Les gênes sont d'autant plus nombreuses que la pollution est importante. Mais il est difficile de savoir quels individus qui seront le plus touchés. Certains groupes à risque sont cependant plus vulnérables aux effets de la pollution de l'air :
  • Les enfants, car leur système immunitaire n'est pas encore entièrement développé. Ils sont dès lors plus sensibles à la pollution de l'air - en tout cas à la fumée de cigarette qu'ils inhalent à l'intérieur de la maison - et davantage exposés à l'asthme et à la bronchite.
  • Les personnes souffrant d'une affection pulmonaire comme l'asthme ou la bronchite chronique (BPCO).
  • Les patients atteints d'une maladie grave et qui passent beaucoup de temps à l'intérieur.
  • Les individus allergiques aux acariens ou aux animaux domestiques.
  • Les femmes enceintes et leur bébé.
  • Les femmes, car elles souffrent en général plus rapidement de sécheresse oculaire et de gorge sèche.
Direction médicale de la Mutualité chrétienne, en collaboration avec le groupe de travail intermutualiste "Environnement et Santé