Coronavirus COVID-19

Des réponses à vos questions

La crise sanitaire liée au Covid-19 entraîne de nombreuses questions qui concernent les différentes activités et missions de la MC.

Incapacité de travail



Soins de santé


Vos indemnités seront-elles bien payées pendant la période de confinement ?

Toutes nos équipes sont mobilisées pour garantir la continuité du paiement des indemnité en cas d’incapacité de travail ou de repos de maternité pendant cette période de confinement.
Vous devez cependant être reconnu « incapable de travailler », que ce soit à cause du Covid-19 ou pour un autre motif, par votre médecin traitant. Vous devez ensuite avoir fait les démarches auprès de votre mutualité pour pouvoir recevoir ces indemnités.
Les situations sont diverses mais, en fonction de votre cas (mi-temps médical ou incapacité complète, chômage temporaire, personne isolé ou avec charge de famille, statut d’indépendant ou salarié, etc.), ces indemnités seront calculées par notre service indemnité et vous seront versées.

Pendant la période de COVID-19, certaines personnes reconnues en incapacité de travail peuvent temporairement bénéficier d’une indemnité supplémentaire si leur incapacité a débuté au plus tôt le 1er mars 2020.
Cette indemnité supplémentaire concerne la période du 1er mars au 31 décembre 2020 inclus.

Vous trouverez plus d’informations sur les conditions d’octroi et le montant de cette indemnité supplémentaire pour les salariés et pour les indépendants.

Retour en haut de page

Quels documents pouvez-vous envoyer par e-mail à la MC pendant la période de confinement ?

Tous les documents liés à votre incapacité de travail peuvent être envoyés par e-mail à votre mutualité régionale (certificats et formulaires tels que certificat médical, feuille de renseignement, document 225 dans le cadre de la charge de famille, etc.).
Ceux-ci doivent être envoyés à l'aide d'un scan ou d'une photo lisible du certificat original.
Voici les adresses e-mail auxquelles vous pouvez envoyer ces documents :

Si la mutualité connait votre adresse e-mail, vous pouvez recevoir la feuille de renseignement pour le calcul de votre indemnité par e-mail ou par Doccle et la renvoyer. De plus, en tant que salarié ou chômeur, vous pouvez remplir la feuille de renseignement de manière digitale.

Retour en haut de page

Vous avez été écarté de votre lieu de travail de manière préventive alors que vous ne présentez pas de symptômes du coronavirus ?

Un membre de la famille ou un collègue dépisté positif au Covid-19, un retour au pays d'une zone à risques... Ces situations peuvent déboucher sur une mise en quarantaine à domicile.
Cette mesure ne permet pas une reconnaissance en incapacité de travail et donc pas de prise en charge par l’assurance soins de santé et indemnités. .
Dans ces cas-ci et quel que soit votre statut, il ne sert donc à rien de fournir un certificat médical à votre mutualité.
Cependant, le médecin généraliste délivre un « certificat de quarantaine » aux personnes aptes au travail qui ne présentent pas de symptômes du Covid-19, mais qui ont été en contact à haut risque avec une personne porteuse du Covid-19. Ce certificat de quarantaine implique le respect des mesures d'isolement durant 14 jours.

  • Si vous êtes salarié et que le télétravail est possible, vous serez mis en quarantaine et serez payé par votre salaire. Vous devrez néanmoins transmettre un certificat de quarantaine, complété par votre médecin, à votre employeur.
  • Si vous êtes salarié et que le télétravail n’est pas possible, vous pouvez bénéficier du chômage temporaire pour force majeure.
    Vous recevrez de l’Onem une allocation de chômage correspondant à 70% de votre salaire moyen plafonné (le plafond salarial est fixé à 2.754,76 € bruts par mois), et ce quelle que soit votre situation familiale. L’allocation journalière est comprise entre 55,59 et 74,17 €. Vous recevrez aussi une indemnité de 5,63 € par jour, toujours à charge de l’Onem. Vous devez introduire votre demande auprès de l'organisme de paiement de votre choix (syndicat ou Capac).
    Plus d'informations auprès de votre syndicat ou sur le site web de l'Onem.
  • Si vous êtes indépendant et que le télétravail n’est pas possible, vous pouvez bénéficier de la prestation financière du droit passerelle. Cette indemnité correspond à 1.614,10 € (avec charge de famille) ou 1.291,69 € (sans charge de famille). Vous devez effectuer votre demande à la caisse d'assurances sociales à laquelle vous êtes affilié.
    Plus d'informations auprès de votre caisse d'assurances sociales ou après du numéro d'appel gratuit de l'Inasti : 0800/12.018. 

