AccueilInfos et actualitésCommuniqués de presseCommuniqués de presse (2016)

Sécurité tarifaire chez les logopèdes


Au sein du Comité de l’assurance de l’Inami, un accord définitif vient d’être conclu entre les mutualités et les associations professionnelles de logopèdes au sujet des tarifs 2016. C’est une excellente nouvelle pour les patients : le ticket modérateur qu’ils paient reste en effet inchangé. Par ailleurs, pour certaines pathologies telles que la dyslexie ou le bégaiement, la guidance parentale pourra être remboursée.

Au sein du Comité de l’assurance de l’Inami, un accord définitif vient d’être conclu entre les mutualités et les associations professionnelles de logopèdes au sujet des tarifs 2016. C’est une excellente nouvelle pour les patients : le ticket modérateur qu’ils paient reste en effet inchangé. Par ailleurs, pour certaines pathologies telles que la dyslexie ou le bégaiement, la guidance parentale pourra être remboursée.

Les mutualités et les représentants des logopèdes viennent de conclure une convention pour 2016-2017. « Il était essentiel d’assurer une sécurité tarifaire aux patients, explique Jean Hermesse, Secrétaire général de la Mutualité chrétienne. Elle a été obtenue. En 2016, les séances de traitement seront revalorisées de 1,30 euros de l’heure, sauf les séances qui ont lieu à l’école. Mais cette augmentation sera entièrement prise en charge par l'assurance soins de santé obligatoire. Le patient ne déboursera pas davantage de sa poche que l’an dernier lors des séances chez les logopèdes conventionnés".

Par ailleurs, la convention permettra d'introduire une nouvelle prestation dans la nomenclature en logopédie. Deux préoccupations ont présidé à cette nouveauté : la preuve scientifique (evidence-based medicine) et la position centrale occupée par la thérapie en question dans le traitement logopédique.
Ainsi, pour certaines pathologies, une partie de la guidance parentale fera l'objet d'un remboursement. C’est le cas pour les enfants qui souffrent de dyslexie, de dysorthographie, de dyscalculie ou de bégaiement. Des recherches scientifiques concernant ces troubles ont en effet montré que le traitement est plus efficace si l’enfant est soutenu dans sa rééducation par ses parents. Et en définitive, moins de séances de traitement sont même nécessaires.
Par ailleurs, les traitements pour les patients avec un syndrome d’enfermement seront désormais remboursés à vie. Pour certaines pathologies et dans certaines situations, il sera aussi possible d’obtenir un remboursement lors d’une rechute.

Pour concrétiser ces avancées, le nombre maximum de séances remboursées en logopédie diminuera, sauf pour les troubles de la voix ou de l'audition, la dysphasie et les troubles chroniques de la parole. La réduction du nombre de séances est basée à la fois sur l'évidence scientifique et sur la consommation actuelle. Jean Hermesse commente : « Grâce à l’approche qualitative des logopèdes et à l’accompagnement parental supplémentaire, nos membres bénéficieront d’un bon traitement à un tarif correct ».

En attendant que cette réforme se concrétise de manière légale, les tarifs 2015 continuent de s’appliquer.

Plus d'informations

Jean-François Bodarwé - Responsable presse MC - jean-francois.bodarwe@mc.be – 0476 40 32 77