AccueilQue faire en cas de...Maladie ou accidentIncapacité de travailVos principales questions

Trajet de réintégration


Au plus tard deux mois après avoir reçu votre déclaration d'incapacité de travail, le médecin-conseil fait une première analyse sur base de vos données médicales disponibles à ce moment-là.

Au plus tard deux mois après avoir reçu votre déclaration d'incapacité de travail, le médecin-conseil fait une première analyse sur base de vos données médicales disponibles à ce moment-là.

Le but de cette analyse du médecin-conseil est de repérer le plus tôt possible les personnes dont l’évolution de l’état de santé permettra d’envisager et planifier une reprise du travail dans le cadre d’un plan de réintégration, éventuellement avec des adaptations, en concertation avec le médecin du travail.

Il n’est pas question de remettre tout le monde au travail sans distinction !

Plusieurs cas sont possibles :

  • un certain nombre de personnes reprennent spontanément le travail au plus tard après 6 mois d’incapacité, aucune intervention n’est donc envisagée par le médecin-conseil ;
  • pour les personnes souffrant d’une maladie grave, et qui seront en incapacité de travail de longue durée (ou peut-être même définitivement), la question d’un plan de réintégration ne se pose pas ;
  • la personne ne peut reprendre momentanément le travail parce que la priorité doit être donnée au diagnostic ou au traitement médical : le médecin-conseil réévalue la situation tous les deux mois. Un plan de réintégration n'est donc pour le moment pas encore à l'ordre du jour ;
  • la personne est capable de reprendre le travail, parfois avec des adaptations. Dans ce cas, un trajet de réintégration est initié avec elle, en concertation avec le médecin du travail et le médecin traitant.

Concrètement, comment ça se passe ?

Vous avez un contrat de travail

Le trajet impliquera votre médecin généraliste, votre employeur, le médecin du travail, le conseiller en prévention de l'entreprise… et vous ! Le médecin-conseil de la mutualité fera un suivi régulier. L'intention est de vous permettre de retrouver votre poste de travail ou de reprendre une activité professionnelle chez votre employeur (ou ailleurs), de manière progressive et/ou adaptée. Ce trajet peut aussi déboucher sur une activité autorisée ou sur une réadaptation professionnelle.

Vous n’avez pas de contrat de travail

En fonction de votre situation médicale, le médecin-conseil évaluera l’utilité d’un trajet de réintégration; le cas échéant, il le démarrera avec vous. L'intention est de déboucher :

  • soit sur un emploi qui correspond à vos capacités de travail restantes dans votre métier ou dans votre formation initiale,
  • soit sur un emploi adapté à vos capacités. Un plan de réadaptation professionnelle ou une activité autorisée peuvent, dans ce cas, figurer au centre du trajet de réintégration.
Pour plus d’informations, consultez la section sur « Le médecin-conseil », contactez votre conseiller mutualiste ou notre centre d’appels gratuits au 0800/10 9 8 7.

Questionnaire en ligne

La législation impose au médecin-conseil d'examiner le dossier médical du travailleur deux mois après qu'il ait déclaré son incapacité de travail à sa mutualité. Dorénavant, vous serez invité par mail ou courrier à remplir un questionnaire en ligne.

Ce questionnaire, identique pour toutes les mutualités, doit aider le médecin-conseil à évaluer vos possibilités de réintégration en fonction de votre état de santé. Une liste de 15 questions aborde la santé, la situation et les relations au travail. Il vous est aussi demandé d'estimer vos chances de retour au boulot. Sur la base des réponses fournies, le médecin-conseil peut élaborer des directives personnalisées afin de prévenir, dans la mesure du possible, une incapacité de longue durée. Les réponses au questionnaire sont destinées exclusivement au médecin-conseil. Elles ne sont pas transmises à des tiers (par exemple, un autre médecin ou un employeur). Cela étant, vous n’êtes pas obligé de remplir ce questionnaire en ligne. Il n’y a pas de sanction dans ce cas.​