AccueilMaladiesListe des maladies

Blessure à l'épaule

L’épaule est constituée de l’omoplate, de la partie supérieure du bras, d’articulations, de muscles et de nerfs. La partie la plus importante de l’épaule est sans aucun doute son articulation. C’est en effet la seule articulation qui permet une rotation de 360 degrés. De ce fait, c’est aussi une articulation instable et à risque, surtout lors de mouvements du bras au-dessus de la hauteur de l’épaule.

Les blessures les plus fréquentes causées par une mauvaise utilisation ou une surcharge sur l’épaule sont :

  • une déchirure ou inflammation musculaire ;
  • une inflammation du nerf ;
  • une inflammation de la bourse séreuse ;
  • l’épaule gelée (inflammation dans et autour de l’articulation de l’épaule).

Quels en sont les symptômes ?

Une blessure à un muscle ou à un nerf de l’épaule provoque une douleur lorsque celle-ci est tendue ou étirée. Souvent, la douleur surgit lorsque certains mouvements sont effectués dans un certain angle. C’est surtout le fait de tourner le bras vers l’intérieur ou vers l’extérieur ou le fait de le soulever sur le côté qui est relativement douloureux. La douleur dans l’épaule peut être si intense qu’elle vous empêche de dormir.

En raison du mouvement des nerfs, l’endroit douloureux n’est pas toujours le même que la source réelle de la douleur. La douleur peut également irradier vers l’avant-bras et la main.

Le symptôme le plus évident apparaît lors d’un déboîtement de l’épaule. En effet, outre l'extrême douleur lors de chaque tentative de mouvement, cette blessure force une position anormale et non naturelle de l'épaule.

Parfois, les douleurs à l’épaule peuvent aller de pair avec des douleurs dans le cou.

Retour au sommaire

Comment une blessure à l'épaule peut-elle survenir ?

La cause précise des douleurs reste souvent floue.

Cependant, beaucoup de problèmes liés à l’épaule sont dus à une mauvaise utilisation chronique ou une surcharge de l’épaule. Vous pouvez donc finir par avoir mal si :

  • vous soulevez souvent des charges au-dessus de votre épaule ;
  • vous soulevez des objets lourds en gardant les épaules tombantes ;
  • vous répétez constamment le même mouvement ;
  • vous portez des charges inégales (par exemple, épaules tombantes).

Autres causes possibles


  • un coup violent ou une chute (avec pour conséquence, par exemple, un déboîtement de l’épaule lors duquel le haut du bras se déloge) ;
  • des déboîtements répétés qui affectent la solidité de l’épaule et mènent à une instabilité de celle-ci ;
  • une période de repos forcée (par exemple, après le port d’un plâtre ou d’un bandage) lors de laquelle des douleurs peuvent apparaître car les muscles ne fonctionnent pas encore de manière optimale ;
  • les rhumatismes, l’arthrose, une affection des nerfs ou d’autres maux qui affectent l’épaule ;
  • des tensions chez soi ou au travail.

Facteurs de risque


  • Certains métiers
    Les employé(e)s dans les industries d’assemblage, les caissier(ère)s, les soudeur(euse)s et les musicien(ne)s courent un risque élevé.
  • Certains sports
    La plupart des sports de ballon, certaines disciplines athlétiques, la natation et le tennis exposent les muscles et les nerfs de l’épaule à des charges qui dépassent souvent la limite de ce que ces tissus peuvent supporter.

Retour au sommaire

Que faire soi-même ?

Revalidation active


  • Lors d’une inflammation ou d’un déchirement musculaire causé par une mauvaise utilisation ou surcharge chronique de l’épaule, il est conseillé de laisser l’épaule au repos provisoirement étant donné que même les petits mouvements sont très douloureux. Essayez toutefois plusieurs fois par jour de bouger votre bras dans plusieurs directions.
  • Faites en sorte de reprendre vos activités quotidiennes le plus vite possible sans surcharger l’épaule. N’attendez pas que la douleur aie totalement disparu. Si vous attendez trop longtemps, votre épaule sera raide et il deviendra de plus en plus pénible d’utiliser votre bras. Cela mènera à une destruction progressive des tissus, ce qui peut endommager la solidité de l’épaule. Ces dernières années, l’avis est devenu unanime que cette revalidation active doit être mise en place le plus vite possible. Un physiothérapeute peut dans ce cas vous aider à mettre en place un schéma d’exercices.
  • Les massages et manipulations avec ultrasons, stimulations électriques et rayons chaud n'accélèrent pas la guérison, mais peuvent parfois soulager la douleur.

