AccueilVotre santéGrossesse et naissanceLa naissance

À la maternité


Le séjour à l’hôpital est en général de 2 à 3 jours après un accouchement vaginal et de 4 à 5 jours après une césarienne. En maison de naissance, il dure environ 24 heures.
Durant votre séjour, posez un maximum de questions à la sage-femme et au pédiatre, participez aux soins, essayez de vous reposer, découvrez votre bébé et répondez à ses besoins. Prenez peu à peu confiance en vous.
Limitez les visites à la famille et aux proches ; encouragez les amis à venir plus tard, à domicile.

Les premiers examens de votre bébé

Une fois le bébé né et posé sur votre ventre, la sage-femme s’assure de sa bonne adaptation à son nouveau milieu de vie.

Votre bébé passe d’une vie « aquatique » à un environnement qui lui demande de respirer tout seul et de maintenir sa température.

Une sage-femme calculera le score d’Apgar qui chiffre cette nouvelle adaptation : ce test se base sur une observation rapide et simple de la couleur de la peau du bébé, son rythme cardiaque, ses réflexes, son tonus musculaire et sa respiration.

Après avoir respecté le temps du peau à peau, la sage-femme fera un premier examen général du nouveau-né : forme du crâne, réflexe de succion, continuité de la colonne vertébrale...

Plutôt grand ? Plutôt potelé ? Mais alors, il pèse combien ce bébé ? C’est le moment de connaître ses mensurations : poids, taille et périmètre crânien. Ces mesures peuvent se prendre quelques heures après sa naissance.

Retour au sommaire

Les dépistages à la naissance

Durant les premiers jours de vie de votre enfant, 2 dépistages sont recommandés : un test d'audition et une prise de sang, le test de Guthrie.

Le test d'audition


Dans les jours qui suivent la naissance de votre bébé, un test de dépistage de la surdité vous sera proposé.

Une détection précoce permet une prise en charge rapide. Celle-ci pourra limiter les conséquences négatives d’un trouble auditif.

Ce test est rapide et indolore. Un petit capteur placé à l’entrée de l’oreille du nouveau-né permet de vérifier le bon fonctionnement de l’oreille interne. Ce test doit être réalisé dans le calme, idéalement quand votre bébé dort. Le résultat vous est communiqué directement.

Parfois, le résultat n’est pas satisfaisant. Si un second test n’est toujours pas concluant, on vous proposera un rendez-vous chez un médecin ORL. Mais pas de panique ! Plusieurs petites choses peuvent expliquer un résultat insatisfaisant : un bébé qui bouge beaucoup, un peu de l’eau du bain qui reste dans l’oreille ou encore des traces de cérumen… Si vous avez des doutes ou des inquiétudes, osez poser vos questions aux professionnels qui vous entourent.

Si vous quittez la maternité avant que ce test soit effectué, un rendez-vous sera fixé ; sinon, insistez pour qu'il soit mis en place.

La prise de sang


Ce test gratuit, appelé test de Guthrie, consiste en un prélèvement de quelques gouttes de sang à la main ou au talon du nouveau-né, entre le 3e et le 5e jour de vie. Le sang est recueilli sur un papier buvard spécial portant le nom de l'enfant.

Le test sert à dépister certaines maladies rares : la mucoviscidose, la phénylcétonurie, l’hypothyroïdie congénitale, l’hyperplasie congénitale des surrénales, la drépanocytose.

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! Mais si le test est positif, les résultats seront communiqués au pédiatre de la maternité ou à votre médecin généraliste. Vous serez contacté pour faire d’éventuels examens complémentaires.

Ce test permet de soigner plus rapidement les nouveau-nés porteurs d’une maladie rare et de limiter les conséquences négatives de la maladie.

Retour au sommaire

L’alimentation de votre bébé

Vais-je donner le sein ou le biberon ? Vous avez peut-être réfléchi à cette question en couple, avant la naissance de votre bébé. Vous êtes indécis ? Parlez-en avec une sage-femme pour choisir en tout état de conscience.
L’allaitement maternel est recommandé durant les 6 premiers mois, pour la santé de la maman et du bébé.
Vous pouvez également nourrir votre bébé au biberon en utilisant un lait artificiel.
Il y a des avantages et des inconvénients à chaque mode d’alimentation. Mais c’est un choix personnel, un choix de parents ! Essayez autant que possible de ne pas vous laisser influencer par votre entourage, les faux conseils ou la pression des soignants.

