vous recevrez de l’Onem une allocation de chômage correspondant à 70% de votre salaire moyen plafonné (le plafond salarial est fixé à 2754,76 € bruts par mois), et ce quelle que soit votre situation familiale. L’allocation journalière est comprise entre 55,59 et 74,17 €. Vous recevrez aussi une indemnité de 5,63 € par jour, toujours à charge de l’Onem.
Vous devez introduire votre demande auprès de l'organisme de paiement de votre choix (syndicat ou Capac).

Plus d'informations auprès de votre syndicat ou sur le site web de l'Onem.

Retour en haut de page

Vous étiez absent du travail pour cause de maladie quand votre entreprise a dû recourir au chômage temporaire pour force majeure à cause du Covid-19 ?

Dans ce cas, votre employeur doit vous payer le salaire garanti pour les jours qui précèdent la période de chômage temporaire. À partir du premier jour de cette période de chômage temporaire, vous pouvez faire appel à la mutualité pour bénéficier d’indemnités d'incapacité de travail.
Par exemple : vous êtes ouvrier (14 jours de salaire garanti) et vous tombez malade le 20 mars. Votre employeur commence à vous payer le salaire garanti. Votre entreprise se déclare en chômage temporaire à partir de 23 mars. Vous recevrez donc un salaire garanti pour le période de 20 au 22 mars inclus. À partir du 23 mars, des indemnités d’incapacité de travail pourront vous être payées. Vous devez, pour ce faire, introduire un certificat d’incapacité de travail complété par votre médecin auprès de votre mutualité.

Retour en haut de page

Vous êtes indemnisé par la mutualité et votre employeur est obligé de mettre le personnel en chômage temporaire pour force majeure ?

Tant que vous êtes reconnu en incapacité de travail par votre mutualité, rien ne change pour vous. Si vous êtes incapable de reprendre le travail à la fin de votre certificat, vous devez envoyer un nouveau certificat d’incapacité de travail à votre mutualité (dans les 2 jours, à compter à partir du lendemain de la date de fin de la dernière reconnaissance en incapacité) afin de faire prolonger votre reconnaissance par le médecin-conseil.
Si votre mutualité dispose de votre numéro de GSM, dans les jours qui précèdent la fin de votre période d'indemnisation, vous recevrez de sa part un SMS pour vous prévenir de la situation et vous inviter, en cas de prolongation, à envoyer un nouveau certificat dans les délais.
Si à la fin de votre incapacité de travail, votre entreprise n’a pas repris son activité professionnelle, vous pourrez bénéficier, comme vos collègues éventuels, du chômage temporaire pour force majeure. Adressez-vous à votre employeur ou au service du personnel de votre entreprise pour en savoir plus. Vous devrez introduire une demande d’allocation de chômage temporaire auprès d’un organisme de paiement de votre choix (syndicat ou Capac).

Plus d'informations auprès de votre syndicat ou sur le site web de l'Onem.

Retour en haut de page

Vous êtes indépendant et vous devez interrompre totalement ou partiellement votre activité en raison de la crise du Covid-19 ?

Les travailleurs indépendants contraints d’interrompre leurs activités à la suite des mesures de fermeture prises par le gouvernement ont droit à la prestation financière du droit passerelle pour interruption forcée, et ce pour les mois de mars et avril 2020 (avec possibilité de prolongation si les mesures sont prolongées). Peu importe que l’interruption soit totale ou partielle.
Ainsi, les restaurateurs qui limitent leur activité à la confection de repas à emporter peuvent bénéficier de la prestation financière. Aucune durée minimale d'interruption n'est requise pour ces travailleurs indépendants.

Les autres indépendants ont droit à la prestation financière intégrale en mars et en avril dès le moment où ils interrompent totalement leur activité pendant au moins sept jours consécutifs au cours de chacun des deux mois en raison du coronavirus. La prestation financière mensuelle s'élève à 1 291,69 € bruts sans charge de famille, et à 1 614,10 € bruts avec charge de famille.
La situation familiale est celle qui est déterminée par la mutualité sur la base des données du registre national. Mais aucune attestation de la mutualité n'est requise dans le cas présent. Une déclaration au nom du travailleur indépendant indiquant qu'il a oui ou non au moins une personne à charge suffit.
Vous devez introduire votre demande de prestation financière du droit passerelle auprès de votre caisse d’assurances sociales.

