Il existe plusieurs moyens de maintenir un air sain à l'intérieur de sa maison ou son appartement.

Les plantes vertes, des alliées naturelles ?

Si vous aimez les plantes, sans doute avez-vous déjà entendu parler de plantes dites "dépolluantes". Grâce au processus de photosynthèse, les plantes absorbent en effet le CO2 présent dans l'air pour le transformer en oxygène qu'elles rejettent dans l'atmosphère. En outre, certaines d'entre elles auraient la capacité d'absorber d'autres polluants tels, qu'entre autres, le benzène ou le formaldéhyde. Des propriétés qui font que certains n'hésitent pas à les qualifier de véritables "station d'épuration d'intérieur". Info ou intox ? Ni l'un, ni l'autre. Si les études scientifiques sur le sujet montrent une telle action dans des conditions de laboratoire, celle-ci est malheureusement trop faible pour avoir un effet réel sur la qualité de l'air intérieur. Que vous ayez la main verte ou non, la ventilation et l'aération restent donc des réflexes incontournables !

Quelques précautions :

  • Avant d'introduire une nouvelle plante à la maison, soyez attentifs aux risques d'allergies. Certaines plantes sont en effet plus allergènes que d'autres.
  • Veillez à ne pas laisser d'eau stagner lors de l'arrosage, au risque de voir le taux d’humidité de l’air augmenter. À une trop grande quantité d'eau, mieux vaut privilégier un arrosage plus régulier.
  • Ayez la main légère avec l'engrais et les pesticides et préférez-leur toujours des alternatives naturelles.

Ventilation et aération : les bons réflexes !

S’il est possible d’agir sur beaucoup de sources de pollution intérieure, certaines activités de notre vie quotidienne diminuent, elles aussi, la qualité de l’air : par exemple cuisiner, se doucher, se chauffer.

Ces activités engendrent le développement de particules dans l’air ambiant qui, si elles s’accumulent, peuvent être mauvaises pour notre santé. Des odeurs persistantes de solvants, de cuisine, de renfermé, doivent nous alerter. Elles sont le signe que les polluants émis ne sont pas suffisamment expulsés vers l’extérieur et qu’il n’y a pas assez d’air frais qui entre à l’intérieur.

Deux bons réflexes nous permettent de conserver un environnement de vie sain en renouvelant l’air de notre habitation : la ventilation et l’aération.

Ventilation

La ventilation consiste à renouveler en continu l'air de l’habitation, en remplaçant l'air intérieur pollué par de l'air extérieur frais, riche en oxygène.

Comment ?

  • La ventilation peut s'effectuer par le biais de simples grilles de ventilation dans les châssis, les fenêtres et les murs. L'air frais peut entrer par ces grilles à l'intérieur de la maison de manière permanente et en quantité limitée.
  • Il existe également des systèmes de ventilation mécaniques. L'apport d'air se fait dans les pièces sèches, l'évacuation dans les pièces humides, comme la cuisine, la salle de bains et le WC.
  • Votre habitation ne dispose pas de système de ventilation ou de grilles sur les châssis ? Ventilez simplement en ouvrant les fenêtres ou les plaçant en oscillant-battant. Par temps froid ou pluvieux, laisser les fenêtres légèrement entrouvertes suffira. Même si cette action représente une perte énergique, elle est essentielle pour votre santé.
  • Ventiler suffisamment vous permet de réduire l'humidité ambiante de votre habitation. Si vous le souhaitez, mesurez le taux d'humidité de l'air au moyen d'un hygromètre. Le taux d'humidité de l'air idéal se situe entre 30 % et 80 % en été, et entre 30 % et 55 % en hiver.

Aération

L'aération est une forme intensive de ventilation au cours de laquelle les portes et les fenêtres sont ouvertes pendant une courte période de temps.

Elle est nécessaire lorsque la ventilation est inexistante ou ne suffit pas. Par exemple, lorsqu’un grand nombre de personnes est présent à la maison, lorsque vous recevez de nouveaux meubles ou entamez des travaux de peintures, ou encore si quelqu’un fume à l’intérieur.

Comment ?

  • Pour réduire l'effet de la pollution extérieure, il est préférable d'aérer en ouvrant les portes et fenêtres à l'arrière de votre habitation et en dehors des heures de pointe.
  • L'aération ne remplace pas la ventilation. L'effet de l'aération disparaît après vingt minutes. De plus, vous enregistrez une grande perte de chaleur, et donc d'énergie, en ouvrant les fenêtres en grand.

Les ambulances vertes

Vous souffrez d’allergies, problèmes respiratoires, maux de tête chroniques… et ces symptômes se manifestent surtout à la maison ? A Bruxelles et en Wallonie, des services sont disponibles pour analyser la qualité de l’air de votre habitation et vous aider à identifier des pistes de solution ; il s’agit de la Cellule régionale d’intervention en pollution intérieure (Cripi) pour Bruxelles et des Services d’analyse des milieux intérieurs (Sami) pour les provinces wallonnes.

Comment ?

  • Ces services sont, pour la plupart, gratuits ou accessibles via un participation financière symbolique de votre part. Une condition cependant : l’intervention doit être demandée par un médecin. Leur mission première est en effet d’accompagner ce dernier dans son diagnostic médical. Si vous soupçonnez un polluant intérieur d’être la cause de vos symptômes, parlez-en d’abord avec votre médecin.
  • À la suite de cette demande, vous recevrez la visite des experts du Sami/Cripi à votre domicile. Ils établiront un diagnostic de la qualité de l’air de votre habitation à l’aide de mesures et d’analyses scientifiques.
  • Votre médecin recevra alors un rapport détaillé de ces analyses. Celui-ci est accompagné de recommandations ciblées tant au niveau de l’aménagement de votre domicile (ne pas placer un meuble devant une source d’humidité par exemple) qu’à ceux de vos comportements et habitudes de vie (éviter l’utilisation de tel produit polluant, ventiler efficacement sa maison, etc.).
  • Attention toutefois, si vous êtes locataire(s), sachez que le diagnostic réalisé par ces services n’a pas de valeur contraignante devant un tribunal !

Outre leur mission d’analyse de la qualité de l’air intérieur, ces services organisent également, dans le cadre d’un partenariat avec l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN), une action de dépistage du radon. Vous trouverez toutes les informations à ce sujet via https://www.actionradon.be/ .