AccueilMaladiesListe des maladies

Apnée obstructive du sommeil

L'apnée obstructive du sommeil correspond à un arrêt respiratoire dû à la fermeture (obstruction) complète ou partielle des voies aériennes. Lorsque la teneur en oxygène dans le sang baisse dangereusement, le cerveau émet un signal d'alarme permettant la tension des muscles de la gorge, l'ouverture des voies aériennes et ainsi la reprise de la respiration.

Il n'est question d'un syndrome d'apnée obstructive du sommeil que si :

  • au moins cinq fois par heure, vous êtes sujet à une interruption respiratoire ;
  • chaque interruption respiratoire dure au moins dix secondes ;
  • vous souffrez pendant la journée d'interruptions de sommeil ou de somnolence.

L'apnée obstructive du sommeil survient en général entre 45 et 65 ans. Elle est deux fois plus fréquente chez les hommes.

Quels en sont les symptômes ?

Après une interruption respiratoire, il se peut que vous vous réveilliez en sursaut ou que votre respiration ait des ratés. Toutefois, il se peut que vous continuiez à dormir sans rien remarquer. Cela dit, même dans ce cas, votre sommeil est interrompu et il est possible que vous subissiez les conséquences liées à la perturbation du sommeil.

Ronflements


Les ronflements sont fréquents en cas d'apnée obstructive du sommeil. À un certain nombre de ronflements bruyants succède un silence dû à l'interruption respiratoire. La respiration reprend ensuite avec un ronflement bruyant. Cela dit, vous pouvez aussi souffrir de graves apnées du sommeil sans ronfler pour autant.

Mal dormir


L'apnée obstructive du sommeil se caractérise par une difficulté à rester endormi et un réveil précoce. On observe également des symptômes tels que cauchemars, essoufflement nocturne, sensation d'oppression et mictions nocturnes multiples.

L'arrêt de la respiration s'accompagne souvent de mouvements : de légers mouvements des jambes, mais parfois aussi des mouvements brusques des bras et des jambes, ce qui peut évidemment réveiller votre partenaire.

Une transpiration excessive ainsi qu'une bouche sèche font également partie des symptômes fréquemment constatés.

En dépit de ces symptômes nocturnes, souvent vous ne réalisez pas que vous ne dormez pas bien. La plupart du temps, vous ne remarquez pas non plus que votre respiration s'interrompt temporairement.

Somnolence diurne


Au début, vous ne réalisez souvent pas que vous êtes somnolent pendant la journée. Pourtant, votre sommeil perturbé a pour effet que vous ne soyez pas reposé et que vous souffriez de fatigue, de problèmes de concentration, d'irritabilité et de sautes d'humeur.

La somnolence peut également provoquer des accidents, au travail ou sur la route. En cas de somnolence extrême, vous pouvez même vous endormir en parlant ou en mangeant.

Baisse de la qualité de vie


Ce syndrome peut se révéler très préjudiciable à votre qualité de vie.

  • Le matin, vous avez systématiquement le sentiment de ne pas avoir assez dormi et souffrez fréquemment de maux de tête.
  • Durant la journée, vous êtes irritable et souffrez de problèmes de concentration et de mémoire.
  • Des symptômes de dépression, d'angoisse et/ou des douleurs musculaires peuvent se manifester.
  • Les contacts sociaux ainsi que la relation de couple deviennent plus difficiles.
  • On observe souvent une baisse de la libido.
  • Les hommes peuvent souffrir d'impuissance.

Retour au sommaire

Par quoi est-elle provoquée ?

La fermeture des voies aériennes supérieures survient en raison de :

  • une anomalie des voies aériennes supérieures, telle que :
    • des malformations de la mâchoire inférieure, de la mâchoire supérieure ou de l'articulation mandibulaire ;
    • une augmentation du volume des tissus mous tels que le palais mou, la langue, la luette ou les amygdales ;
    • une obstruction nasale causée par une allergie, un rhume, une sinusite ou une sténose des narines ;
  • un affaiblissement des muscles de la gorge responsables de l'ouverture des voies aériennes ;
  • la fermeture du larynx ou des voies aériennes supérieures.

Chez les enfants, l'apnée du sommeil est généralement due au gonflement des amygdales situées dans le pharynx.

Facteurs de risque


L'obésité constitue le principal facteur de risque d'apnée obstructive du sommeil. Un certain nombre d'autres facteurs peuvent également contribuer à son apparition :

  • les ronflements : ce sont souvent des mécanismes identiques (ouverture de la gorge étroite et relâchement des muscles de la gorge) qui provoquent le ronflement et l'apnée du sommeil ; 10 à 20 % des ronfleurs souffrent ainsi également d'apnée du sommeil ;
  • la consommation d'alcool, surtout juste avant d'aller se coucher ;
  • certains médicaments tels que calmants ou analgésiques à base de dérivés morphiniques ;
  • le tabagisme ;
  • le fait de dormir sur le dos ;
  • des facteurs hormonaux : chez les femmes, le risque d'apnée augmente fort après la ménopause.

Les facteurs génétiques jouent un rôle et, ce, de différentes manières. La prédisposition à une anomalie anatomique, comme à certains facteurs de risque, peut être héréditaire.

Troubles pathologiques


Certaines pathologies se manifestent en combinaison avec l'apnée obstructive du sommeil :

Retour au sommaire

Quelles en sont les conséquences ?