Retour en haut de page

Vous êtes reconnu en incapacité de travail par votre médecin. Comment la déclarer à votre mutualité et envoyer votre certificat d’incapacité de travail pendant cette période de Covid-19 ?

Nos agences étant actuellement fermés, il n’est plus possible de nous déposer « physiquement » votre certificat complété.

Voici donc les possibilités durant la période de confinement :

  • Soit votre médecin traitant vous envoie par la poste un certificat d’incapacité de travail. Vous devez ensuite transmettre ce certificat complété à votre mutualité par la poste (le cachet fait foi de l’envoi) ou par e-mail (scan ou photo lisible du certificat).
  • Soit votre médecin traitant vous envoie un certificat d’incapacité de travail simplifié (pour faciliter la gestion du quotidien durant cette période, l’INAMI a mis à la disposition des médecins traitants une déclaration d'incapacité de travail simplifiée qui doit être utilisée uniquement suite à une consultation téléphonique en cas de suspicion de Covid-19, pour une personne qui montre des symptômes).
    Le médecin peut compléter digitalement le document et le transmettre par e-mail au format PDF, ou l'envoyer via la poste.
    Le médecin traitant peut également l'envoyer directement à la mutualité. Si ce n’est pas le cas, vous devez envoyer vous-même ce certificat par e-mail à la MC.
    Voici les adresses e-mail auxquelles vous pouvez envoyer le certificat :

Retour en haut de page

Vous êtes hospitalisé pour cause de contamination au coronavirus ?

Que l'hospitalisation ait lieu pour mise en observation préventive ou constatation effective de coronavirus, le travailleur est considéré en incapacité de travail.
Les règles habituelles sont donc toujours applicables sur base de la remise d'un certificat médical : octroi du salaire garanti et/ou d'indemnités d’incapacité de travail (selon la situation et le statut salarié/indépendant).
Si vous sortez de l’hôpital et que vous ne reprenez pas directement le travail, vous devez également faire parvenir à votre mutualité un certificat d’incapacité dans les 48 heures qui suivent.

Découvrez les démarches pour déclarer votre incapacité

Retour en haut de page

Vous travaillez dans le secteur des soins de santé et vous avez été contaminé par le Covid-19 ?

Vous pouvez prétendre à une indemnisation pour maladie professionnelle si l'infection au coronavirus a été diagnostiquée par le test d’un laboratoire. Renseignez-vous auprès de votre employeur ou de l'Agence fédérale pour les risques professionnels (Fedris) pour savoir si vous entrez dans les catégories de personnels couverts par cette indemnisation.
Vous devez introduire votre demande d’indemnisation auprès de Fedris (secteur privé) ou de votre employeur (administrations provinciales et locales). Mais vous devez quand même déclarer votre incapacité de travail auprès de votre mutualité ou de votre employeur.

Plus d'infos sur le site web de Fedris

Retour en haut de page

Vous êtes salarié et votre entreprise a dû fermer à cause de la crise du coronavirus ? Vous vous demandez de quel revenu de remplacement vous pouvez disposer ?

En tant que salarié, si vous n’êtes pas en mesure d'exécuter votre contrat de travail (ni sur leur lieu de travail ni en télétravail) en raison de la crise du coronavirus, vous pouvez accéder au chômage temporaire pour force majeure. Cette disposition s’applique si vous êtes ouvrier ou employé.
Vous recevrez de l’Onem une allocation de chômage correspondant à 70% de votre salaire moyen plafonné (le plafond salarial est fixé à 2754,76 € bruts par mois), et ce quelle que soit votre situation familiale. L’allocation journalière est comprise entre 55,59 et 74,17 €. Vous recevrez aussi une indemnité de 5,63 € par jour, toujours à charge de l’Onem.
Vous devez introduire votre demande auprès de l'organisme de paiement de votre choix (syndicat ou Capac).

Plus d'informations auprès de votre syndicat ou sur le site web de l'Onem.

Retour en haut de page

Vous étiez absent du travail pour cause de maladie quand votre entreprise a dû recourir au chômage temporaire pour force majeure à cause du Covid-19 ?

