AccueilMaladiesListe des maladies

Acné

L’acné est une affection bénigne mais embarrassante, qui dans la majorité des cas a une tendance à la guérison spontanée. Ci-dessous, vous trouverez des réponses aux questions les plus fréquemment posées en ce qui concerne l'acné.

Qu'est-ce que l'acné ?

L'acné se manifeste souvent par l’apparition de petits boutons sur le visage, mais peut également se développer sur d’autres parties du corps à forte concentration de glandes sébacées (par ex. les épaules, le dos, la poitrine).

L’acné concerne particulièrement les adolescents, mais nous pouvons tous en être affectés. Parmi ces autres formes d’acné, citons par exemple l’acné du nourrisson.

Retour au sommaire

Par quoi l’acné est-elle provoquée ?

Le développement de l’acné s’explique par une combinaison de facteurs. En cas d’acné juvénile (acné « ordinaire » ou acne vulgaris), les hormones et les bactéries jouent un rôle important. Mais d’autres types d’acné se développent au contact de substances étrangères, en présence de facteurs mécaniques (comme la pression ou le frottement) ou par la prise de certains médicaments.

Acné juvénile


La peau comporte des pores, chacun contenant entre autres une glande sébacée. Ces glandes produisent une substance lubrifiante, le sébum, qui s’écoule normalement vers l'extérieur par le pore. Le sébum assure l’élimination de cellules cutanées mortes et laisse une fine couche protectrice qui lubrifie la peau.

Sous l’influence des hormones sexuelles, les glandes sébacées commencent à croître dès la puberté et sécrètent davantage de sébum. Or, un excès de sébum peut boucher le pore, obstruant l’élimination de cet excès de sébum vers l’extérieur et faisant apparaître ce que l’on appelle un « comédon ». Celui-ci peut être blanc, sous l’effet de l’accumulation de sébum, ou noir, s'il est refermé par un petit amas de cellules mortes desquamées/exfoliées/résultant du processus de desquamation.

Suite à la multiplication de la bactérie « propionibacterium acnes », logée profondément dans les glandes sébacées, une inflammation apparaît. Un petit bouton rouge se forme dès lors où du pus jaunâtre peut se développer.

Substances étrangères


Par ailleurs, le pore peut également se boucher au contact de certaines substances. Ceci peut entraîner une accumulation de sébum et donc l'apparition de petits boutons.

  • Huile, goudron et hydrogènes chlorés contenus dans des peintures, laques et vernis
    Le contact externe avec ces produits peut provoquer une acné de contact. Cette forme d’acné affecte principalement les machinistes, les garagistes, les couvreurs et les travailleurs effectuant des travaux de voirie.
  • Produits cosmétiques
    L’utilisation prolongée et abondante de certains produits cosmétiques (par ex., crèmes de jour et de nuit, blush, poudres) peut provoquer ou aggraver l’acné.
    Les femmes ayant des antécédents d’acné développent facilement une telle forme d’acné cosmétique à un âge plus avancé. À cet égard, elles adoptent souvent une réaction inappropriée en utilisant encore plus de cosmétiques pour dissimuler les petites lésions.
    Aussi est-il préférable que les femmes sujettes à un problème d'acné et qui ne veulent pas pour autant renoncer aux produits cosmétiques optent pour une utilisation modérée de produits moins acnégènes (produits non comédogènes).

Facteurs de risque


Vous présentez un risque accru de développer de l'acné si :

  • un de vos parents ou les deux a/ont souffert d’acné sévère ;
  • votre peau sécrète beaucoup de sébum ;
  • vous prenez certains médicaments (par ex. certaines hormones ou de la phénytoïne (anti-épileptique)).

L’acné peut s’aggraver :

  • par grattage, pression ou frottement de la peau ;
  • par la prise de certains médicaments ;
  • en cas de sudation fréquente ou abondante ;
  • en présence d’un environnement chaud et d’un taux d'humidité élevé.

Hélas, il persiste encore des interrogations sur l’influence potentielle de nombreux autres facteurs :

  • La possibilité qu'une mauvaise hygiène corporelle influence l'apparition ou l'aggravation de l'acné n'est pas du tout clairement établie. En revanche, on sait que le nettoyage et le grattage excessifs de la peau peuvent favoriser l'acné.
  • L’influence de l’alimentation n’est pas encore clairement démontrée. Auparavant, on pensait qu'une alimentation grasse pouvait déclencher une éruption de petits boutons. Depuis peu, on pense que les produits laitiers pourraient être en cause. Cependant, ces affirmations ne sont pas encore suffisamment fondées.
  • À court terme, la lumière du soleil peut améliorer quelque peu l’acné. Par ailleurs, une exposition prolongée à la lumière du soleil peut renforcer l'affection. Cependant, une exposition trop intense au rayonnement solaire n’est pas recommandée, suite aux autres risques possibles (mélanomes).

Mythes


Une multitude de légendes, totalement infondées, circulent à propos de l’acné. Par exemple :

  • L’acné résulte d’une activité sexuelle.
    Faux. En effet, les hormones sexuelles ne sont pas les seules à déterminer la quantité de sébum.
  • L’acné est contagieuse.
    Faux. La bactérie à l’origine de l’acné se loge dans les profondeurs de la peau, et ne peut dès lors pas se transmettre d’une personne à l’autre.

Retour au sommaire

Que peut-on faire soi-même en cas d'acné ?

Ci-dessous, retrouvez quelques conseils à mettre vous-même en pratique si vous avez de l'acné : traitement local et peeling ainsi que quelques précautions à prendre en ce qui concerne l'hygiène, le maquillage et le soleil. Cependant, n'espérez pas de solution miracle et prenez votre mal en patience !

