AccueilInfos et actualitésCommuniqués de presseCommuniqués de presse (2018)

La Mutualité Chrétienne solidaire


Depuis avril 2018, dans la région liégeoise, les parents d’une petite fille de 5 ans subissent une série d’événements particulièrement angoissants. Cette dernière est tombée gravement malade suite, fort probablement, à l’ingestion de viande mal cuite ayant engendré une maladie rare, le Syndrome Hémolytique et Urémique. Seule possibilité pour les parents : se rendre en urgence en France afin qu’elle puisse bénéficier d’un traitement innovant, indisponible en Belgique. L’état de santé de leur fille s’améliore mais, à leur retour en Belgique, le stress de la maladie laisse place à la découverte de factures de plus de 80 000 euros. La Mutualité Chrétienne (MC) ne peut rembourser directement ces factures en l’état, et utilise toute son expertise et active toutes les procédures possibles pour leur venir en aide.

Pourquoi l’organisme assureur ne rembourse pas directement ?

En Belgique, les organismes assureurs, comme la MC, ont l’obligation de respecter strictement les règles de l’assurance obligatoire soins de santé et invalidité. Parmi celles-ci : ne pas rembourser les traitements innovants qui ne sont pas reconnus en Belgique. En effet, l’efficacité thérapeutique des traitements innovants doit être validée par une commission d’experts, la Commission de remboursement des médicaments . Et il existe des procédures spécifiques pour ces traitements innovants en vue de leur accréditation.

« Contrairement à ce qui a été déclaré dans certains médias aujourd'hui, la MC n’a pas la possibilité de choisir, de son propre gré, de rembourser ou pas des traitements innovants. Cela outrepasserait notre rôle en tant que garant de l’application de l’assurance maladie invalidité », explique Jean Hermesse, Secrétaire général de la MC. « Et soyons clairs, aucun organisme assureur n’a la possibilité de déroger à ces règles ».

Quelles solutions pour les parents ?

Pour les personnes souffrant d’une affection très grave et pour certaines prestations médicales qui ne sont pas remboursées et qui sont particulièrement coûteuses, un Fonds spécial de Solidarité existe à l’INAMI. Il s’agit d’un filet de protection supplémentaire de la couverture «ordinaire» de l’assurance obligatoire soins de santé. Après s’être assurée que toutes les conditions sont réunies, la MC met tout en œuvre pour leur transmettre le dossier complet afin de solliciter ce fonds.
En outre, la MC veille à accompagner les parents dans la recherche de solutions. Elle a entrepris d’autres démarches, notamment avec son service social. Ainsi, depuis plusieurs semaines, en parallèle des démarches auprès de l’INAMI, la MC analyse plus largement la situation afin d’activer des mécanismes connexes à l’assurance maladie invalidité et ainsi aider au mieux cette famille. Des contacts réguliers ont cours avec eux.

« Le dossier n’est donc en aucun cas clôturé au sein de la MC, et nous n’avons pas l’intention de le clôturer en l’état. Les démarches suivent leur cours. Ces procédures, sur ce dossier complexe, exigent du temps et doivent suivre un cheminement en toute sérénité. De plus, nous tenons à clarifier la situation pour ne pas ajouter à la situation plus d’incertitude et de stress pour les parents. Nous sommes évidemment conscients et sensibles au décalage entre l’urgence du vécu de la famille et la froideur des procédures. C’est pourquoi nos équipes font un important travail de fond avec professionnalisme et proactivité. », ajoute Jean Hermesse.

Pour plus d'informations :
Elodie Debrumetz – responsable presse – elodie.debrumetz@mc.be – 0497 23 67 67