Dans ce cas, votre employeur doit vous payer le salaire garanti pour les jours qui précèdent la période de chômage temporaire. À partir du premier jour de cette période de chômage temporaire, vous pouvez faire appel à la mutualité pour bénéficier d’indemnités d'incapacité de travail.
Par exemple : vous êtes ouvrier (14 jours de salaire garanti) et vous tombez malade le 20 mars. Votre employeur commence à vous payer le salaire garanti. Votre entreprise se déclare en chômage temporaire à partir de 23 mars. Vous recevrez donc un salaire garanti pour le période de 20 au 22 mars inclus. À partir du 23 mars, des indemnités d’incapacité de travail pourront vous être payées. Vous devez, pour ce faire, introduire un certificat d’incapacité de travail complété par votre médecin auprès de votre mutualité.

Retour en haut de page

Vous êtes indemnisé par la mutualité et votre employeur est obligé de mettre le personnel en chômage temporaire pour force majeure ?

Tant que vous êtes reconnu en incapacité de travail par votre mutualité, rien ne change pour vous. Si vous êtes incapable de reprendre le travail à la fin de votre certificat, vous devez envoyer un nouveau certificat d’incapacité de travail à votre mutualité (dans les 2 jours, à compter à partir du lendemain de la date de fin de la dernière reconnaissance en incapacité) afin de faire prolonger votre reconnaissance par le médecin-conseil.
Si votre mutualité dispose de votre numéro de GSM, dans les jours qui précèdent la fin de votre période d'indemnisation, vous recevrez de sa part un SMS pour vous prévenir de la situation et vous inviter, en cas de prolongation, à envoyer un nouveau certificat dans les délais.
Si à la fin de votre incapacité de travail, votre entreprise n’a pas repris son activité professionnelle, vous pourrez bénéficier, comme vos collègues éventuels, du chômage temporaire pour force majeure. Adressez-vous à votre employeur ou au service du personnel de votre entreprise pour en savoir plus. Vous devrez introduire une demande d’allocation de chômage temporaire auprès d’un organisme de paiement de votre choix (syndicat ou Capac).

Plus d'informations auprès de votre syndicat ou sur le site web de l'Onem.

Retour en haut de page

Vous êtes indépendant et vous devez interrompre totalement ou partiellement votre activité en raison de la crise du Covid-19 ?

Les travailleurs indépendants contraints d’interrompre leurs activités à la suite des mesures de fermeture prises par le gouvernement ont droit à la prestation financière du droit passerelle pour interruption forcée, et ce pour les mois de mars, avril et mai 2020 (avec possibilité de prolongation si les mesures sont prolongées). Peu importe que l’interruption soit totale ou partielle.
Ainsi, les restaurateurs qui limitent leur activité à la confection de repas à emporter peuvent bénéficier de la prestation financière. Aucune durée minimale d'interruption n'est requise pour ces travailleurs indépendants.

Les autres indépendants ont droit à la prestation financière intégrale en mars, avril et mai dès le moment où ils interrompent totalement leur activité pendant au moins sept jours consécutifs au cours de chacun des trois mois en raison du coronavirus. La prestation financière mensuelle s'élève à 1 291,69 € bruts sans charge de famille, et à 1 614,10 € bruts avec charge de famille.
La situation familiale est celle qui est déterminée par la mutualité sur la base des données du registre national. Mais aucune attestation de la mutualité n'est requise dans le cas présent. Une déclaration au nom du travailleur indépendant indiquant qu'il a oui ou non au moins une personne à charge suffit.
Vous devez introduire votre demande de prestation financière du droit passerelle auprès de votre caisse d’assurances sociales.
En tant que conjoint aidant (maxi-statut), vous pouvez normalement bénéficier des mêmes droits qu’un indépendant à titre principal. Renseignez-vous également auprès de votre caisse d’assurance sociale.

Plus d’infos au numéro d’appel gratuit de l’Inasti, le 0800 12 018, accessible tous les jours ouvrables de 8h à 20h.

Retour en haut de page

Comme indépendant, vous bénéficiez du droit passerelle pour force majeure et votre médecin vient de vous délivrer un certificat médical parce que vous avez les symptômes du Covid-19 ?

