Tout le monde peut éprouver un jour ou l’autre de l’anxiété. L’anxiété est un état émotionnel normal que l’on peut ressentir de manière ponctuelle. Mais, lorsque celle-ci devient excessive ou persistante, elle nécessite une aide et une prise en charge spécifique.

Quand le seuil d’anxiété « normal » est dépassé, cela devient une souffrance. L’anxiété interfère alors avec la vie de la personne, perturbe son sommeil, l’empêche de mener des activités ou d’agir comme elle le souhaiterait. Lorsque cette situation perdure plusieurs mois, on parle de troubles anxieux, qui peuvent exister sous différentes formes. Il faut alors se faire aider pour sortir de cette spirale néfaste.

Quelles sont les différentes formes d’anxiété ?

En cas d’anxiété généralisée, la personne s’inquiète de tous les risques qui pourraient arriver. L’anxiété prend alors une forme chronique, avec un terrain anxieux permanent.

Lors d’un trouble panique, elle est soumise à une attaque de terreur soudaine, qui peut apparaître de manière imprévisible et récurrente.

Une peur intense ou irraisonnée mène souvent à des phobies à l’égard d’objets (avion, ascenseur...), d’animaux ou de situations (prendre les transports en commun, par exemple). Une phobie sociale peut également se manifester lors de toute présence en public. Souvent, ces phobies conduisent à éviter systématiquement les situations déclenchant la peur. Ces « évitements » entraînent parfois des difficultés dans la vie sociale de l’individu.

Un trouble obsessionnel compulsif (TOC) amène la personne à répéter des gestes ou des comportements compulsifs, sans raison apparente, et parfois jusqu’à l’absurde (par exemple, le besoin de vérifier constamment que sa porte est fermée, se laver les mains un nombre incalculable de fois par jour par peur d’être contaminé...).

Enfin, avoir vu ou vécu un événement violent peut entraîner une peur intense et un sentiment d’impuissance qui entraînent le développement d’un stress post-traumatique.

Les troubles anxieux peuvent aussi être à l’origine de dépendance à l’alcool ou aux drogues.

Retour au sommaire

Qui peut en souffrir ?

Certaines personnes sont naturellement plus sujettes à l’anxiété que d’autres. Cela provient sans doute en partie de l’hérédité : les enfants de personnes anxieuses seraient plus anxieux que les autres, probablement à la fois à cause d’une vulnérabilité biologique au stress, mais aussi parce qu’ils ont vécu avec des parents perpétuellement anxieux.

L’environnement et les événements de vie jouent également un grand rôle : lorsqu’on est en prise avec des difficultés de couple, des problèmes financiers ou des conflits professionnels, et qu’on ne dispose pas d’un réseau de soutien adapté.

Certains traits de personnalité, comme le manque de confiance en soi ou la faible estime de soi, contribuent aussi à accroître le taux d'anxiété.

L’anxiété est un signe qui accompagne souvent un état dépressif.

Les troubles anxieux peuvent être favorisés par le vécu de traumatismes ou de sévices.

Il faut savoir qu’un stress intense et répété peut aussi entraîner des troubles anxieux.

Retour au sommaire

Quelles sont les manifestations de l’anxiété ?

Les troubles anxieux peuvent s’accompagner de symptômes physiques variables tels que :

  • augmentation de la fréquence cardiaque
  • tremblements
  • sueurs abondantes
  • nausées
  • impression d’étouffer
  • vertiges
  • bouffées de chaleur ou, au contraire, frissons
  • maux d’estomac
  • tensions musculaires
  • insomnies
  • troubles de la concentration
  • (...)

Parfois, la personne est envahie par une peur de mourir ou de devenir folle. Une anxiété sévère de longue durée peut entraîner des troubles fonctionnels comme le syndrome du côlon irritable, de l’hypertension ou des maladies cardiovasculaires. Plus un traitement débute rapidement après un stress post-traumatique, plus il a des chances de fonctionner.

Retour au sommaire

Quels sont les traitements possibles ?

Les troubles anxieux sont parfois difficiles à diagnostiquer car ils peuvent se dissimuler derrière des maux d’estomac, des troubles cardiaques, gastro-intestinaux ou neurologiques.

Les traitements de l’anxiété s’appuient sur l’association :

  • D’une thérapie (en général, une thérapie cognitivo-comportementale) ; votre médecin généraliste pourra vous aider ou vous conseiller un psychologue ;
  • De médicaments, comme les anxiolytiques, les antidépresseurs ou les béta-bloquants.

La plupart des anxiolytiques, en raison de leurs effets secondaires et de leur risque d’accoutumance, ne sont prescrits que pour des périodes limitées.

La pratique d’une activité physique régulière, tout comme les techniques de relaxation et de méditation, sont des apports importants aux traitements.

Retour au sommaire

En collaboration avec www.mongeneraliste.be

Voir aussi