AccueilVotre santéBien dans son corpsManger mieuxCuisiner différemment

Manger avec les doigts : pourquoi pas ?


Le concept de "manger avec les doigts" n'est pas seulement l'apanage de certains restaurants branchés ! Cette méthode s'avère aussi efficace pour développer l’autonomie chez les tout-petits ou (re)découvrir le plaisir de manger chez les personnes âgées...

Loin du phénomène de mode sur lequel surfent certains restaurateurs branchés, le concept du « Finger food » (en français « nourriture qu’on mange avec les doigts ») est aussi une méthode pour développer l’autonomie et le goût chez les tout-petits, ou encore (re)découvrir le plaisir de manger chez les personnes âgées !

Apprentissage et autonomie des bébés

Un enfant d’environ 1 an peut commencer à manger des aliments non moulus, bien cuits, sous forme de petites bouchées. Les tout-petits prennent naturellement la nourriture avec les doigts, ce qui leur permet de développer une motricité fine et de faciliter l’apprentissage de la cuillère. Il s’entraîne à saisir les aliments et à les porter à la bouche. L’enfant devient autonome et découvre les goûts, les textures, les couleurs…

Des études montrent que des enfants ayant appris à manger d’abord avec les doigts avaient plus tard une alimentation mieux équilibrée. Avec un peu d’organisation, et de bonnes protections des vêtements au début, l’enfant peut ainsi partager le repas avec l’ensemble de la famille. De nombreux sites proposent des recettes. Alors, pourquoi ne pas essayer aussi avec vos enfants ? Pensez à bien vous laver les mains avant le repas.

Contre la dénutrition des personnes âgées

Les personnes âgées désorientées, souffrant d’Alzheimer ou d’arthrose ont souvent des difficultés à utiliser des couverts. Bien souvent, les soignants ou les aidants proches mixent les aliments et nourrissent les personnes à la cuillère. On constate toutefois chez ces personnes une perte de l’appétit, un risque plus grand de dénutrition, pouvant mener à une faiblesse généralisée et à une aggravation de la désorientation.

Des maisons de repos ont testé le « Finger food » avec certains de leurs pensionnaires et ont constaté plusieurs avantages :
  • la personne ne dépend plusd’un soignant pour manger ;
  • elle retrouve le plaisir de manger, de goûter, mange plus et mieux ;
  • son état de santé générals’améliore ;
  • le repas redevient un moment de plaisir et de convivialité ;
  • la personne retrouve l’usage de ses mains, et souvent arrive à réutiliser des couverts après quelques semaines.

Ce mode d’alimentation demande bien sûr de l’organisation et beaucoup de créativité de la part des responsables de la préparation des repas. Il ne s’agit pas d’amuse-bouche mais bien de plats nourrissants et équilibrés servis sous forme de bouchées.

Plus d'infos

Consultez également l'article En Marche sur les expériences « Finger food » dans des maisons de repos en Wallonie.

Infor Santé, service de promotion de la santé

Voir aussi