Vous ne pourrez pas percevoir d’indemnités d’incapacité de votre mutualité pendant la période couverte par cette prestation financière mensuelle.
Prenons un exemple : à la suite des mesures prises par le gouvernement, vous avez arrêté vos activités indépendantes le 18 mars. Vous avez obtenu le droit passerelle et reçu la prestation financière mensuelle de votre caisse d’assurances sociales pour mars et pour avril. Le 14 avril, en raison des symptômes du Covid-19 dont vous êtes atteint, votre médecin consulté par téléphone vous a mis sous certificat médical jusqu'au 15 mai inclus. Vous ne pourrez pas prétendre à des indemnités d’incapacité de travail du 14 au 30 avril puisque vous bénéficiez déjà du droit passerelle. À partir du 1er mai, vous pourrez recevoir des indemnités d’incapacité de travail de votre mutualité durant la période couverte par un certificat médical. Si le droit passerelle était prolongé par le gouvernement en mai, vous n’en bénéficieriez sans doute pas car le cumul des indemnités d’incapacité et du droit passerelle n’est pas autorisé.

Retour en haut de page

Vous étiez déjà reconnu en incapacité de travail et vous exerciez une activité (partielle) autorisée comme indépendant que vous devez interrompre parce que vous êtes sans doute infecté par le Covid-19 ?

Dans ce cas, vous ne pouvez pas prétendre à la prestation financière du droit passerelle pour cette interruption d’activité. Vous serez cependant indemnisé par votre mutualité.
Si vous étiez indépendant en incapacité, vous devez alors avertir votre mutualité via le formulaire simplifié prévu afin de percevoir des indemnités forfaitaires complètes. Vous devrez aussi faire prolonger l’autorisation du médecin-conseil pour la durée pendant laquelle votre activité d’indépendant sera interrompue. Si vous étiez salarié en incapacité, vous devez déclarer l’interruption de votre activité d’indépendant via le formulaire simplifié prévu. Vous aurez alors droit à des indemnités de votre mutualité pendant la période d’interruption. Pour plus d’informations concernant le formulaire simplifié, consultez la FAQ « Comment déclarer une incapacité à votre mutualité et envoyer votre certificat d’incapacité de travail pendant cette période de Covid-19 ? »

Retour en haut de page

Vous exercez une activité autorisée par le médecin-conseil (mi-temps médical) et vous êtes confiné à domicile en chômage temporaire ?

Vous recevrez en même temps une allocation de chômage et votre indemnité d’incapacité de travail. La règle du cumul reste d’application. C’est la même chose si vous êtes indépendant et que votre activité autorisée s’effectue sous statut de salarié.
Si vous êtes indépendant et que vous exercez votre activité autorisée sous statut d’indépendant, vous recevrez une indemnité complète de la mutualité dès le premier jour de l’interruption temporaire. Vous ne pouvez pas cumuler cette indemnité avec la prestation financière du droit passerelle. C’est la même règle si vous êtes salarié et que votre activité autorisée s’effectue sous statut d’indépendant.
À noter que si vous êtes infecté par le Covid-19, vous passez alors en incapacité de travail complète et serez indemnisé uniquement par votre mutualité.

Pour plus d'infos, consultez notre page sur le cumul et la réduction des indemnités.

Retour en haut de page

Vous êtes enceinte, quelles sont les mesures de prévention ou d’écartement au travail ?

Étant donné que les femmes enceintes ne sont à ce jour pas considérées comme un groupe à risque, c’est le médecin du travail (ou le conseiller en prévention) qui décide si vous devez être écartée ou si vos conditions de travail doivent être adaptées dans le cadre de la propagation du coronavirus.
Dans tous les cas, votre employeur est tenu de respecter l’application des règles générales d’hygiène. Il doit prendre toutes les mesures préventives nécessaires pour vous protéger : le placement d’un écran en plexiglas si vous travaillez derrière un comptoir, le nettoyage régulier des surfaces à risque, la mise en place du télétravail (obligatoire dans toutes les entreprises délivrant un service non essentiel), le respect des règles de distanciation sociale, la mise à disposition de poubelles fermées pour le personnel (ex. dans les pharmacies)…
Si vous travaillez dans un milieu considéré comme à risque en temps normal (avec des personnes malades, des jeunes enfants, des substances dangereuses…), votre employeur est tenu de prendre les mesures préventives qui s'imposent dès l’annonce de votre grossesse.

Retour en haut de page

Un congé de naissance, d'adoption ou un congé parental d'accueil non presté en raison du confinement peut-il être prolongé ?

