AccueilInfos et actualitésCommuniqués de presseCommuniqués de presse (2013)

La facture de l’hôpital de jour peut encore baisser


C’est ce que révèle, entre autres, le 9e baromètre de la Mutualité chrétienne (MC). Avec son plan en six points, la MC plaide pour une facture de soins supportable pour le patient, dans le cadre des admissions en hôpital de jour et des hospitalisations classiques.

Bruxelles, le 7 novembre 2013. Près de la moitié des interventions hospitalières en Belgique sont réalisées en hôpital de jour. Si le patient est admis en chambre individuelle, sa facture est en moyenne cinq fois plus élevée qu’en chambre commune ou à deux lits. C’est ce que révèle, entre autres, le 9e baromètre de la Mutualité chrétienne (MC). Avec son plan en six points, la MC plaide pour une facture de soins supportable pour le patient, dans le cadre des admissions en hôpital de jour et des hospitalisations classiques.

Les admissions en hôpital de jour ont le vent en poupe. Leur nombre a progressé de deux tiers au cours des dix dernières années : de 900 000 en 2002 à 1,5 million en 2012. Près de la moitié des interventions sont désormais effectuées en hôpital de jour (voir graphique 1 en annexe). « C’est une évolution positive », estime le secrétaire général de la MC, Jean Hermesse, « car le patient peut rentrer chez lui après l’intervention, ce qui apporte davantage de quiétude, moins de stress, et donc de meilleures chances de guérison ». Jean Hermesse ajoute qu’une admission sans nuitée allège la facture du patient et des pouvoirs publics.

Le choix de chambre et le type d’intervention déterminent le prix

La facture d’hospitalisation varie fortement selon que le patient séjourne en chambre individuelle ou en chambre commune. Pour le premier type de chambre, il paie en moyenne 627 euros, contre 119 euros en moyenne dans une chambre commune. Une chambre individuelle s’avère dès lors cinq fois plus onéreuse. Ces cinq dernières années, la facture pour une admission en hôpital de jour en chambre individuelle a même progressé de 8,6% (voir graphique 4 dans le dossier de presse).

Jean Hermesse : « Nous ne pouvons approuver le fait que les médecins et les hôpitaux facturent autant pour une chambre individuelle, alors que le patient n’y passe que quelques heures. Heureusement, les patients ne s’y trouvent que dans 6 % des interventions. » Cet écart tarifaire important s’explique par les suppléments d’honoraires des médecins. Ceux-ci s’élèvent en moyenne à 493 euros pour une admission en chambre individuelle et à 26 euros en chambre commune ou à deux lits (voir graphique 4 du dossier de presse). La MC a observé les mêmes tendances pour les admissions avec nuitée.

Les gens fréquentent essentiellement l’hôpital de jour pour une intervention ophtalmologique (26 %, par ex. cataracte), orthopédique (23 %, par ex. opération d’un tendon du pied) et bucco-maxillaire (19 %). Une intervention ophtalmologique coûte vite 278 euros, alors qu'une intervention orthopédique coûte en moyenne 103 euros. Les interventions gynécologiques (par ex. stérilisation via une intervention sur les trompes), qui représentent 9 % des activités de l’hôpital de jour, sont les deuxièmes plus chères pour le patient, avec une moyenne de 182 euros (voir graphiques 2 et 8 du dossier de presse).

Facture supportable et financement correct

« Pour un séjour dans une chambre commune ou à deux lits en hôpital de jour, le patient paye 3 % de moins que l’an dernier. Les actions et les politiques menées ces dernières années en faveur d’une facture d’hospitalisation abordable portent leurs fruits. Nous voulons aller de l’avant avec ces initiatives et certainement dans le cadre des hôpitaux de jour », déclare Jean Hermesse. La MC plaide pour une facture hospitalière correcte, pour les patients, les médecins et les hôpitaux.

Pour y parvenir, elle propose un plan en six points :

  1. Limiter ou interdire les suppléments d’honoraires pour les chambres communes ou à deux lits en hôpital de jour. C’est déjà le cas pour les hospitalisations avec nuitées, notamment sous l’impulsion de la MC.
  2. Limiter les suppléments d’honoraires à 100 % de l’honoraire officiel pour les chambres individuelles, tant pour les admissions avec nuitée que pour celles de jour.
  3. Limiter l’usage d’implants non remboursables pour lesquels il existe une alternative équivalente remboursée.
  4. Rembourser les médicaments non remboursés, via la solidarisation des coûts entre patients hospitalisés.
  5. Introduire une garantie de facture patient jusqu'à 200 euros pour une admission avec nuitée.
  6. La MC plaide enfin pour un financement correct et transparent des hôpitaux couvrant mieux les soins infirmiers et les autres frais de personnel.

Pour son 9e baromètre hospitalier (PDF), la MC a analysé plus de 2 millions de factures hospitalières de ses membres en 2012.

Plus d’infos

Jean-François Bodarwé, 02 246 57 52 - 0476 40 32 77, jean-francois.bodarwe[a]mc.be

Téléchargement


Voir aussi