Besoin d'aide ? Chattez avec nous !

Factures d’hospitalisation de plus en plus salées pour le patient
AccueilInfos et actualitésActualitésActualités de 2018

Factures d’hospitalisation de plus en plus salées pour le patient


Encore trop peu de patients osent comparer les coûts des hôpitaux. Beaucoup privilégient en cas d’hospitalisation les chambres individuelles aux chambres à deux lits ou communes pour un plus prompt rétablissement et pensent que leur assurance hospitalisation les protègent contre les mauvaises surprises. Mais les suppléments d’honoraires en chambre individuelle ne cessent d’augmenter, et le patient doit très fréquemment et pour des montants de plus en plus élevés payer de sa poche !

Pour la 14e année consécutive, la MC a décortiqué les tarifs pratiqués par les hôpitaux belges. Cette année, la MC s'est penchée tout particulièrement sur 12 interventions spécifiques parmi lesquelles l’accouchement, la pose d’une prothèse de hanche, l'opération de la cataracte, celle du ménisque ou encore l’ablation de la vésicule biliaire. Cette analyse livre, pour 2017, des résultats étonnants. Une constante se dessine : les hôpitaux se montrent de plus en plus « créatifs » pour engranger des recettes supplémentaires.

Quelques constats alarmants

  • La pose d’un pacemaker dans un hôpital coûte en moyenne 179 € au patient. Du moins s’il opte pour une chambre double ou commune. S’il choisit une chambre individuelle, il lui faudra débourser 1 731 €, soit près de dix fois plus.
  • Un accouchement en chambre double ou commune coûte en moyenne ainsi 181 € à la patiente, contre 1 390 € en chambre individuelle.
  • La pose d’un stent revient en moyenne à 254 € en chambre double ou commune, alors que la facture atteint la bagatelle de 2 074 € en chambre individuelle.
  • La MC a ainsi pu constater que certaines interventions, comme l’ablation de la vésicule biliaire, sont très majoritairement pratiquées en hospitalisation classique avec nuitée(s). Selon les experts, dans la moitié des cas, cette intervention pourrait pourtant parfaitement être pratiquée en hospitalisation de jour.
  • Certains hôpitaux facturent des forfaits pour l’hébergement ou des suppléments de « confort » au patient, sans que ce dernier n’ait la possibilité d’opter véritablement et explicitement pour ces « extras », comme la télévision, le téléphone, le wifi ou un frigo dans la chambre. Ces suppléments sont majoritairement demandés en chambre double ou commune. Les hôpitaux semblent ainsi contourner l’interdiction de porter en compte des suppléments de chambre dans ce type de chambres.

Que peut faire le patient ?

La Mutualité chrétienne encourage les patients à engager le dialogue avec leur médecin et/ou au service des admissions de l'hôpital à propos des prix pratiqués et de la qualité des soins. En prévision d'une hospitalisation, le patient ne doit pas hésiter à leur demander une estimation des coûts et à leur poser des questions sur les conséquences financières de leur hospitalisation et du traitement. Les conseillers mutualistes sont également à disposition des membres pour les aider à comprendre un devis ou une facture.

La santé ne doit pas devenir un luxe

Pour une hospitalisation classique, les suppléments d’honoraires en chambre individuelle ont à nouveau augmenté en 2017, de 3,5 % en moyenne au-dessus de l’index. Pour la MC, un tel écart est injustifié. Nous évoluons lentement mais sûrement vers des soins de santé à deux vitesses. D'un côté, il y a les patients qui paient une assurance hospitalisation facultative coûteuse (ou qui en bénéficient via leur employeur tant qu'ils ont un emploi) et, de l'autre, il y a tous ceux pour qui une hospitalisation représente un coût énorme.

Il faut mettre un terme aux suppléments d’honoraires afin que les chambres individuelles deviennent la norme et soient accessibles à tous. Ainsi, les sommes investies dans les assurances hospitalisation pourraient être réinjectées dans le budget des soins de santé obligatoires.

Voir aussi


Téléchargement


Actualités de 2018


14e Baromètre hospitalier : cartographie des hôpitaux selon le coût médian à charge du patient

Sur la base des factures d'hospitalisation de ses membres en 2017, la MC a réalisé des cartes interactives qui permettent de visualiser en un coup d'oeil si le séjour en chambre individuelle dans tel ou tel hôpital est "chères" ou "bon marché" par rapport aux autres hôpitaux du pays. Cette cartographie permet de mesurer l'impact du choix de la chambre (individuelle ou à deux lits/commune) sur le coût du séjour hospitalier.

En savoir plus