L'allaitement maternel


Des avantages pour votre bébé


  • Le premier lait maternel (appelé colostrum) est riche en immunoglobulines, favorables au développement du système immunitaire de votre bébé.
  • La composition du lait maternel évolue selon l’âge de votre bébé et ses besoins, afin de toujours lui correspondre au mieux.
  • Le lait maternel constitue pour votre bébé une barrière naturelle contre les infections du système digestif. Ainsi, les enfants nourris aux seins présentent moins de coliques, de reflux œsophagien et de diarrhées. L’allaitement maternel jouerait également un rôle préventif contre l’infection de l’oreille moyenne et des voies respiratoires supérieures.
  • Téter le sein demande une autre technique que téter le biberon. Les enfants nourris au sein présentent des mâchoires mieux développées.

Des avantages pour vous


  • L’allaitement provoque une rétraction plus rapide de l’utérus, ce qui diminue le risque de saignements. Les femmes nourrissant au sein récupèrent aussi plus rapidement leur poids d’origine.
  • L’allaitement offre plusieurs avantages pratiques : pas de problèmes de biberons et de tétines, pas besoin de penser à emporter le lait car il y en a toujours à disposition, à bonne température et gratuit !
  • Les menstruations de la femme allaitante reviennent en général moins rapidement, ce qui limite les problèmes de manque de fer (dont les réserves peuvent-être épuisées par l’accouchement).
  • L’allaitement offre un effet préventif contre le développement d’un cancer du sein à un âge plus avancé.

Des questions


Comment allaiter quand je ne suis pas à la maison ?

Et s’il y a des amis ou de la famille chez moi ? Comment préserver mon intimité ?

Que peut faire mon conjoint ?

Comment savoir si mon bébé prend suffisamment de lait lors de chaque tétée ?

Comment éviter les crevasses ?

Et comment faire quand je vais reprendre le travail ?

Des réponses existent, demandez conseil à votre sage-femme.

Plusieurs initiatives font la promotion de l’allaitement : par exemple, le label international IHAB (« Hôpital Amis des Bébés ») ou encore Infor-allaitement, une association qui informe et soutient les futurs parents et les mères allaitantes.

L'allaitement au biberon


Plusieurs raisons peuvent vous amener à choisir l’alimentation au biberon, et elles vous appartiennent :

  • vous n’aimez pas l’idée d’allaiter au sein, ou bien vous avez essayé mais cela ne vous convient pas ;
  • vous présentez une ou plusieurs contre-indications médicales ;
  • vous avez eu une mauvaise expérience lors d’une précédente grossesse ;
  • vous devez reprendre le travail de façon précoce ;
  • ...

L’avantage de l’alimentation au biberon est d’abord que votre conjoint(e) ou un autre membre de votre entourage peut s’en charger autant que vous.

Vous ne voulez pas un allaitement maternel, mais vous aimeriez donner votre lait à votre bébé ? C’est possible ! Cette démarche peut commencer en salle de naissance en réalisant « une tétée d’accueil ». Cela consiste à mettre votre enfant au sein une seule fois après la naissance pour lui faire profiter du colostrum. Après, vous donnerez le biberon. C’est un peu comme un cadeau de bienvenue !

Vous pouvez également tirer votre lait à l’aide d’un tire-lait et le donner à votre bébé dans un biberon. C’est envisageable dès la maternité. Mais sachez que la glande responsable de la production du lait sera moins stimulée. La production sera peut-être difficile à démarrer ou diminuera assez vite.

Si le bébé ne boit pas de lait maternel, on recommande de lui donner du lait de vache transformé et adapté en préparation commerciale pour nourrissons.

Ses composantes nutritionnelles sont très proches mais ne sont pas totalement comparables au lait maternel. Il ne contient pas les mêmes protéines, ne fournit pas d’anticorps, de facteurs immunitaires, d’hormones de croissance ou de globules blancs.

