Le cholestérol est un lipide entrant dans la composition des cellules de l'organisme et produisant des hormones, de la vitamine D et des acides biliaires. En vertu de ces propriétés positives, chaque organisme a donc besoin de cholestérol. Chez les bébés, les enfants, les femmes enceintes et les mères allaitantes, le besoin en cholestérol est même très important.

De par le risque de maladies cardio-vasculaires qu'il implique, on attribue souvent au cholestérol des propriétés négatives. Cette mauvaise réputation n'est donc pas entièrement justifiée, car en vérité, personne ne peut s'en passer. La situation ne devient dangereuse que lorsqu'il est présent en trop grande quantité dans le sang. A ce moment, il peut en effet provoquer une obstruction empêchant la libre circulation du sang dans l'organisme.

Types de cholestérol

Le cholestérol n'est pas uniquement assimilé par l'organisme à travers l'alimentation. Le foie en produit également et est même à l'origine de quatre cinquièmes de la quantité totale de cholestérol présent dans l'organisme.

Le transport du cholestérol à travers l'organisme se fait par les vaisseaux sanguins. Étant donné que les lipides ne se dissolvent pas dans le sang, le cholestérol se fixe aux protéines lors du transport.

  • Le LDL (lipoprotéine à basse densité) désigne la protéine de notre sang qui achemine le cholestérol du foie vers les différents organes. En cas de présence importante de protéines LDL dans l'organisme, une grande quantité de cholestérol est acheminée vers les organes. Le cholestérol peut alors s'accumuler dans les vaisseaux sanguins. La protéine LDL renvoie donc au mauvais cholestérol.
  • Le HDL (lipoprotéine à haute densité) assure le trajet inverse, en acheminant les lipides des organes vers le foie. Le cholestérol qui se fixe à la protéine HDL est catalogué comme bon cholestérol en raison de cette fonction de « nettoyage » du cholestérol.

Retour au sommaire

Facteurs de risque

De nombreux facteurs déterminant le taux de cholestérol sont incontrôlables :

  • l'hérédité ;
  • le sexe : les hommes courent davantage de risques d'avoir un cholestérol élevé ;
  • l'âge : le risque augmente avec l'âge.

Il reste toutefois parfaitement possible d'agir sur son mode de vie et ses habitudes alimentaires.

Retour au sommaire

Comment le cholestérol est-il mesuré ?

La mesure du cholestérol s'effectue lors d'un prélèvement sanguin, auquel vous ne devez pas vous présenter à jeun. Le contrôle est réalisé de préférence après une période au cours de laquelle vous avez suivi vos habitudes alimentaires normalement et à un moment où votre poids corporel est relativement stable.

Différents facteurs (alimentation, infections éventuelles, etc.) peuvent influencer le taux de cholestérol. Un médecin ne vous prescrira donc jamais de médicaments après une seule mesure. Il ne le fera qu'après confirmation de vos valeurs par une deuxième mesure, qui surviendra environ huit semaines après la première.

Si vous n'appartenez pas à un groupe à risque, ce contrôle n'est nécessaire qu'à partir de 35 ans (hommes) ou 45 ans (femmes). Il doit ensuite être répété de préférence tous les cinq ans, jusqu'à l'âge de 70 ans. Une fois ce cap passé, un taux de cholestérol élevé ne constitue en effet généralement plus un facteur de risque important dans le cadre des maladies cardio-vasculaires, pour autant qu'il n'y ait pas d'autres facteurs de risque présents.

Retour au sommaire

Quels sont les symptômes et les conséquences d'un cholestérol trop élevé ?

Si le cholestérol s'accumule dans un vaisseau sanguin, celui-ci s'obstruera progressivement par dépôt de lipides sur les artères. Nous parlerons alors d'athérosclérose. Si le vaisseau sanguin se rétrécit encore, l'acheminement du sang dans l'organisme en sera compromis, ce qui conduira à un manque d'oxygénation des organes.

Le côté perfide de l'athérosclérose est que cette affection n'envoie aucun signal d'avertissement préalable : rien ne vous indique que vos vaisseaux deviennent moins élastiques et s'obstruent progressivement. Ce n'est donc généralement que lorsque l'athérosclérose est à un stade avancé que les problèmes de santé font leur apparition.