Vous êtes actuellement en chômage temporaire ou vous n'avez pas la possibilité de prendre ce congé suite à une surcharge de travail due au contexte actuel ? Avant tout, il est utile de savoir que vous avez le droit de prendre ce congé (10 jours dans le cas du congé de naissance/paternité) dans les 4 mois à partir de la naissance de votre enfant. La question se posera dès lors passé ce délai si le confinement perdure jusqu'en été. Dans ce cas, le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale devra statuer sur ce point.

Retour en haut de page

Vous devez arrêter de travailler au cours des 6 dernières semaines de votre grossesse ?

À partir du 1er mars 2020, les jours d’incapacité de travail, de chômage temporaire en cas de force majeure (par exemple si vous étiez au chômage suite à la crise Covid-19), ainsi que les jours d’écartement complet du travail durant votre repos de maternité prénatal (constitué de 5 semaines facultatives et d’une semaine obligatoire avant la date présumée de l’accouchement) sont reportables à votre repos de maternité postnatal. Auparavant, les mamans ayant arrêté de travailler pour raisons de santé ne pouvaient pas reporter leur repos prénatal après l'accouchement et ne passaient que 9 semaines avec leur nouveau-né. Désormais, grâce à une nouvelle disposition légale (rétroactive à partir du 1er mars 2020), vous avez le choix de postposer les 5 semaines de repos prénatal facultatif après la période de repos postnatal. Résultat : vous êtes assurée de rester auprès de votre bébé pendant 14 semaines (18 en cas de naissance multiple) après l'accouchement ! En cas de question, n’hésitez pas à contacter un conseiller MC.

Retour en haut de page

Vous avez un rendez-vous fixé avec un médecin-conseil dans le cadre de votre incapacité de travail ?

En accord avec l'Inami, les rendez-vous avec les médecins-conseils sont maintenus, les consultations s’effectuent soit par téléphone, soit physiquement dans certains cas, depuis le 18 mai.

Dans le cas d’un rendez-vous téléphonique, le médecin-conseil de la mutualité ou un collaborateur paramédical prendra contact avec vous par téléphone au plus tôt 3 jours avant la date de votre rendez-vous.
Veuillez noter que, pour cette téléconsultation, vous devez être atteignable durant cette période. Le médecin-conseil fera son possible mais ne pourra peut-être pas respecter de manière stricte l’horaire du rendez-vous prévu. Nous vous demandons également de rassembler, si possible, les éléments médicaux actuels afin que ce contact téléphonique soit le plus efficace possible.

Dans le cas d’un rendez-vous physique au cabinet du médecin-conseil, les convocations sont adressées par recommandé. La consultation se déroule en tenant compte des mesures de sécurité. Ces mesures sont reprises sur le courrier de convocation. Nous comptons sur vous pour les respecter.

Retour en haut de page

Vos soins continuent-ils à être remboursés ?

Tout à fait. Vous pouvez continuer à déposer vos attestations de soins dans les boites aux lettres vertes de la MC. Celles-ci sont toujours relevées et nous veillons à effectuer les remboursements dans les meilleurs délais.

Retour en haut de page

Vous avez des symptômes liés au Covid-19 (problèmes respiratoires, toux, fièvre…) et vous souhaitez consulter votre médecin généraliste ?

Depuis le début de la crise du Covid-19, pour éviter tout risque de contamination, il vous est demandé d'appeler votre médecin par téléphone et de lui signaler vos symptômes. Ne vous rendez pas dans sa salle d'attente ou aux urgences. Le médecin généraliste déterminera par téléphone si vous pouvez rester en convalescence à la maison ou si vous devez aller à l'hôpital. Pour cet avis médical, vous n'avez rien à débourser. Le médecin percevra un honoraire de 20 euros directement auprès de votre mutualité (le tiers payant est la solution préconisée par l'Inami). Il ne peut pas vous réclamer de supplément, même s'il n'est pas conventionné.
Si votre médecin suspecte une infection au Covid-19, il vous délivrera un certificat médical.
Un avis médical peut aussi être donné dans les mêmes conditions par un médecin que vous consultez pendant un service de garde de médecine générale organisé.

Retour en haut de page

Vous souffrez d'une maladie chronique, vous devez consultez votre médecin pour votre suivi médical mais vous ne pouvez pas vous rendre chez lui ?

