AccueilVotre santéBien dans son corpsManger mieuxIngrédients sous la loupe

Huile de coco, un cadeau (empoisonné) pour la santé ?


Depuis quelques années l’huile de coco, célèbre dans la cuisine asiatique, est arrivée dans les rayons de nos supermarchés. Elle amène avec elle sa flatteuse réputation « d’aliment santé ». Comprenez ici, un aliment bon pour notre santé. Mais mérite-t-elle totalement sa réputation ?

Huile de coco : qui es-tu ? d’où viens-tu ?

Comme son nom l’indique cette graisse végétale provient de la chair de la noix de coco. Elle peut être « vierge » c’est-à-dire extraite à froid (c’est l’idéale et la plus parfumée) ou raffinée (appelée aussi huile de coprah), c’est-à-dire extraite à haute température (son goût est neutre). Qu’elle soit vierge ou raffinée, l’huile de coco est reconnaissable à sa couleur blanche et à sa forme solide quand elle est froide (moins de 25C°).

La coco cuisinée aux petits oignons

Si elle est utilisée depuis des décennies dans la préparation des plats asiatiques, l’huile de coco s’utilise aussi chez nous. Sa forme solide permet son utilisation en pâtisserie mais aussi pour les cuissons à fortes températures. En effet, le point de fumée de l’huile raffinée, c’est-à-dire le moment où l’huile va brûler, est à 185C° contre 140 à 175C° pour les autres huiles. Son autre avantage est qu’elle se conserve très longtemps sans modifier son goût !

Un miracle santé ?

Facile à digérer, antimicrobienne (qui empêche les microbes de se développer), riche en vitamines, diminution des effets indésirables des chimiothérapies… et non des moindres, l’huile de coco serait une alliée minceur dans certains régimes et surtout protègerait le système cardiovasculaire en ayant un effet « neutre » sur lui ! En effet, cette huile ne laisserait pas de dépôts dans les artères. Voilà quelques exemples des bienfaits attribués par ses adeptes à l’huile de coco.

C’est surtout pour sa neutralité sur les vaisseaux sanguins que l’huile s’est rendue célèbre. Et pourtant, de plus en plus de chercheurs nous mettent en garde. L’huile de coco est composée à plus de 80% d’acides gras saturés, soit le « mauvais gras » qui est néfaste pour la santé et fait augmenter le cholestérol. Pour comparer, le beurre en contient 63%, et l’huile de palme et la graisse de bœuf 50%...

Que manger alors ?

Les adeptes de l’huile de coco préféreront l’huile vierge, un peu moins nocive que sa cousine raffinée. Cependant, rappelons que c’est toujours l’excès qui nuit en tout. Éliminer le beurre et toutes les autres huiles pour celle de coco n’améliorera pas votre santé, au contraire.

A l’inverse, varier les huiles est excellent : olive, colza, noix, tournesol, sésame… En plus de varier le goût des préparations, elles apportent différents éléments importants : vitamines, oméga-3-6 et 9… et équilibrent les apports en bon et mauvais gras.

Le petit plus

Préférez toujours les huiles vendues dans des bouteilles en verre car les bouteilles en plastique peuvent rejeter de minuscules particules qui sont attirées par les corps gras de l’huile. Ces particules finissent donc dans notre assiette et puis dans notre corps… Moyennement appétissant, pas vrai ?