AccueilVotre santéBien dans son corpsManger mieuxCuisiner différemment

Moins de sel dans votre assiette, c’est possible !


Le sodium contenu dans le sel joue un rôle essentiel pour notre organisme. Il est vital pour de multiples fonctions : transmission de l’influx nerveux, contraction des muscles, maintien de l’hydratation du corps…
Toutefois, une consommation excessive a des effets néfastes sur la santé : augmentation de la tension artérielle et, à terme, risque de maladies cardiovasculaires.

Les Belges consomment trop de sel

Pour un adulte, il est recommandé d’ingérer un maximum de 6 g de sel par jour (soit 2,4 g de sodium). Or, en Belgique, nous consommons en moyenne 10 g de sel par jour : deux fois trop !

Quelles sont les deux sources de sel ?

  • Le sel dit « visible » est celui que vous ajoutez vous-même en cuisinant ou à table. Il représente 10 à 20 % du sel que nous consommons.
  • Le sel dit « caché » est présent dans de nombreux aliments qui contiennent naturellement du sel, mais en faible quantité. On le retrouve également dans le pain, les fromages, les charcuteries, les condiments (moutarde, bouillon, câpres…) mais aussi dans les préparations du type plats cuisinés, les aliments prêts à l’emploi (pizzas, hamburgers, viandes panées…), les soupes… Le sel se cache aussi là, où masqué par le sucre, on ne le soupçonne pas : dans certaines céréales de petit-déjeuner, les viennoiseries, les biscuits… Près de 75% du sel que nous consommons se retrouve dans l’ensemble de ces denrées. Sans oublier certaines eaux minérales gazeuses, naturellement riches en sodium.

Comment réduire votre consommation de sel ?

  • Quand vous faites les courses, lisez les étiquettes des aliments pour connaître la quantité de sel. De plus en plus de produits mentionnent sur leur emballage la teneur en sodium par 100 g d’aliment. Pour vous aider à la conversion entre sodium et sel, un outil existe : le salinomètre. Il vous permettra de voir à quel point un produit alimentaire est salé ou non. Vous pouvez le commander gratuitement sur le site www.stoplesel.be.
  • Préférez les aliments naturels et les préparations « maison » qui contiennent naturellement moins de sel que les aliments industriels.
  • Pour rehausser la saveur des plats, privilégiez les herbes aromatiques (persil, aneth, ciboulette, basilic, menthe, thym, origan…), les épices (poivre, curry, paprika, muscade…) et les aromates (ail, oignon, échalote…).
  • Evitez de placer la salière à table. Vous serez ainsi moins tenté de resaler systématiquement vos plats.
  • Pour les légumes et les féculents, remplacez la cuisson à l’eau par des modes de cuisson qui préservent la saveur des aliments : vapeur, papillote, étouffée…
  • Réduisez la quantité de sel que vous ajoutez dans les eaux de cuisson.

Le sel iodé, une bonne alternative ?

Si tous les sels contiennent du sodium, mieux vaut préférer le sel étiqueté « iodé ». L’iode est important pour la croissance, et en particulier pour le développement du cerveau. Il est présent dans les algues, les crustacés et le poisson. Diverses études montrent que notre alimentation est déficitaire en iode : une bonne manière de pallier ce manque est d’opter pour un sel iodé (sans toutefois en abuser).

Le saviez-vous ?

Le Plan National Nutrition Santé (PNNS) travaille avec l’industrie alimentaire, la grande distribution et le secteur Horeca pour que l’offre alimentaire soit plus pauvre en sel. Pour suivre l’actualité à ce sujet, consultez le site du PNNS : www.pnns.be.

Infor Santé

Voir aussi