Plus d’infos au numéro d’appel gratuit de l’Inasti, le 0800 12 018, accessible tous les jours ouvrables de 8h à 20h.

Retour en haut de page

Vous exercez une activité autorisée par le médecin-conseil (mi-temps médical) et vous êtes confiné à domicile sans pouvoir travailler ?

Vous recevrez en même temps une allocation de chômage et votre indemnité d’incapacité de travail. La règle du cumul reste d’application. C’est la même chose si vous êtes indépendant et que votre activité autorisée s’effectue sous statut de salarié.
Si vous êtes indépendant et que vous exercez votre activité autorisée sous statut d’indépendant, vous recevrez une indemnité complète de la mutualité dès le premier jour de l’interruption temporaire. Vous ne pouvez pas cumuler cette indemnité avec la prestation financière du droit passerelle. C’est la même règle si vous êtes salarié et que votre activité autorisée s’effectue sous statut d’indépendant.
À noter que si vous êtes infecté par le Covid-19, vous passez alors en incapacité de travail complète et serez indemnisé uniquement par votre mutualité.

Pour plus d'infos, consultez notre page sur le cumul et la réduction des indemnités.

Retour en haut de page

Vous travaillez dans le secteur des soins de santé et vous avez été contaminé par le Covid-19 ?

Vous pouvez prétendre à une indemnisation pour maladie professionnelle si l'infection au coronavirus a été diagnostiquée par le test d’un laboratoire. Renseignez-vous auprès de votre employeur ou de l'Agence fédérale pour les risques professionnels (Fedris) pour savoir si vous entrez dans les catégories de personnels couverts par cette indemnisation.
Vous devez introduire votre demande d’indemnisation auprès de Fedris. Mais vous devez quand même déclarer votre incapacité de travail auprès de votre employeur et de votre mutualité.

Plus d'infos sur le site web de Fedris

Retour en haut de page

Vous aviez un rendez-vous fixé avec un médecin-conseil dans le cadre de votre incapacité de travail ?

Nos agences sont actuellement fermées. En accord avec l'Inami, les rendez-vous avec les médecins-conseils sont maintenus mais les consultations s’effectuent par téléphone. Le médecin-conseil de la mutualité ou un collaborateur paramédical prendra contact avec vous par téléphone au plus tôt le jour avant la date de votre rendez-vous.
Veuillez noter que, pour cette téléconsultation, vous devez vous rendre disponible durant la demi-journée prévue pour la consultation. Le médecin-conseil fera son possible mais ne pourra peut-être pas respecter les horaires prévus de manière stricte.
Nous vous demandons également de rassembler, si possible, les éléments médicaux actuels afin que ce contact téléphonique soit le plus efficace possible.

Retour en haut de page

Vous êtes enceinte, quelles sont les mesures de prévention ou d’écartement au travail ?

Étant donné que les femmes enceintes ne sont à ce jour pas considérées comme un groupe à risque, c’est le médecin du travail (ou le conseiller en prévention) qui décide si vous devez être écartée ou si vos conditions de travail doivent être adaptées dans le cadre de la propagation du coronavirus.
Dans tous les cas, votre employeur est tenu de respecter l’application des règles générales d’hygiène. Il doit prendre toutes les mesures préventives nécessaires pour vous protéger : le placement d’un écran en plexiglas si vous travaillez derrière un comptoir, le nettoyage régulier des surfaces à risque, la mise en place du télétravail (obligatoire dans toutes les entreprises délivrant un service non essentiel), le respect des règles de distanciation sociale, la mise à disposition de poubelles fermées pour le personnel (ex. dans les pharmacies)…
Si vous travaillez dans un milieu considéré comme à risque en temps normal (avec des personnes malades, des jeunes enfants, des substances dangereuses…), votre employeur est tenu de prendre les mesures préventives qui s'imposent dès l’annonce de votre grossesse.

Retour en haut de page

Les soins/examens pré- et post-hospitalisation reportés à cause du coronavirus sont-ils couverts ?

Les soins/examens pré- et post-hospitalisation tombant en dehors des périodes prévues (30 jours et 90 jours) à cause du coronavirus seront couverts par MC Assure sur base d’une simple attestation de l’hôpital précisant le report de l’intervention ou des soins post-hospitalisation.

Retour en haut de page

Voir aussi


Téléchargement