Une sonde à demeure est un petit tuyau, fin et souple, qui est introduit dans la vessie à travers la paroi du bas-ventre (cathéter (ou sonde) sus-pubien). 

La sonde reste dans la vessie pendant une période prolongée. Elle est reliée à une poche collectrice d’urine permettant de vider en continu la vessie. Chaque goutte d’urine produite par les reins s’écoule en effet vers l’extérieur du corps grâce à la sonde. 

À la sortie de l’hôpital, le patient reçoit une poche de jambe. C’est une poche urinaire que l'on peut porter sur la jambe, sous ses vêtements. Un petit robinet placé sous la poche permet de la vider.

Bon à savoir

Une sonde à demeure ne doit pas être confondue avec l’auto-sondage (introduction par le patient lui-même d’une sonde dans l’urètre). Dans le cas de l’auto-sondage, l’accord du médecin-conseil est requis.

Plus d'informations

Remboursement

  • Les poches urinaires (de jambe et de nuit) sont délivrées par un bandagiste ou un pharmacien bandagiste reconnu. Elles sont remboursées si le patient est en possession d’une prescription médicale. Le remboursement s’opère généralement via l’application du régime du tiers payant.
  • Après un certain temps (souvent après six semaines), la sonde doit être remplacée.
    • Que ce soit un infirmier à domicile ou le médecin généraliste qui la change, c’est le patient qui doit acheter la nouvelle sonde chez un pharmacien. Celle-ci n’est pas remboursée.
    • Son placement par un infirmier à domicile, par contre, est bien remboursé. Si c’est le médecin généraliste qui la change, le patient paye la consultation.
    • Si le patient la fait poser à l’hôpital, il devra prendre un rendez-vous avec un urologue. Le coût de la sonde est en partie supporté par l’hôpital, mais la consultation reste à charge du patient.
    • Si la sonde est placée ou remplacée durant une hospitalisation ou une hospitalisation de jour, son coût est couvert par le prix de la journée d’entretien. On ne peut donc facturer, dans ce cas, aucun matériel au patient.