La radiographie dentaire est un élément important dans le suivi de votre santé bucco-dentaire. Elle vient en complément à l’examen visuel fait par le dentiste.

Que voit-on sur une radiographie ?

La radiographie permet « de voir » ce qui se passe à l’intérieur des dents et des os grâce à des rayons X de faible intensité qui peuvent traverser ces structures.

Les types de radiographie les plus courants pratiqués par le dentiste sont : la rétro-alvéolaire, le bite-wing, la radiographie panoramique.

La rétro-alvéolaire

C’est une radiographie de petite taille, prise en plaçant une petite plaque (le film ou le capteur) dans la bouche du patient. Elle n’enregistre que 2 à 3 dents, mais avec précision.

Elle permet de voir l’intérieur des dents, l’état de l’os de soutien, les traitements effectués comme les obturations, les implants, etc. Elle permet aussi de détecter des caries ou des problèmes au niveau des racines.

Pour cette radiographie, le patient reste dans le fauteuil d’examen.

Le bite-wing

Il s’agit d’une variante de la radiographie rétro-alvéolaire. La position de la plaque (film ou capteur) est différente. On ne vise pas les racines, et les dents du haut et du bas peuvent être examinées ensemble. On mord généralement sur une petite ailette, d’où le nom de « bite-wing).
Une seule de ces radiographies permet de voir jusqu’à 8 dents.

Elle est essentiellement utilisée pour débusquer des caries entre les dents.

La radiographie panoramique

Il s’agit d’une image large (panoramique !) qui montre la mâchoire, l’ensemble des dents, les articulations et certaines structures osseuses de la tête, comme une partie des sinus.

Elle permet de voir des dents incluses dans la gencive, des agénésies (absence de dents) ou des dents en surnombre, des kystes ou des anomalies, ou encore des fractures ; elle permet aussi d’évaluer la perte de l’os de soutien des dents (en cas de parodontite).

Elle permet au dentiste d’avoir une vue globale de la situation de son patient.

Elle est systématique chez des enfants ou des adolescents si un traitement orthodontique doit être envisagé, notamment pour dépister les agénésies.

Comment se déroule une radiographie panoramique ?

Le patient est placé assis ou debout devant l’appareil à radiographie panoramique. Le menton en avant, le patient mord un petit support de plastique horizontal. Le dentiste centre la tête du patient. Le patient ne doit plus bouger le temps de la radiographie (de 15 à 20 secondes). C’est l’appareil qui tourne autour du patient.

La téléradiographie de face et/ou profil

Un dernier type de radiographie est la téléradiographie de profil, pratiquée dans le cadre du diagnostic orthodontique afin de réaliser l’analyse des bases osseuses et de préparer le traitement. Elle prend une image de toute la tête et du début de la colonne vertébrale, de face et de profil. La radiographie de profil permet aussi d’analyser les tissus mous : le nez, le menton, les lèvres qui participent fortement à l’esthétique du visage.

Quelles précautions et pourquoi ?

Les rayons X peuvent sauver des vies, mais trop de rayons X peuvent être dangereux pour la santé. En pénétrant dans le corps, les rayonnements peuvent abimer les tissus, détruire les cellules, augmenter les risques de cancers.

La plupart des examens par radiographie, comme la radiographie dentaire, ou la mammographie par exemple, envoient des doses minimes de rayonnements. Mais la répétition de ce type d’examens aura comme résultat une dose cumulative de rayonnements subis.

La sensibilité à ces rayonnements est d’autant plus importante que le patient est jeune.

Les radiographies sont fortement déconseillées en cas de grossesse (sauf en cas d’urgence).

Les dentistes utilisent diverses protections en plomb : tablier, collier en plomb, plus rarement plateau en plomb.

Chaque type de radiographie est recommandée pour une utilisation particulière. Répéter systématiquement chaque année une radiographie panoramique n’est pas une pratique acceptable. De même que prendre une radiographie panoramique avant même d’avoir réalisé l’examen visuel. L’Inami (l’organisme chargé de gérer les soins de santé et les indemnités) surveille cela de très près pour éviter les abus.

Que pouvez-vous faire concrètement ?

Une bonne communication avec votre dentiste est importante.

Voici quelques questions que vous pouvez lui poser :

  • Pourquoi ai-je (ou mon enfant a-t-il) besoin de cet examen ?
  • Quels sont les avantages et les inconvénients de cet examen ?
  • Puis-je subir cet examen alors qu’il est possible que je sois enceinte ?

Les informations suivantes peuvent aider votre dentiste à faire le bon choix :

  • Si vous consultez plusieurs dentistes, il est recommandé de les informer des examens d’imagerie que vous (ou votre enfant) avez subis au cours des deux dernières années : cette information est importante et peut rendre un nouvel examen superflu.
  • Si vous êtes enceinte (ou pensez pouvoir l’être), informez-en le dentiste en début de consultation.

Nous vous recommandons de vous faire soigner autant que possible chez un même praticien afin d’assurer un suivi optimal de l’ensemble de vos soins.

Infor Santé, service de promotion de la santé

Mes avantages


Voir aussi