Il est important de continuer à vous faire suivre par votre médecin malgré le confinement et les mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement fédéral.
N'hésitez pas à le contacter par téléphone pour recevoir son avis et garantir la continuité de votre traitement et de vos soins. Pour cet avis médical, vous n'avez rien à débourser. Le médecin percevra un honoraire de 20 € directement auprès de votre mutualité (le tiers payant est la solution préconisée par l'Inami). Il ne peut pas vous réclamer de supplément, même s'il n'est pas conventionné. Cinq prestations peuvent être attestées ainsi par votre médecin par 30 jours.

Retour en haut de page

Que faire en cas de besoin médical urgent depuis l'étranger ? Quelles sont les conditions pour pouvoir en bénéficier ?

Vous partez en voyage après le 25 septembre 2020 ?


Les voyages non essentiels sont autorisés à destination et au départ de certains pays de l’Union européenne, ainsi que de la Suisse et du Liechtenstein. Actuellement, le SPF Affaires étrangères classe les pays de l'UE, ainsi que le Royaume-Uni et les quatre autres pays de l’espace Schengen (Suisse, Liechtenstein, Islande, Norvège) selon trois zones : verte, orange et rouge. Depuis le 25 septembre, la prise en charge par Mutas est possible pour tous les voyages, y compris vers les zones rouges.
La MC et Mutas comptent sur votre responsabilité et votre bon sens afin de voyager en toute sécurité et de continuer à respecter toutes les mesures de prévention lors de vos déplacements à l'étranger.
Voyager à l'étranger, en particulier dans les régions en zone rouge, peut augmenter considérablement le risque de contamination au Covid-19. C'est pourquoi il reste essentiel de donner la priorité à la sécurité, même en voyage.

Quelle couverture en cas d'infection au Covid-19 sur place ?


Mutas couvre les frais médicaux à l'étranger (voir les conditions). Pour des frais liés à une consultation ou à l’achat de médicaments, conservez tous les reçus et remettez-les à votre mutualité pour être remboursé à votre retour.
Vous êtes admis à l'hôpital ? Contactez Mutas dans les 48 heures.
Si vous devez prolonger votre séjour pour rester en quarantaine à l’étranger, Mutas prend en charge vos frais d'hébergement à partir de la date de retour initialement prévue, ainsi que le retour par vol commercial.
Cette couverture est soumise à conditions :

  • L'infection au Covid-19 doit être avérée (pas de symptômes/suspicions de coronavirus avant le départ à l’étranger).

Attention, Mutas ne supporte pas les frais si vous devez rester en quarantaine à l'arrivée dans le pays, ni les frais liés à des tests de laboratoires exigés par certains pays pour pouvoir pénétrer sur leur territoire. ​

Un membre de votre famille ou un compagnon de voyage ne peut pas rentrer en Belgique en raison de votre maladie ?


Mutas vous aide à trouver une solution.​ La centrale d'alarme est accessible 24h/24 via le numéro +32 2 272 09 00.

Vous êtes parti à l'étranger entre le 15 mars et le 14 juin 2020 ?


Vous n'êtes pas couvert par l'assistance voyage de la MC.

Vous êtes parti à l'étranger entre le 15 juin et le 24 septembre 2020 ?


Du 15 juin au 24 septembre, la prise en charge par Mutas était possible uniquement pour les voyages en zones verte et orange. Les voyages hors Europe n'étaient pas autorisés.
Pour savoir dans quelle zone était situé votre pays et/ou région de destination, il était impératif de consulter les avis de voyage du SPF Affaires étrangères.
Et si la zone changeait de couleur pendant vos vacances ? Exemple : vous êtes parti le 17 juillet en vacances en France. Le 20 juillet, le pays (ou la région où vous étiez) est devenu une zone rouge à la suite d’une reprise de l’épidémie. La couverture de Mutas reste d’application jusqu’à votre retour en Belgique. La date de départ en vacances déterminait en effet si vous étiez couvert durant l’entièreté de votre séjour ou non.
Attention, vous êtes parti le 20 juillet en zone rouge et celle-ci est devenue orange ou verte pendant vos vacances ? Vous n'êtes pas couvert, même si vous avez été soigné au moment où la zone était devenue orange ou verte !

Bon à savoir

  1. Les zones/couleurs risquent d’évoluer fréquemment. Consultez régulièrement le site du SPF Affaires étrangères.
  2. Pour les pays situés en zones orange et rouge, les voyages étaient possibles sous réserve de quarantaine, d'un test ou d'autres conditions (obligatoires ou non).

Vous avez un médicament soumis à autorisation qui arrive à expiration entre le 13/02 et le 30/06 ? Votre médecin n'est plus disponible ?