Traitement local


Dans le domaine du traitement de l’acné, de nombreuses préparations sont disponibles sur le marché. Elles contiennent des substances comme l’alcool, la chlorhexidine, l’acide salicylique et le peroxyde de benzoyle. Mais seule l’utilisation de peroxyde de benzoyle est recommandée. L’application de ce produit une à deux fois par jour lutte contre l’épaississement de la peau, freine l’inflammation et enraye le développement des bactéries.

En début de traitement, la peau peut se desquamer, rougir ou présenter des irritations. Diminuez déjà la fréquence si vous manifestez une hypersensibilité au produit. Et prévenez une irritation supplémentaire de la peau au contact de la lumière du soleil ou du vent. Le produit présente un effet blanchissant sur les vêtements, les poils ou le métal.

En cas de résultats, ceux-ci ne se manifesteront qu’après quelques semaines. Le mot d’ordre est donc : « tenez bon » ! Si vous constatez peu d’améliorations après six semaines, il est indispensable de consulter votre médecin. Il pourra vous prescrire un traitement adéquat, éventuellement complété par des antibiotiques. Evitez l’automédication et les essais multiples ; ils ne font que compliquer la vie du médecin pour vous prescrire un traitement efficace.

Ponçage doux


L’acné juvénile peut également être traitée au moyen d’un ponçage doux. Cependant, celui-ci n’a pas la préférence par rapport aux autres traitements locaux. Ces petits remèdes, en vente libre, ne modifient d’ailleurs pas la production de sébum.

En début de traitement, la peau peut desquamer ou rougir. Assurez-vous en tout cas de ne pas procéder à un ponçage trop agressif, car il peut dessécher la peau. Une amélioration ne sera visible qu'après quatre à huit semaines.

Ne rien faire


Il convient de toucher le moins possible aux comédons et petits boutons. Les presser peut laisser des cicatrices ou faire apparaître de nouveaux boutons.

Prendre patience


Le traitement de l’acné est un processus de longue haleine. Les résultats d’un traitement peuvent facilement se faire attendre six semaines, voire plus. À cet égard, le mot d'ordre est la patience.

Hygiène


En soi, une hygiène exacerbée n’influence en rien la prévention ou la diminution de petits boutons. Toutefois, il est recommandé de nettoyer la peau à l’eau tiède et le moins possible au savon. Si vous y tenez , utilisez alors un « savon sans savon » mais certainement pas un savon ordinaire ou des lotions qui dessècheraient votre peau. Séchez délicatement votre peau, car le frottement irrite la peau.

Maquillage


Il est préférable de ne pas appliquer de maquillage sur les zones de boutons. Si vous le faites tout de même, optez alors pour des produits à base d'eau. N’utilisez jamais de maquillage inutilement pendant une période prolongée.

Après l’utilisation de produits cosmétiques, rincez-vous toujours le visage à l’eau tiède.

Soleil


Le soleil épaissit la peau, diminuant temporairement l’acné. Néanmoins, l’exposition aux rayons du soleil est à proscrire. En effet, une exposition prolongée aux rayons du soleil risque d’aggraver le mal. Par ailleurs, en cas de prise de différents médicaments contre l’acné, la lumière du soleil peut provoquer des réactions d’hypersensibilité. De même, l’utilité de la lampe à UV est douteuse en cas de petits boutons.

Retour au sommaire

Quand consulter un médecin ?

Si l’acné juvénile enlaidit, elle se résorbe presque toujours après l’adolescence. Veillez toutefois à consulter un médecin si les soins que vous apportez à votre peau ne viennent pas facilement à bout des petits boutons. Evitez donc les multiples essais de produits divers, souvent très coûteux, qui malgré qu’ils soient très prometteurs, ne seront sans doute pas efficaces. Les conseils et traitements de votre médecin vous permettront aussi de prévenir les séquelles de cicatrisation inesthétiques.

Traitement médical des formes sévères d'acné


La prise de médicaments n’est recommandée que pour les formes d’acné très graves. Ceux-ci sont soumis à une prescription médicale. Cependant, ils ne remplacent jamais le traitement local : ils le complètent.

En cas de formes sévères, le médecin peut prescrire un antibiotique oral, associé à un traitement local au peroxyde de benzoyle ou à l’adapalène. Si cette solution n'aide pas, le médecin peut envisager un traitement à l'isotrétinoïne. La prise de ce médicament est cependant proscrite pendant la grossesse. Par ailleurs, un traitement hormonal figure parfois au rang des possibilités.

Traitement médical des formes modérées d'acné


Pour les formes modérées caractérisées par la présence de nombreux comédons, un traitement local à base d’adapalène 0,1 % (un dérivé de la vitamine A) peut aider. Cependant, il convient de ne jamais utiliser ce gel ou cette crème pendant la grossesse.

Pour les formes modérées caractérisées par la présence de nombreux petits boutons, l'application d'une lotion ou d'un gel à base de peroxyde de benzoyle reste le traitement le plus indiqué.

Si cette solution s'avère insuffisante, le médecin peut prescrire un traitement local combinant la prise d’un antibiotique et de pérodyde de benzoyle ou d’adapalène. Une préparation combinant du peroxyde de benzoyle et de l’adapalène figure également au rang des possibilités.

Les résultats offerts par ces différents produits sont assez variables. Leur prise doit être observée sur une période suffisamment longue, le résultat se manifestant généralement après 2 à 3 mois. En tout état de cause, il convient de ne jamais échanger les médicaments. Un produit efficace chez l’un peut ne pas apporter l’effet escompté chez l’autre.

En cas d’exposition à la lumière du soleil, presque tous les médicaments peuvent déclencher des réactions d'hypersensibilité. Il est dès lors préférable d'appliquer les produits locaux le soir. En été, on pourra éventuellement utiliser une crème ou un gel à plus faible dose.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne