Personnalisez votre mc.be

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales.

Choisissez votre région et personnalisez le site

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales concernant vos avantages, des activités et des nouvelles initiatives.

Votre mutualité

Plus d’un million de Belges diabétiques en 2030 ?

Plus de 500.000 Belges souffrent du diabète. Ce chiffre pourrait bien doubler d’ici 20 ans. « Si nous n’adoptons pas, massivement, un mode de vie plus sain, nous risquons d’être confrontés à une épidémie de diabète », souligne Jean Hermesse, secrétaire général de la Mutualité chrétienne (MC). En cette veille de la journée mondiale contre le diabète, la MC demande de faire de la lutte contre l’obésité une priorité.

Entre 2001 et 2011, le nombre de diabétiques est passé de 319.000 à 542.000 en Belgique, soit une augmentation de près de 70 %. Un Belge sur vingt souffre aujourd’hui de cette maladie. Ces données se basent sur la consommation d’antidiabétiques par les membres de la MC.

Cette hausse est observée dans toutes les catégories d'âge, y compris chez les enfants et les jeunes. Elle atteint même un pic chez les enfants de 7 à 12 ans : le nombre de diabétiques y a doublé en dix ans. Près de 10.000 enfants et jeunes de moins de 25 ans souffrent déjà de la maladie. Le diabète s’observe néanmoins principalement chez les adultes : 91 % des diabétiques ont plus de 45 ans.

Le nombre de patients diabétiques augmente chaque année d’un peu plus de 5 %. Si cette tendance perdure, plus d’un million de personnes souffriront du diabète en 2030. « Si nous n’adoptons pas, massivement, un mode de vie plus sain, cette ‘maladie de la prospérité’ pourrait bien prendre des formes de plus en plus épidémiques », indique Jean Hermesse.

La maladie peut affecter considérablement la qualité de vie après un certain temps. Maladies cardiovasculaires, troubles rénaux, affections oculaires et ulcères aux pieds sont autant de complications possibles à mesure que l’âge avance. Le diabète est ainsi la principale cause de cécité.

Mieux vaut prévenir que guérir

La science pointe un certain nombre de facteurs de risque pour le diabète, comme l'hérédité et l'âge, sur lesquels nous n'avons aucune influence. Mais il en existe d’autres sur lesquels nous pouvons agir, comme par exemple, le surpoids, voire l’obésité, ou encore l’accumulation de graisse à la ceinture abdominale et le manque d’activité physique.

Et c’est là que le bât blesse aujourd’hui. Il ressort de la dernière enquête de l’Institut scientifique de Santé publique (ISP) que le nombre d’enfants et d’adultes en surpoids ou obèses n’a cessé d’augmenter en Belgique ces dix dernières années. La situation est particulièrement inquiétante à Bruxelles où le nombre d’enfants obèses a quasiment doublé en dix ans. « Nous encourageons dès lors les membres de la MC à pratiquer une activité physique en intervenant jusqu’à 40 euros dans les frais d’affiliation à un club sportif », déclare Jean Hermesse.

La MC souscrit pleinement aux objectifs santé des autorités en matière d'alimentation et d'activité physique. « Les autorités pourraient cependant inciter davantage la population à pratiquer une activité physique et à se nourrir de manière équilibrée, poursuit Jean Hermesse. Chaque euro investi dans la prévention se traduit par une économie ultérieure de deux euros. » Une telle politique soulagerait fortement le budget des soins de santé. En effet, un peu plus de 2 milliards d’euros sont actuellement consacrés à la prise en charge du diabète. A politique inchangée, ce montant pourrait doubler d’ici 2030 et représenter près de 10 % du budget total des soins de santé.

La MC constate également que le diabète touche de manière plus importante les personnes en milieu défavorisé. En Wallonie et en Flandre, on compte deux fois plus de diabétiques au sein de cette population. Plus alarmant encore, à Bruxelles, ce pourcentage est trois fois plus important. C’est pourquoi la MC réclame des actions spécifiques en santé publique auprès de cette tranche de la population.

La MC participe à des actions de promotion de l’activité physique ainsi qu’à une meilleure alimentation dans les écoles. Elle invite la population à s’informer sur les habitudes de vie saine.

Diverses brochures peuvent être téléchargées sur le site www.mc.be (publications : Diabète. Suis-je concerné ? ; Mangeons bien, Bougeons bien !; Bien dans son sport, bien dans sa tête.)

Plus d'infos