Que vous choisissiez le sein ou le biberon, le bon choix est celui qui vous correspond, à vous et à votre conjoint(e). Parlez-en avec votre sage-femme.

Retour au sommaire

Les débuts de l’allaitement maternel

Vous pouvez allaiter votre bébé, quelles que soient la taille et la forme de vos seins.

À la naissance


Durant les deux premières heures de sa vie, le réflexe de succion de votre bébé est à son maximum. Respectez le temps nécessaire à votre bébé pour qu’il trouve le sein.

Que la tétée soit « efficace » ou non, cette première rencontre va faciliter le démarrage de l’allaitement. Parfois, votre enfant ne sera pas prêt ; attendez alors d’être dans votre chambre pour le remettre contre vous, cela l’aidera.

Le colostrum est un « premier lait » qui évolue au bout de quelques jours. Il est adapté aux besoins de votre enfant pendant les 48 à 72 heures après sa naissance.

Si votre bébé ne tète pas pour une raison ou pour une autre, vous pouvez tirer le colostrum et le lui donner autrement qu’au sein.

En général, la « montée de lait » a lieu vers le troisième jour. C’est une période courte mais parfois difficile à passer, car cela peut être plus ou moins douloureux.

Cela survient souvent le jour où vous rentrez à la maison. Il est d’autant plus important de planifier la visite d’une sage-femme à votre domicile.

Vous avez peur des crevasses ou des mamelons douloureux ? Vous avez besoin de savoir si votre bébé se nourrit assez ? Des moyens simples aident à prévenir ces petits stress des débuts : avoir une bonne position du bébé, varier les positions d’allaitement, hydrater votre peau… la sage-femme vous conseillera et vous guidera.

La mise en route de l’allaitement


Laissez votre enfant téter aussi souvent qu’il le désire : proposez-lui le sein dès ses premiers signes d’éveil. Plus il tète de façon efficace, plus vous fabriquez du lait.

Gardez votre bébé près de vous : sentir votre présence stimulera son envie de téter et son apprentissage. N’hésitez pas à garder votre bébé en peau à peau, les bébés ont besoin de contact pour se sentir rassurés.

Combien faut-il de tétées sur 24 heures ? Chaque bébé est différent. Il n’y a pas de limite au nombre de tétées, pas d’intervalle fixe à respecter. Le tout est d’apprendre à faire la distinction entre une tétée qui le nourrit et une qui le rassure. En moyenne, un bébé peut téter de 8 à 12 fois par 24 heures, y compris la nuit pendant les premiers mois.

Combien de temps doit durer la tétée ? Cela dépend de votre bébé et de sa façon plus ou moins vigoureuse de téter. A priori, une tétée de moins de 10 minutes est un peu courte et une de 3/4 d’heure à 1 heure est un peu longue !

Des questions sur l'allaitement ?


Vous avez l'impression de ne pas avoir assez de lait ? Vos seins sont tendus et douloureux ? Vous avez les mamelons irrités ? Vous pensez avoir un abcès ? Bébé tète mal et pleure après son repas ? Que penser des biberons de complément ? Pouvez-vous lui donner de l'eau sucrée ? Ces questions et tellement d’autres peuvent apparaître au cours de l’allaitement...

N’hésitez pas à solliciter les sages-femmes de la maternité. Votre pédiatre, votre sage-femme et la TMS de l’ONE pourront également vous conseiller lors de votre retour à domicile. Vous pouvez aussi prendre contact avec Infor-Allaitement.

« Je pensais pouvoir allaiter en famille. Mais ma mère et ma grand-mère étaient si en affaire, chacune me faisant tellement de recommandations, que je me suis crispée. Et le bébé aussi ! Plus rien n'allait et je suis allée le nourrir dans sa chambre, en toute tranquillité. À moi de sentir ce qui est le mieux pour moi. »

Retour au sommaire

Prendre soin de votre bébé

Durant votre séjour à la maternité, les sages-femmes et le pédiatre sont là pour répondre à vos questions et vous aider à prendre soin de votre bébé.
Pour votre conjoint(e) aussi, c’est l’occasion de faire connaissance avec bébé, avec le soutien des sages-femmes.

