AccueilVotre santéBien dans son corpsManger mieuxIngrédients sous la loupe

La stévia : une révolution ?


Autorisée dans de nombreux pays européens, la stévia est désormais présente dans nos supermarchés.

Autorisée dans de nombreux pays européens, la stévia est désormais présente dans nos supermarchés. Avec son pouvoir sucrant 100 à 300 fois supérieur au sucre et son apport calorique quasi nul, ce substitut sucré 100% naturel promet de « bousculer » le marché des édulcorants.

Qu'est-ce que la stévia ?

La stévia est une plante sucrée qui nous vient d’Amérique du Sud, et plus particulièrement du Paraguay et du Brésil. Elle y est cultivée depuis des siècles par les populations locales pour le thé et les infusions notamment. Certains pays asiatiques, comme le Japon et la Corée, l’utilisent également comme alternative au sucre depuis plus de 25 ans.

Contrairement à l’aspartame qui est un édulcorant de synthèse, la stévia est un substitut sucré tout à fait naturel. Elle se présente sous des formes très différentes (morceaux, poudres, liquides…) et devrait, dans un avenir très proche, être utilisée dans la confection de nombreuses denrées alimentaires comme les produits laitiers, les confiseries, les pâtisseries, les boissons allégées…

Ses points forts

  • Son apport calorique est presque nul (indice glycémique faible), elle constitue donc une excellente alternative pour les personnes souffrant d’obésité et de diabète.
  • Son impact sur l’hygiène dentaire est relativement faible.
  • Certaines études lui prêtent également des effets bénéfiques sur l’hypertension.
  • Grâce à son pouvoir sucrant fort, la stévia peut être utilisée en de très faibles quantités.

Ses points faibles

  • La stévia a un coût nettement plus élevé que les produits sucrés et leur substituts.
  • Son goût n’est pas exactement celui du sucre. Pour certains, il y a un arrière-goût de réglisse, d’anis ou encore de noisette qui ne plaira pas à tous. Ceci pourrait d’ailleurs inciter les industriels à ajouter dans les produits alimentaires des agents masquants (pas forcément naturels, eux…).
  • N’oubliez pas que beaucoup de produits sucrés sont aussi des produits gras. Même s’il n’y a pas de calorie dans la stévia, il y en aura dans la graisse. Et entretenir ce goût « sucré » n’est peut-être pas idéal dans nos sociétés qui luttent contre l’obésité.

D'autres questions restent sans réponse : est-ce que la culture de cette plante à l’échelon industriel pourrait avoir des conséquences sociales ou environnementales ? Y a-t-il une quantité maximum journalière conseillée ? Affaire à suivre donc…

Infor Santé

Voir aussi