Personnalisez votre mc.be

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales.

Choisissez votre région et personnalisez le site

En sélectionnant votre mutualité régionale, vous personnalisez le site avec des informations régionales concernant vos avantages, des activités et des nouvelles initiatives.

Votre mutualité

Le partage informatisé des données médicales

Le gouvernement vient de lancer un vaste programme d'informatisation des échanges dans le domaine de la santé sous le thème de l' « e-santé ». Il vise à intégrer les nouvelles techniques de communication pour la transmission des données médicales, administratives et financières entre tous les acteurs du système de soins de santé. Ces projets, qui se développeront jusqu'en 2018, modifieront et faciliteront les rapports entre les acteurs des soins de santé, y compris avec les patients. Ils donneront à ces derniers l'opportunité d'être davantage acteurs de leur santé.

Ces projets ont pour objectif principal de permettre un meilleur échange des informations médicales entre les différents prestataires de soins tels que le spécialiste d’un hôpital, le médecin généraliste, le personnel paramédical… jusqu’au pharmacien. Pour que cela fonctionne, au moins deux conditions : harmoniser l’encodage des informations par les professionnels et obtenir l’accord des patients sur l’échange de leurs données médicales confidentielles.

Une campagne sur ce consentement éclairé est en cours depuis quelques mois et près de deux millions de Belges y ont déjà adhéré à ce jour. Elle invite chacun à signifier son accord pour que ses informations médicales soient accessibles dans tout le pays aux prestataires avec lesquels il a une relation thérapeutique. Cette formalité peut s’effectuer sur Internet (PatientConsent, Réseau Santé Bruxellois, Réseau Santé Wallon) ou dans une agence de la Mutualité chrétienne. Cette inscription autorisera les professionnels de la santé à prendre connaissance d’une série d’informations concernant leurs patients : prise de sang, radiographie, prescription de médicaments, allergies, antécédents médicaux… À noter aussi que, grâce à la carte d’identité électronique du patient, les médecins auront accès aux différents droits du patient comme l’intervention majorée (BIM), le maximum à facturer (MAF), ou un meilleur remboursement si le patient a un dossier médical global (DMG).

Tout ça pour quoi ?

Grâce à ces développements informatiques, chacun aura accès à ses propres données informatisées via Internet : données administratives, remboursements de soins, données médicales personnelles… Sur la plateforme dédiée, des informations supplémentaires pourront être ajoutées telles que celles des mutualités, celles de la Banque-carrefour de la sécurité sociale ou d’autres données pertinentes comme les déclarations de volonté du patient en matière de don d’organe ou d’euthanasie. À l'avenir, lorsque les différents programmes auront été implémentés, chacun pourra avoir accès aux données médicales essentielles reprises dans son dossier. L'e-santé peut contribuer à l'amélioration et à l'efficacité des soins. Ainsi, grâce à l'accès aisé, systématique et plus fiable aux informations du dossier médical du patient, on pourra éviter la répétition de certains examens tels que les analyses de biologie clinique, ou de radiographies. L'accès aux informations médicales essentielles sera facilité, comme les allergies ou l'incompatibilité entre certains médicaments. Cette avancée technique peut donc aussi améliorer les soins du patient et éviter peut-être des soins non opportuns.

Ces échanges informatisés réduiront également de manière importante la circulation de papiers. En principe, le patient ne recevra plus d'attestation de soins de son thérapeute et ne devra plus non plus la faire parvenir à la mutualité. Celle-ci la recevra par voie électronique. Comme il n'y aura plus d'attestation de soins, le médecin devra remettre au patient un reçu, c’est-à-dire un récapitulatif, mentionnant de manière synthétique les soins procurés et le montant payé. Ces mêmes informations figureront dans l'envoi électronique destiné à la mutualité.

Enfin, toutes les prescriptions de médicaments, de traitements, et les accords des médecins-conseils seront également consultables de manière électronique, facilitant ainsi un accès sécurisé et correct des prescriptions.

L'e-santé, en permettant la communication sécurisée des données médicales, administratives et financières, peut vraiment être un plus pour tous les acteurs des soins de santé, et en particulier pour le patient. Les mutualités soutiennent ces développements informatiques. Mais les changements organisationnels pour les prestataires, les mutualités et les patients seront très importants. Une mise en oeuvre progressive, accompagnée et concertée est une condition essentielle pour la réussite de ce programme très ambitieux.

Elisabeth Degryse, Secrétaire nationale