AccueilInfos et actualitésCommuniqués de presseCommuniqués de presse (2015)

La spirale sans limite des suppléments d’honoraires à l'hôpital

Les suppléments d'honoraires pour une hospitalisation en chambre individuelle ont augmenté l’an dernier de 6,3 %. Il s’agit de la plus forte hausse depuis que la Mutualité chrétienne (MC) publie son baromètre hospitalier annuel.

Les suppléments d'honoraires pour une hospitalisation en chambre individuelle ont augmenté l’an dernier de 6,3 %. Il s’agit de la plus forte hausse depuis que la Mutualité chrétienne (MC) publie son baromètre hospitalier annuel. Le coût d’une hospitalisation classique en chambre individuelle avec nuitée(s) s’élève en moyenne à 1.461 euros. C’est cinq fois plus cher qu’en chambre double ou commune.

Pour la 11e année consécutive, la MC a dressé son baromètre hospitalier. L'analyse de toutes les factures de ses membres (1,4 million de factures traitées en 2014), lui permet d'avoir une vision rigoureuse et détaillée du coût moyen des hospitalisations.

En chambre individuelle, ce coût a, à nouveau, fortement progressé en 2014, notamment en raison des suppléments d’honoraires. Si le patient opte pour une chambre individuelle, le médecin a effectivement le droit de lui facturer un surcoût pour le traitement. Et ce supplément peut être élevé. Ainsi, le Centre Hospitalier Interrégional Edith Cavell (CHIREC, composé de 6 sites hospitaliers en Région bruxelloise et en Brabant Wallon) facture pas moins de 173 %, en moyenne, de suppléments d’honoraires. En revanche, avec une moyenne de 31 %, l’UZ Antwerpen est beaucoup plus modéré.

En 2014, le montant moyen des suppléments d’honoraires s’élevait à 886 euros. C’est 6,3 % de plus qu’en 2013. « Une évolution inquiétante, estime Jean Hermesse, Secrétaire général de la MC. À titre de comparaison, la hausse annuelle moyenne des suppléments d'honoraires ces 10 dernières années était de 1,3 % ». Il est frappant de constater que la hausse la plus forte concerne les traitements techniques, comme la radiologie ou la biologie clinique. « Pour de tels traitements, les patients ne voient souvent même pas le médecin. On peut donc se demander pourquoi des suppléments d'honoraires sont dus».

Le coût d’une admission en chambre individuelle flambe. Le coût moyen atteint 1.461 euros, contre 281 euros en chambre double ou commune. En additionnant les suppléments d'honoraires, les suppléments de chambre et les tickets modérateurs, c'est 1,2 milliard d’euros que les patients paient de leur poche dans les hôpitaux généraux. Ce montant représente 10 % des rentrées financières des hôpitaux! Aucune amélioration n’est en vue car de fortes augmentations se profilent en 2015 également. Le patient décide aussi plus souvent de séjourner en chambre individuelle et les hôpitaux en aménagent davantage.

La facture risque encore de grimper pour les patients. « De multiples raisons expliquent la forte hausse des prix en chambre individuelle, poursuit Jean Hermesse. Environ 80 % des Belges possèdent une assurance hospitalisation. Celle-ci rembourse en tout ou en partie les suppléments d'honoraires. Les hôpitaux le savent et n’hésitent pas à facturer des montants parfois très élevés. Des suppléments d'honoraires élevés sont par ailleurs, pour certains hôpitaux, une façon d'attirer et de fidéliser les médecins. Mais en raison de l'augmentation des factures, les primes d’assurances hospitalisation partent à la hausse et risquent de devenir impayables pour un grand nombre de personnes. »

Pour mettre fin à cette spirale, la MC plaide pour une réglementation plus stricte des suppléments d'honoraires en chambre individuelle. « En interdisant les suppléments, le coût moyen d’une admission en chambre double ou commune a fortement baissé ces dernières années. Des mesures sont nécessaires pour les chambres individuelles également. Les suppléments d’honoraires doivent être maitrisés, soit via un plafonnement à 100% du barème Inami, soit via une forfaitarisation selon l’acte médical posé. Ils devraient même être interdits pour les traitements techniques. Le nouveau financement des hôpitaux nous offre une occasion unique d’agir à ce niveau. »

Plus d'infos

Téléchargement