AccueilMaladiesListe des maladies

Angine de poitrine

L’angine de poitrine, appelée aussi angor dans le monde médical, se manifeste sous la forme d’une douleur lorsque le muscle du cœur (myocarde) ne reçoit plus assez de sang oxygéné par rapport à ses besoins.

Les personnes présentant ce déficit de perfusion cardiaque éprouvent une douloureuse sensation d’étau, de lourdeur, d’oppression dans la poitrine.

Quand peut-elle survenir ?

En fonction de la sévérité du déficit de perfusion, l’angine de poitrine peut apparaître lors d’efforts minimes, parfois simplement lorsqu’une personne se déshabille dans une pièce plus froide.

Les crises se produisent lorsque le cœur est davantage sollicité et que le myocarde a des besoins en oxygène plus importants.

Un angor qui survient pendant une période de repos est signe de sévérité. Il peut annoncer un infarctus du myocarde.

Le myocarde est alimenté par des artères spécifiques du cœur que l’on appelle les artères coronaires. Le déficit de sa perfusion est habituellement la conséquence d’une athérosclérose de ces artères coronaires parce que leur diamètre est rétréci. La quantité de sang pouvant alimenter le myocarde est alors limitée.

Retour au sommaire

Quelles sont les personnes à risque ?

L’un des facteurs non négligeables de l’angor est héréditaire. Les personnes dont un membre de la famille a souffert d’angine de poitrine (un père ou un frère de moins de 55 ans ; une mère ou une sœur de moins de 65 ans) sont plus menacées que les autres.

Toutefois, la cause principale se trouve dans une hygiène de vie néfaste pour la santé des vaisseaux et, donc, du cœur.

Une alimentation inappropriée, un manque d’activité physique et le tabagisme sont les principaux facteurs favorisant le développement de plaques d’athérosclérose. Ces plaques se déposent dans les parois des artères, qui s’obstruent progressivement. Elles gênent ainsi la circulation du sang.

Si un morceau de plaque se détache, ou si un caillot vient se former à cet endroit, la circulation s’interrompt totalement et un infarctus se produit.

Retour au sommaire

Quels en sont les signes avant-coureurs ?

Il arrive que l’angor survienne de manière brutale, souvent pendant un effort.

Cependant, elle fait généralement suite à une série de petits malaises, qui s’amplifient, mais auxquels on ne prête pas forcément attention. Une angine de poitrine peut s’exprimer sous forme de :

  • douleur dans le bras, l’omoplate, le cou, la gorge, la mâchoire ;
  • essoufflement ;
  • malaises ;
  • nausées ;
  • suées ;
  • oppression ;
  • indigestion ;
  • ...

Une douleur dans la poitrine ne doit jamais être négligée. Elle nécessite une consultation médicale rapide.

Pour confirmer le diagnostic d’angine de poitrine, divers examens techniques peuvent être réalisés.

La coronographie déterminera l’importance du rétrécissement des artères et le cardiologue pourra éventuellement, durant cet examen, tenter de les dilater afin de restaurer une bonne perfusion.

Retour au sommaire

Comment prévenir l’angine de poitrine ?

Adopter une hygiène de vie saine au jour le jour est la meilleure prévention contre l’angine de poitrine.

Même si l’athérosclérose est déjà présente, il n’est pas trop tard. Prendre quelques bonnes habitudes ralentira sa progression.

L’alimentation de type méditerranéen ainsi que la pratique régulière d’une activité physique sont les deux éléments essentiels à la santé du cœur, sans oublier l’arrêt du tabac.

Régime méditerranéen


Le régime méditerranéen est composé d’une alimentation variée, essentiellement basée sur des composants contenant peu de graisses animales.

Aliments recommandés


  • fruits
  • légumes
  • légumineuses
  • oignons
  • ail
  • noix
  • produits céréaliers complets
  • fromage
  • yaourt
  • poisson
  • volaille
  • huile d’olive
  • vin rouge (en quantité modérée)

Il est préférable de ne consommer la viande rouge qu’en petites quantités. L’apport en calories des différents repas et encas doit être raisonnable.

Activité physique


Avec votre médecin, il est important d’envisager la reprise progressive d’une activité physique quotidienne. Celui-ci vous conseillera le type d’exercices, la quantité, la fréquence qui sont en adéquation avec votre état de santé et votre fonction cardiaque. Il n’est pas nécessaire de s’inscrire dans des clubs sportifs intenses ; la réalisation des actes de la vie quotidienne (nettoyage, jardinage...) couplée à de la marche (laisser sa voiture au garage…) est déjà une base d’activité non négligeable.

Retour au sommaire

Comment traiter l’angine de poitrine ?

Le traitement de l’angor se fait principalement via des médicaments. Le médecin prescrira :

  • des médicaments qui diminuent la consommation du muscle cardiaque, en diminuant la fréquence du cœur, et qui abaissent la pression artérielle ;
  • de l’aspirine, qui fluidifie le sang et facilite ainsi sa circulation ;
  • des médicaments hypocholestérolémiants (statines), qui équilibrent les graisses du sang en réduisant le taux de cholestérol.

En cas de crise chez un patient connu, un soulagement peut être obtenu dans un délai de 5 à 15 minutes grâce au repos et à l’usage d’un spray ou la prise d’un médicament à base de trinitrine (qui va ouvrir les vaisseaux sanguins et ainsi diminuer le travail du cœur).

En fonction de la sévérité de l’angine de poitrine, le médecin peut proposer une intervention de « reperfusion » ou de revascularisation qui rétablira une meilleure circulation sanguine dans le(s) tronçon(s) d’artères coronaires obstrué(s).

Il existe deux types d’interventions :

  • l’angioplastie (dilatation par ballonnet) avec ou sans placement d'un stent (sorte de petit ressort qui maintient l'artère bien ouverte), qui est la « reperfusion » proprement dite ;
  • le pontage chirurgical, qui est une intervention de revascularisation.

Retour au sommaire

En collaboration avec www.mongeneraliste.be

Voir aussi