Médicaments


Pour combattre la douleur, utilisez du paracétamol pendant une à deux semaines.

Si cela n’aide pas, un recours à un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), tel que l’ibuprofène peut être indiqué. Ces AINS sont des antidouleurs qui freinent l’inflammation. Mais, contrairement au paracétamol, ils sont accompagnés d’effets secondaires indésirables.

Pommades et glace


L’utilité de la pommade et de la glace pour les blessures à l'épaule n'a jamais été prouvée car les lésions sont profondes et cachées par les muscles.

Retour au sommaire

Quand consulter un médecin ?

Les douleurs à l’épaule disparaissent d'elles-mêmes dans la majorité des cas.

La douleur la plus intense disparaît souvent dans les deux semaines, après quoi vous pouvez de nouveau utiliser votre épaule de manière raisonnable. Une guérison rapide peut survenir si les douleurs sont apparues soudainement ou après un surmenage dû à des mouvements inhabituels. Les douleurs qui sont survenues progressivement ou qui vont de pair avec des douleurs dans le cou guérissent, en règle générale, moins vite. Chez plus ou moins la moitié des personnes, les douleurs durent plus de six semaines, et même souvent de six mois à un an.

Il vous est conseillé de prendre contact avec votre médecin traitant si :

  • la douleur ne diminue pas suffisamment malgré les soins autonomes ;
  • la douleur est sévère ;
  • la douleur ne s’est pas apaisée après deux semaines ;
  • la douleur vous gêne encore dans vos activités journalières après six semaines ;
  • vous êtes préoccupé(e).

En cas de déboîtement de l’épaule, il vaut mieux prendre contact avec un spécialiste. N’essayez jamais de remettre votre bras déboîté en place vous-même. Une manœuvre imprudente peut endommager les nerfs.

Etant donné qu’une multitude de facteurs peuvent générer une douleur dans l’épaule, il est essentiel de connaître la raison exacte de votre douleur avant de commencer une thérapie. Une intervention (par exemple, une injection de corticoïdes) sans connaître le diagnostic précis est à éviter absolument. Les chances sont grandes que le traitement fasse alors plus de mal que de bien.

Si la thérapie par médicaments ou éventuellement par injections échoue, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Celle-ci n’est heureusement plus si contraignante grâce à l’opération par écran.

Retour au sommaire

Comment prévenir une blessure à l'épaule ?

Si ce sont les conditions de travail qui ont provoqué la lésion, un ergonome, en concertation avec le médecin d’entreprise, peut intervenir pour prévenir l’apparition de nouvelles douleurs. Les sportifs pourront être contraints d’adapter leur entraînement ou leur technique.

Conseils pour ne plus laisser leur chance à de nouvelles blessures :

  • portez les charges lourdes aussi près que possible de votre corps ;
  • répartissez la charge, par exemple en utilisant les deux mains ou en soulevant deux fois dix kilos au lieu d’une fois vingt kilos ;
  • évitez les mouvements et charges unilatérales et durables ;
  • faites des pauses régulières lorsque vos épaules doivent être chargées sur une longue période ;
  • apprenez de bonnes techniques pour soulever des charges ;
  • utilisez, lorsque c’est possible, des outils d’aide ;
  • évaluez correctement vos propres capacités !

Pour éviter une rechute, une autodiscipline est nécessaire afin d’appliquer les exercices, techniques et postures apprises dans la vie quotidienne.

Retour au sommaire

Source : "Zal ik de dokter bellen ? Medisch ABC voor het hele gezin", docteur Michiel Callens, éditions Lannoo, 2009, 319 pages