Porter votre nouveau-né


Le fait d’être souvent porté et cajolé stimule l’enfant et aide à son développement. Prenez donc votre bébé dans vos bras aussi souvent que possible : lorsqu’il pleure, lorsqu’il semble se sentir mal ou simplement pour lui faire un câlin. Durant les 6 premiers mois, tant que ses muscles ne soutiennent pas totalement sa tête, soutenez sa tête et son cou lorsque vous le soulevez.

Certaines sages-femmes peuvent vous apprendre à utiliser un porte-bébé adapté.

Vous pouvez envelopper votre nouveau-né dans une couverture lorsque vous le prenez, car certains bébés aiment se sentir bien emmaillotés et bercés. Assurez-vous toutefois qu’il n’ait pas trop chaud.

Le cordon ombilical


Il ne faut rien faire, à part s’assurer qu’il reste bien sec. Séchez-le avec un coton-tige après le bain. N’ayez pas peur : cela ne fait pas mal à votre bébé.

Le cordon ombilical tombe tout seul entre le 5e et le 21e jour.

Si une rougeur apparaît et devient plus intense, si le nombril coule et sent mauvais ou si vous avez des doutes, parlez-en à la sage-femme ou au pédiatre.

La toilette et le bain


Nettoyez tous les jours le visage, le cou, les organes génitaux et les fesses de votre bébé avec un gant de toilette.

Pendant les premières semaines de vie, il n’est pas nécessaire de donner le bain dans une baignoire plus de deux ou trois fois par semaine.

Il n’est pas nécessaire de laver les cheveux tous les jours ; une ou deux fois par semaine suffisent.

L’étape de la préparation du bain est essentielle pour la sécurité et le confort de votre bébé. Avant de le déshabiller, réunissez tout le matériel nécessaire afin de ne JAMAIS laisser votre enfant seul.

Le savon doit être doux et non parfumé. La température de l’eau doit être adaptée à celle de votre bébé, ni trop chaude, ni trop froide. Vérifiez toujours en y trempant votre poignet.

Déposez-le tranquillement dans l’eau, en commençant par les pieds. Ensuite, immergez doucement le reste de son corps. Tenez bien sa tête, en soutenant sa nuque avec votre avant-bras et en glissant votre main sous son aisselle.

La sage-femme peut vous accompagner les premières fois, à la maternité ou à la maison.

Retour au sommaire

Préparez votre sortie de la maternité

L'idée de vous retrouver seule avec votre bébé vous inquiète peut-être. Vous vous posez des questions sur votre rétablissement et la façon de répondre aux besoins de votre bébé ?

Des conseils et renseignements sur les différents prestataires à rencontrer vous seront transmis en fin de grossesse, durant votre séjour à la maternité ou lors des premiers jours à domicile.

La plupart des maternités vous remettront de la documentation sur toutes les questions que vous pourriez vous poser.

Souvent lors du séjour à la maternité, une travailleuse médico-sociale (TMS) de l'ONE passera vous voir à la maternité. Elle vous parlera des divers services proposés par l'ONE, notamment les consultations médicales gratuites.

Plusieurs consultations de suivi vous seront proposées :

  • Une visite à domicile par la sage-femme dans les 24 à 48 h après la sortie. Pensez à l’appeler durant votre séjour à la maternité, pour qu’elle puisse s’organiser avec vous. D’autres visites seront planifiées par la suite.
  • Une consultation chez un pédiatre 8 à 10 jours après la naissance de votre bébé. Il vous présentera le programme de vaccination recommandé à partir de la sixième semaine de vie chez l’enfant.
  • Une visite postnatale chez le gynécologue environ 6 semaines après l’accouchement. Ensemble vous ferez un bilan de la grossesse et de l’accouchement, aborderez les questions en lien avec la contraception et les relations sexuelles. Il vous prescrira des séances de kiné post-natale, pour retrouver du tonus musculaire et pour rééduquer votre périnée.
  • Si vous avez marqué votre accord lors de votre séjour en maternité ou suite à un appel téléphonique, une travailleuse médico-sociale de l’ONE viendra à votre domicile dans les 15 jours après votre sortie de maternité. Vous pouvez aussi lui poser toutes vos questions sur la santé et le bien-être du bébé, l’allaitement...

Retour au sommaire

Voir aussi