AccueilInfos et actualitésCommuniqués de presseCommuniqués de presse (2016)

Manifestation contre le TTIP et le CETA


Le 22 septembre sera une journée cruciale. A cette date, les ministres européens du commerce décideront s’ils donnent ou non leur bénédiction à l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (CETA). Les mutualités belges appellent les autorités fédérales et régionales à ne pas signer cet accord.

Le 22 septembre sera une journée cruciale. A cette date, les ministres européens du commerce décideront s’ils donnent ou non leur bénédiction à l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (CETA). Les mutualités belges appellent les autorités fédérales et régionales à ne pas signer cet accord.

Depuis plusieurs années déjà, les mutualités belges suivent d’un oeil méfiant les dossiers relatifs aux accords de libre-échange. Tant entre l’UE et les États-Unis (TTIP) qu’entre l’UE et le Canada (CETA), ces accords posent question. Que craignons-nous ?

  • Une privatisation et une commercialisation accrues des soins de santé et des services sociaux, qui pourraient conduire à une perte d’attention pour les patients ainsi qu’à des soins de santé moins accessibles et de moindre qualité.
  • Une flambée des prix des médicaments et des soins de santé.
  • Une moindre compétence des États membres pour suivre leur propre politique en matière de soins de santé, de prévention et d’assurance maladie, et une plus grande influence des multinationales sur la réglementation.
  • Une alimentation de moindre qualité, une hausse de la consommation d’alcool et de tabac et des standards revus à la baisse pour les produits chimiques, soit autant d’éléments susceptibles de mettre en danger notre santé, notre sécurité en tant que consommateurs et notre environnement.

Le gouvernement fédéral a-t-il tout mis en oeuvre pour s’assurer que les 1.600 pages du CETA ne portent pas préjudice à nos soins de santé ? Le gouvernement fédéral peut-il le garantir ? Nous lui demandons dès lors de ne pas signer le CETA.

En outre, nous demandons au gouvernement fédéral et aux gouvernements des entités fédérées de porter un regard plus critique sur les négociations relatives au TTIP et de faire primer les intérêts des citoyens sur les intérêts économiques. Ils doivent exiger que l’on ne touche pas aux services publics et sociaux, à la protection sociale et aux soins de santé.

Opposition croissante

L’inquiétude et les doutes sur les accords de libre-échange prennent de l’ampleur en Europe. Plus tôt cette année, le parlement wallon a déjà fait savoir qu’il s’opposait au CETA. Récemment, le chancelier autrichien a adopté la même position. En Allemagne, selon le vice-chancelier et ministre de l’Économie Sigmar Gabriel, les négociations avec les États-Unis sur l’accord de libre-échange TTIP sont un échec. Le ministre français du Commerce, Matthias Fekl, a pour sa part demandé l’arrêt des négociations sur le TTIP. Nous saluons l’attitude plus critique à l’égard de l’accord de libre-échange avec les États-Unis, mais rappelons que sur certains points, le CETA rend le TTIP superflu. Les firmes américaines qui possèdent une filiale au Canada peuvent, via le CETA, recourir au système des juridictions internationales (ICS).

Les citoyens, les organisations de la société civile et des politiciens se préoccupent donc des éventuels dommages que pourraient entraîner ces accords de libre-échange. Leur méfiance s’explique notamment par l’opacité des négociations et par la trop grande importance accordée aux aspects économiques des accords. Une attention insuffisante est portée aux éventuels ‘dommages collatéraux’ de ces accords notamment, dans les soins de santé, les services sociaux et l’environnement.

Manifestation

Pour appuyer ces préoccupations, les mutualités et d’autres organisations de la société civile ont décidé d’unir leurs forces et d’organiser, le 20 septembre prochain, un National Stop TTIP & CETA Day. Un signal fort est à présent nécessaire : les ministres européens se prononceront le 22 septembre sur le CETA. Nous allons donc nous réunir le 20 septembre 2016 à 16h30 à la rue des deux Églises pour une manifestation nationale qui traversera le quartier européen à Bruxelles, avec d’autres organisations de santé et les organisations de terrain d’autres secteurs.

Plus d'informations :

Plus d'informations

Jean-Pierre Descan, directeur Affaires internationales à la MC, tél. 0476/28.02.62

Collège intermutualiste national (CIN)