  • Athérosclérose au niveau des jambes
    Douleurs essentiellement au niveau des mollets lors de la marche
  • Athérosclérose au niveau du cœur
    Sentiment d'oppression dans la poitrine lors d'un effort. Lorsque le manque en oxygène se prolonge, la personne risque l'infarctus.
  • Athérosclérose à proximité du cerveau
    Peut conduire à un AVC avec risque de paralysie.

Retour au sommaire

Comment un cholestérol trop élevé peut-il être traité médicalement ?

L'évaluation de votre état de santé par une analyse de votre taux de cholestérol doit de préférence se faire par l'intermédiaire de votre médecin traitant.

Si votre médecin traitant constate que vous avez trop de mauvais cholestérol, le retour à une alimentation saine et à une meilleure hygiène de vie peut souvent résoudre le problème. Dans ce cadre, des recommandations relatives à une alimentation saine, pauvre en matières grasses peuvent s'avérer très utiles, que ce soit de la part de votre médecin traitant ou d'un diététicien.

Si votre taux de cholestérol est encore trop élevé après une période de trois mois, votre médecin pourra vous prescrire un médicament dit anticholestérolémiant. Ce médicament ne sera prescrit qu'en présence d'autres facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires (taux de cholestérol élevé par prédispositions génétiques, hypertension, tabagisme et diabète) ou lorsque vous avez déjà été victime d'une maladie cardio-vasculaire. Si ce n'est pas le cas et que l'excès de cholestérol n'est que modéré, il convient alors de se demander si la prise de ces médicaments est nécessaire.

En fonction du type de cholestérol et des valeurs mesurées, votre médecin déterminera la médication la plus appropriée à votre situation. Le premier choix est généralement un médicament issu du groupe des statines, le plus souvent la simvastatine dans sa forme générique. Prenez ces médicaments de préférence le soir, car c'est la nuit que la production de cholestérol est la plus élevée. Lisez attentivement la notice avant toute utilisation.

Les anticholestérolémiants peuvent en effet avoir des effets secondaires et influencer l'action d'autres médicaments. Rappelez-vous néanmoins que même si vous devez prendre un de ces médicaments, une alimentation saine et une bonne hygiène de vie restent impératifs.

Retour au sommaire

Comment diminuer son taux de cholestérol ?

Vie saine


Il est possible de diminuer son taux de cholestérol en adoptant une bonne hygiène de vie :

  • ne pas fumer ;
  • activité physique en suffisance : pratiquer une activité physique modérée au moins une demi-heure par jour, telle qu'une bonne promenade ou du vélo ;
  • combattre le surpoids ;
  • gérer son stress ;
  • manger sainemenent :
    • manger équilibré et varié, selon les principes de la pyramide alimentaire, en veillant à manger suffisamment de fruits, de légumes et de produits riches en fibres ;
    • opter pour des graisses non saturées (huile d'olive, poisson, légumineuses, etc.) au lieu de graisses saturées (beurre, viande, produits à base de lait entier, etc.) ;
    • préparer la nourriture en usant de techniques de cuisson pauvres en matière grasse, comme la cuisson vapeur, les grillades ou les aliments pochés ;
    • limiter les fritures ;
    • privilégier les produits maigres ou à base de lait demi-écrémé.

Attention aux margarines et aux yaourts


Chaque jour, la publicité nous vante les mérites des margarines et autres yaourts à base de stérols ou de stanols végétaux capables de faire baisser le taux de cholestérol. Si les stanols végétaux font effectivement baisser le taux de cholestérol, pour les personnes qui présentent des prédispositions à un taux de cholestérol élevé, ces produits onéreux ne pourront jamais remplacer un mode de vie sain ou la prise de médicaments dits anticholestérolémiants.

En outre, la prudence est de mise dans la mesure où ces margarines et autres yaourts relativement onéreux doivent être combinés à une alimentation saine, notamment parce qu'ils peuvent réduire l'assimilation de produits liposolubles nécessaires à l'organisme. Nous ignorons également si ces produits peuvent réduire de façon efficace les risques de maladies cardio-vasculaires sur le long terme. Enfin, ils ne peuvent pas être consommés par les enfants, les femmes enceintes et les mères allaitantes.

Retour au sommaire

Source : « Zal ik de dokter bellen ? Medisch ABC voor het hele gezin », Dr. Michiel Callens, éditions Lannoo, 2009, 319 pages (traduction libre : « Dois-je appeler le médecin ? Abécédaire médical pour toute la famille »)

Voir aussi


Téléchargement