Pas de problème. Face à la crise, la MC fait le nécessaire. Votre autorisation existante est allongée automatiquement de trois mois. Votre pharmacien pourra s’en rendre compte via son système de consultation d'autorisations.
Si votre autorisation comporte un conditionnement maximal, votre pharmacien tiendra celui-ci à jour.
Ensuite, le médecin pourra simplement prolonger l'accord après écoulement de cet allongement (si applicable) selon les règles habituelles.

Retour en haut de page

Vous prenez quotidiennement des médicaments et vous vous inquiétez de savoir si les médecins de l'hôpital en seront informés si vous deviez être hospitalisé pour le Covid-19 ?

Si vous êtes atteint d'une maladie chronique, disposer d’un schéma de médication complet et à jour est essentiel, non seulement pour les soignants qui s’occupent habituellement de vous mais aussi lors de toute hospitalisation. C’est, en effet, une information précieuse qui soutient la dispensation de soins de qualité en toute sécurité. En l'occurrence, la prise en charge de l’infection Covid-19 nécessite l’administration de médicaments qui peuvent interagir gravement avec votre traitement habituel et même avec des médicaments que vous prenez de votre propre initiative. En outre, il est crucial que vos traitements continuent à être administrés correctement et ne soient pas interrompus.
Dès lors, en cas d’hospitalisation, nous vous recommandons d'emporter le schéma de médication que vous avez reçu de votre pharmacien de référence. Ce document peut vous sauver la vie !
Si vous ne disposez pas d’un schéma de médication à jour, contactez votre pharmacien afin de l’obtenir. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, le schéma pourra être remis, à votre demande, à un proche.
À défaut de schéma de médication, il est nécessaire d’emporter à l'hôpital les coordonnées de votre pharmacien, mais également de les faire connaître à vos proches. Les soignants pourront ainsi plus facilement contacter votre pharmacien.

Retour en haut de page

Avant la crise sanitaire, vous bénéficiez régulièrement de prestations chez le kinésithérapeute ? Vous vous demandez s'il est possible de reprendre le traitement en période de confinement ? Vous vous posez la même question pour le suivi logopédique pour votre enfant ?

Malgré le contexte particulier de la crise du Covid-19, il importe que vous puissiez, en tant que patient, bénéficier dans la mesure du possible de la continuité des soins et ce, indépendamment de toute intervention urgente bien sûr. Mais tout dépend du type de traitement et de suivi dont vous ou votre enfant avez besoin. En tout cas, l'Inami a pris des dispositions pour autoriser la facturation de certaines prestations de santé à distance, sans contact physique. C'est le cas pour des consultations psychiatriques, des soins soutenus en kinésithérapie, des suivis logopédiques et diététiques, des consultations d'ergothérapie, de l'éducation au diabète, des consultations psychologiques de première ligne, du suivi pré et postnatal par la sage-femme… Les mesures varient selon les professions de santé mais plusieurs conditions doivent être respectées pour les consultations ou soins assistés par vidéo :

  • En tant que patient, vous devez consentir à cette prestation à distance et être capable de travailler avec un PC ;
  • la communication doit être sécurisée ;
  • la durée de la prestation doit être réaliste ;
  • le nombre de séances remboursées est limité (afin de garantir la qualité des soins).

Pour chaque prestation à distance, votre prestataire de soins perçoit un honoraire fixe de l'assurance soins de santé, déterminé par arrêté ministériel.
Vous n'avez pas de quote-part à payer sauf pour certaines prestations (ergothérapie, diététique, psychologie de première ligne). Aucun supplément ne peut vous être porté en compte, même si votre prestataire de soins n'est pas conventionné.

Vous trouverez plus d'informations détaillées par type de prestation sur le site web de l'Inami.

Retour en haut de page

Les soins/examens pré- et post-hospitalisation reportés à cause du coronavirus sont-ils couverts ?

Les soins/examens pré- et post-hospitalisation tombant en dehors des périodes prévues (30 jours et 90 jours) à cause du coronavirus seront couverts par MC Assure sur base d’une simple attestation de l’hôpital précisant le report de l’intervention ou des soins post-hospitalisation.

Retour en haut de page

Les centres de dépistage à Bruxelles

Vous habitez la région de Bruxelles et vous souhaitez vous faire dépister ? Vous pouvez retrouver une carte interactive des centres d'accueil ici.

Retour en haut de page

Voir aussi


Téléchargement