Effets sur le comportement


  • Il existe un lien entre la gravité de l'apnée obstructive du sommeil et la somnolence diurne. En effet, en cas d'apnée légère, la somnolence est supportable, alors que les formes d'apnée modérées et sévères peuvent générer une somnolence diurne extrême.
  • La vigilance et l'attention diminuent déjà en cas de forme légère d'apnée. C'est pourquoi l'aptitude à la conduite s'en trouve également affectée. C'est ainsi que les gens souffrant d'apnée obstructive du sommeil sévère courent deux fois plus de risques d'avoir un accident de voiture.
  • La mémoire à court terme, le processus d'apprentissage et la faculté de raisonnement sont affectés en cas de forme modérée ou sévère. À noter que ces formes d'apnée touchent également souvent la mémoire à long terme.
  • Même votre humeur s'en trouve modifiée. C'est ainsi que des symptômes comme l'irritabilité, la fatigue et même parfois la dépression peuvent se manifester.

Effets sur le cœur et les vaisseaux sanguins


Les efforts fournis par les muscles pour vaincre l'obstruction, la teneur en oxygène réduite et les réveils à répétition exercent la nuit un effet négatif sur la tension artérielle et le rythme cardiaque. Et cet effet se répercute sur l'appareil cardiovasculare. Le risque d'hypertension artérielle, de troubles du rythme cardiaque, de maladies cardiaques et d'AVC s'en trouve accru.

Effets sur le métabolisme


  • Il est possible que l'apnée obstructive du sommeil favorise l'apparition d'un déséquilibre glycémique ainsi que de diabète.
  • Le manque d'oxygène répété aurait pour effet d'augmenter le taux de graisse dans le sang et d'engraisser le foie.
  • La surcharge pondérale constitue un facteur de risque important d'apnée du sommeil. Mais à l'inverse, l'apnée obstructive du sommeil pourrait générer une surcharge pondérale et une augmentation du taux de graisse abdominale.

Toutes ces constatations nécessitent toutefois des recherches complémentaires.

Retour au sommaire

Que peut-on faire soi-même ?

Vous pouvez faire certaines choses vous-même afin de résoudre complètement ou partiellement le problème. La modification de votre style de vie et de votre hygiène de sommeil constituent dans tous les cas la première étape d'un traitement éventuellement plus conséquent.

  • Surveillez votre poids. Si nécessaire, essayez de perdre du poids. Sollicitez pour ce faire l'accompagnement de votre médecin ou diététicien.
  • Arrêtez de fumer.
  • Réduisez votre consommation d'alcool, en tous cas avant d'aller vous coucher. Limitez-vous toujours à deux consommations par jour, et de préférence pas tous les jours.
  • Évitez de dormir sur le dos. Cela suffit parfois à atténuer les symptômes.

Retour au sommaire

Quand consulter un médecin ?

Consultez votre médecin si vous présentez des symptômes de fatigue diurne tels que :

  • Somnolence ;
  • irritabilité accrue ;
  • problèmes de concentration ;
  • sentiments dépressifs.

Contactez le médecin sans tarder au cas où vous ronflez bruyamment et souffrez de fatigue diurne.

En cas de suspicion de syndrome d'apnée obstructive du sommeil, votre médecin vous orientera vers un centre du sommeil. Un test du sommeil, permettra de poser un diagnostic et de déterminer quel est le meilleur traitement à suivre.

Retour au sommaire

Comment traiter l'apnée obstructive du sommeil ?

Augmentation de la pression d'air dans les voies aériennes (CPAP)


L'augmentation de la pression d'air dans les voies aériennes (pression positive continue ou CPAP) constitue la pierre angulaire du traitement de l'apnée obstructive du sommeil modérée à sévère. Il est en général fait usage d'un petit masque pour amener l'air dans le nez. Une pression d'air positive est ainsi créée, permettant aux voies aériennes de demeurer ouvertes et à l'air inspiré de parvenir aux poumons.

Le traitement par pression positive atténue les symptômes de somnolence. L'effet en est déjà visible après une nuit. La vigilance, l'attention et l'aptitude à conduire redeviennent normales. Après un certain temps, la personne recouvre également ses capacités de mémoire.

Le traitement ne se révèle efficace que s'il est appliqué correctement et de manière suffisante. Cela requiert en général de votre part et de celle de vos proches un effort quotidien et, ce, durant le reste de votre vie.

Le centre du sommeil vous fournira les informations utiles relatives au traitement et à l'utilisation de l'appareil.

Dormir dans une autre position


Il arrive que la position couchée sur le dos contribue à l'apparition de l'apnée obstructive du sommeil. Dans ce cas, il suffit parfois d'éviter de dormir sur le dos. Pour ce faire, vous pouvez fixer une balle de tennis au dos de votre pyjama. Cette modification de la position de sommeil est généralement associée à d'autres méthodes de traitement.

Un petit appareil dans la bouche (prothèse buccale)


En cas d'apnée obstructive du sommeil légère à modérée, où c'est surtout le ou la partenaire qui souffre des ronflements, une prothèse buccale constitue parfois une solution efficace. Elle peut également faire l'affaire lorsque vous n'arrivez pas à supporter ou utiliser un CPAP.

En fonction de la cause de l'apnée, l'appareil fera en sorte, pendant votre sommeil, que votre mâchoire inférieure soit maintenue vers l'avant, que votre palais mou soit maintenu vers le haut ou que votre langue ne soit pas attirée vers l'arrière. Cette méthode permet d'agrandir l'ouverture de la gorge, et ainsi de fluidifier le passage de l'air vers les poumons.

Chirurgie


Dans certains cas, une intervention chirurgicale permet de soulager la personne. Dans ce cas, il faut qu'une cause anatomique ait été clairement identifiée et qu'elle puisse être traitée au moyen d'une opération. L'ablation des amygdales est un exemple bien connu. Il existe d'autres possibilités d'intervention, telles que les opérations du palais mou, de la langue ou encore de l'articulation mandibulaire.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne

Voir aussi