AccueilMa situationMaladie ou accidentIncapacité de travailVos témoignages

Entraide, groupes de parole et contacts sociaux

Je me suis tourné vers d’autres distractions. Je regarde davantage la télévision et j’aide les personnes plus âgées, plus handicapées. Cela me permet de me rendre utile et de continuer à faire partie de la société. Cela me permet aussi d’oublier. Gérard, 55 ans

J’en suis sortie tout doucement, pas à pas. Cela n’a pas été évident ! Heureusement que j’avais des structures sur lesquelles m’appuyer, comme mon psychiatre, mon médecin traitant qui m’a donné pas mal de coups de pieds au cul, comme ma psychologue du centre de santé mentale sur qui je peux m’appuyer. Autrement, je ne m’en serais jamais sortie... Arlette, 52 ans

Le groupe des invalides d’Altéo, c’est pour moi un lieu où chacun se sent écouté et où on peut faire part de ses difficultés. Anne, 57 ans

Dans les groupes d’entraide, on prend en charge notre destin. Ensemble, on dénonce des injustices. Claudio, 45 ans

Au début, beaucoup de personnes me disaient que je n’avais pas l’air malade. C’était vraiment dur à entendre... Le groupe m’a aidé à prendre du recul. Cynthia, 40 ans

Au début, dans le groupe de paroles, j’avais du mal à m’exprimer... Les autres m’ont accueilli avec patience et gentillesse. Georges, 45 ans

J’avais tendance à boire de plus en plus jusqu’au jour où ma femme m’a parlé des Alcooliques Anonymes. J’y suis allé et j’y ai trouvé un groupe de soutien formidable. Sans eux, je ne sais pas ce que je serais devenu. Bernard, 40 ans

J’ai besoin de parler. Je me sens si seul dans ma maladie et je n’en peux plus. Les journées sans personne sont longues, et les nuits encore plus. Et puis, je souffre tellement. José, 55 ans

Un jour, en lisant le journal « En Marche », j’ai été interpellé par un article qui parlait d’Altéo, le mouvement social partenaire de la MC. L’article parlait de groupes de rencontres et d’activités sportives, j’ai voulu en savoir plus et je les ai appelés. Ce jour-là, j’ai franchi une porte merveilleuse. Je ne connais plus le mot « ennui ». Je vous dirais que j’ai oublié mon mal en m’occupant l’esprit et les mains. Chaque semaine, nous organisons des activités diverses : scrabble, jeux d’échecs, jeux de cartes, activités artisanales telles que la peinture sur soie, la poterie... Nous prévoyons également des excursions, nous mettons sur pied des repas et des fêtes. Nous pouvons discuter de nos problèmes et apprendre à défendre nos droits en tant que personnes malades ou handicapées. Nous apprenons comment faire pour bien nous soigner. J’ai le bonheur d’avoir une épouse qui m’épaule dans tout ce que j’entreprends. Elle parvient à trouver des idées fantastiques, que l’on peut discuter et mettre en pratique ensemble. Si elle n’était pas là, je serais rudement perdu. Jean-Pierre, 61 ans

Au sein d’Altéo, je me change les idées en participant à des activités qui me plaisent. J’y fais de nombreuses rencontres et je parviens même à en oublier mes problèmes de santé. Véronique, 39 ans

Un conseil : ne pas rester seul à ronger son frein, ne pas se focaliser sur ses problèmes à soi… C’est vraiment important de pouvoir soutenir d’autres personnes qui n’ont pas la chance d’être entouré. Même être à l’écoute de mes amis, je suis contente de continuer au moins ça. Ca me semble vraiment important de rester d’une façon ou d’une autre dans la vie active, de maintenir un certain contact social et d’essayer dans la mesure du possible de se rendre utile à quelqu’un… même si c’est très petitement, simplement, ça apporte beaucoup ! Arlette, 58 ans.

On apprend à être beaucoup plus simple, plus vrai dans les relations… les discussions. On ne perd plus de temps avec des choses qui n’en valent pas la peine. On va plus à l’essentiel, c’est précieux. Arlette, 58 ans.

Au niveau des relations sociales, ça va … sauf que tu dois adapter ton mode de vie à ta maladie. Si je prends mon cas personnel, moi qui aimais beaucoup les soirées, maintenant il faut mettre un holà. Parce qu’à partir d’un certain moment, t’es « out ». Tu apprends à faire ta vie sociale en fonction de ce que tu es maintenant ! Isabelle, 53 ans.

Voir aussi