AccueilInfos et actualitésCommuniqués de presseCommuniqués de presse (2017)

8 des 10 médicaments les plus remboursés sont liés à notre mode de vie


Un environnement plus sain, des politiques proactives et des modes de vie adaptés peuvent réduire sensiblement la consommation de 8 des 10 médicaments les plus remboursés. C’est une des conclusions du nouveau top 10 des médicaments de la Mutualité chrétienne (MC). Ces dix médicaments représentent 1,7 milliards d’euros, soit 64% de la totalité des remboursements dans les pharmacies en 2016.

Parmi les dix médicaments achetés en officines (hors hôpitaux) les plus remboursés en 2016, on retrouve : les antihypertenseurs, les antiacides, les anticholestérols, les antiviraux, ou encore les médicaments pour lutter contre les infections obstructives des poumons (voir annexe pour un détail complet). « La consommation de huit de ces dix médicaments est liée, pour une part non négligeable parfois, à nos (mauvaises) habitudes de vie mais aussi à un contexte, un environnement qui est loin d’être favorable. » note Jean Hermesse, secrétaire général de la MC.

Ces 8 médicaments dont la consommation est liée à notre mode de vie représentent 1,17 milliards d’euros, soit près de la moitié de tous les remboursements de médicaments vendus en pharmacie ! L’INAMI a remboursé pour plus de 2,6 milliards d’euros de médicaments d’officines en 2016.

Le tabac, première cause de BPCO

La première cause de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est le tabagisme. 90% des patients sous traitement médicamenteux contre la BPCO sont d’anciens (gros) fumeurs. « Sans tabac on peut réduire sensiblement la consommation de traitements contre la BPCO. Mais décrocher de la cigarette est difficile. Raison de plus pour créer un contexte favorable avec, par exemple, des accises sur le tabac réellement dissuasives, l’interdiction de publicité sous quelle que forme que ce soit et l’interdiction de vente à des jeunes de moins de 18 ans avec l’espoir de voir émerger une génération sans tabac.» propose Jean Hermesse. Les traitements contre la BPCO arrivent en sixième position dans le top 10 de la MC avec près de 162 millions d’euros de remboursements INAMI.

L’obésité à l’origine de 80% des diabètes de type 2

Autre exemple très parlant. En Belgique, environ 600.000 personnes souffrent du diabète dont 90% d’un diabète de type 2. La maladie se traite par médicaments notamment. L’INAMI en a remboursé pour plus de 167 millions d’euros en 2016. Or, 80% des diabètes de type 2 sont liés à l’obésité (indice de masse corporelle égal ou supérieur à 30). Clairement un mode de vie plus sain, une alimentation équilibrée, de l’activité physique permettraient d’en réduire la prévalence. Mais l’environnement dans lequel évolue le patient joue, ici aussi, un rôle prépondérant. « Dans le cadre du diabète, l’enseignement d’une bonne hygiène de vie doit être renforcé. Une mention simple et claire des teneurs en sucres de même que des graisses et du sel, doit être imposée sur les aliments, via un système de codes couleurs par exemple. Mais là encore, ce n’est pas entre les mains des patients. » précise Jean Hermesse.

Adopter de nouvelles habitudes de vie, augmenter son activité physique, avoir une alimentation équilibrée… Nous pouvons toutes et tous agir pour notre santé. La MC propose d’ailleurs à ses membres un large éventail de conseils, d’accompagnements et d’avantages santé dans des domaines extrêmement variés : diététique, sport, tabagisme, santé mentale…

« La MC est une mutualité santé. Nous mettons en œuvre un maximum d’initiatives dans le domaine de la prévention et de l’accompagnement de nos membres sur le chemin des bonnes habitudes de vie. Mais on le voit, une approche réellement efficace inclut la promotion d’un environnement favorable à ces habitudes de vie. Et le plus souvent, les autorités sont aux commandes à ce niveau. Pour sa part, la MC continuera de soutenir, voire initiera, toute politique allant dans ce sens. D’autant que comme le souligne un tout récent rapport de la Commission européenne, ce sont en général les personnes à faible niveau de revenus et/ou d’éducation qui sont le plus à risque quand on parle de maladies liées à nos modes de vie. » conclut Jean Hermesse.

Une large part de l’information santé de la MC est disponible dans notre rubrique Votre santé.

Annexe

Pour plus d'informations

Téléchargement


Voir aussi