La vaccination permet de prévenir un certain nombre de maladies pouvant être graves. Plus une population est vaccinée contre une maladie, plus cette maladie recule, ce qui fait baisser le risque pour les populations les plus fragiles.

Comment fonctionne un vaccin ?

Un vaccin est un médicament préventif, destiné à éviter une maladie.

La plupart des vaccins contiennent une faible quantité de microbe, soit mort, soit affaibli. Ces microbes vont pousser notre système de défense (système immunitaire) à réagir sans toutefois provoquer la maladie.

Se faire vacciner, c’est donc introduire dans notre organisme un microbe rendu inoffensif. Ce microbe ne rend pas réellement malade, mais notre système immunitaire réagit quand même en produisant des défenses (anticorps) spécifiques pour le combattre.

Si, par la suite, on est infecté par le vrai microbe, nos défenses immunitaires le reconnaissent et peuvent le neutraliser avant que la maladie ne se développe. C’est ce que l’on appelle la « mémoire immunitaire ». Parfois, il y a une protection à vie, parfois la quantité d'anticorps diminue au fil du temps et il faut se refaire vacciner (rappel de vaccin) pour maintenir la quantité d'anticorps à un niveau suffisamment élevé.

Le calendrier des vaccinations de base recommandées par le Conseil Supérieur de la Santé et la Fédération Wallonie-Bruxelles est disponible sur le site http://www.vaccination-info.be.

Plus d'infos sur vaccination-info.be

Pourquoi se faire vacciner ?

La vaccination permet de se protéger, de protéger les autres et d’éviter la réapparition de maladies.

  • Se protéger

    Se faire vacciner, c’est se protéger contre une série de maladies dont les complications peuvent être graves. Grâce à la vaccination, on évite de développer ces maladies et on diminue le risque de contaminer d’autres personnes.

  • Protéger les autres

    Se faire vacciner, c’est se protéger soi contre des maladies mais c’est aussi éviter de contaminer d’autres personnes qui ne peuvent pas recevoir de vaccin, par exemple en raison de leur santé plus fragile : les personnes âgées, les personnes souffrant de maladies chroniques, d’allergies à des composants de vaccin, ou dont les défenses immunitaires sont affaiblies…

À cause d'une plus grande mobilité des personnes à travers le monde et de certains mouvements anti-vaccination, nous observons ces dernières années une recrudescence de maladies que nous pensions quasiment éteintes dans nos régions : la tuberculose, la rubéole, la coqueluche regagnent du terrain, causant plus de morts chaque année. Ce phénomène indique bien que la vaccination reste essentielle pour le bien-être collectif.

La sécurité des vaccins

Les vaccins peuvent provoquer des effets secondaires. Mais les effets secondaires graves sont heureusement extrêmement rares. Les procédures de surveillance de la sécurité des vaccins sont très strictes.

Les effets secondaires légers possibles sont :

  • une fièvre modérée (moins de 38,5 °C) ;
  • une légère douleur, une rougeur ou un gonflement au point d'injection. Avec certains vaccins, cela peut être plus étendu. Elle disparaît généralement spontanément au bout de quelques jours ;
  • un durcissement au point d'injection - parfois une bosse.

Avec une vaccination contre la rougeole, les oreillons ou la rubéole :

  • de la fièvre entre le 5e et le 12e jour après la vaccination ;
  • une légère éruption rouge et/ou des douleurs articulaires temporaires.

Pour ces effets secondaires, aucun traitement n'est nécessaire, les symptômes s'améliorent spontanément (une grosseur peut être ressentie pendant plusieurs semaines).

Si la réaction est plus grave ou si vous êtes inquiet, contactez votre médecin.

La vaccination des enfants

Le carnet de santé remis aux parents de chaque nouveau-né lors du séjour à la maternité, contient des vignettes qui donnent accès aux vaccins fournis dans le cadre du Programme de vaccination de la FW-B.

En échange de ces vignettes, tous les vaccins recommandés pour les bébés, enfants et adolescents peuvent être obtenus gratuitement par les parents. Ils doivent pour cela s’adresser au vaccinateur de leur choix – consultation ONE, médecin traitant, pédiatre extra-hospitalier ou service de pédiatrie de l’hôpital…. Celui-ci indiquera les vaccinations effectuées dans le carnet de santé de l’enfant.

Seul le vaccin contre le rotavirus, recommandé dans le schéma du Programme de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles, n’entre pas dans le circuit des vignettes. Il peut être acheté en pharmacie, sur prescription médicale et en partie remboursé par votre mutualité.

Des vaccins pour tous !

La vaccination concerne tout le monde ! Des vaccins s’adressent directement aux ados, aux adultes, ou à certains groupes professionnels. Ils sont disponibles en pharmacie sur prescription de votre médecin, et en partie remboursés.

  • Le vaccin saisonnier contre la grippe doit être refait chaque année. Il s’adresse en priorité aux personnes affaiblies (jeunes enfants, personnes âgées, malades chroniques), mais également aux professionnels de la santé car ils sont en contact avec de nombreux patients.
  • Le vaccin contre le HPV (cancer du col de l’utérus) est recommandé aux jeunes de 9 à 14 ans, dans le cadre d'une vaccination préventive généralisée avant les premiers rapports sexuels.
  • Le vaccin contre la coqueluche fait partie de la vaccination de base, mais les autorités sanitaires recommandent fortement aux futurs et jeunes parents, ainsi qu'aux grands-parents, de se faire (re)vacciner car cette maladie, bénigne pour l’adulte, peut être très grave pour les tout-petits.
  • De même, le vaccin contre le tétanos fait partie des classiques, avec son rappel tous les 10 ans. Il est néanmoins ré-administré plus régulièrement aux personnes dont le métier ou le loisir les expose davantage au risque de contamination (jardinage, contact avec les chevaux…).

Bon à savoir : la MC intervient dans le coût des vaccins reconnus en Belgique.

Tous les avantages Vaccination

Et la Covid-19 ?

Le nouveau vaccin contre la Covid-19 est en cours de développement. Il sera administré gratuitement, en priorité aux personnes à risque, aux malades chroniques, aux personnes âgées et aux professionnels de la santé, puis à l’ensemble de la population.

Il ne sera pas obligatoire mais très fortement recommandé.

Le schéma d’administration de ce vaccin n’est pas encore totalement établi à la date de rédaction de cet article (décembre 2020).

Le médecin généraliste

Il est important de savoir quels vaccins vous avez eu, ou pour lesquels vous avez besoin d’un rappel. Vous pouvez utiliser pour cela le carnet de vaccination ou vous inscrire sur le portail internet Masanté.be. Discutez-en avec votre médecin traitant pour vérifier si les détails de vos vaccinations figurent dans votre dossier médical global.

Mes avantages


Téléchargement


Voir aussi