AccueilMaladiesListe des maladies

Coup du lapin

Le coup du lapin (en anglais « whiplash ») est une lésion liée à une flexion-extension de la nuque. Il survient lorsque votre tête est précipitée vers l’arrière de manière soudaine et incontrôlée, avant d’être ensuite violemment repoussée vers l’avant.

Le coup du lapin est généralement ressenti en cas de collision par l’arrière avec un véhicule.

Quels en sont les symptômes ?

De quelques heures à quelques jours plus tard, vous pouvez ressentir des douleurs dans la nuque et des maux de tête, avec des difficultés à faire des mouvements de nuque.

Les autres symptômes possibles sont :

  • douleur dans les épaules ;
  • fatigue ;
  • hypersensibilité au bruit ou à la lumière ;
  • nausées ;
  • problèmes de mémoire.

Retour au sommaire

Comment évolue-t-il ?

Normalement, ces troubles disparaissent en 4 à 6 semaines.

S’ils persistent plus de 3 mois, il est question de coup du lapin chronique. Un stress ou la crainte que les troubles ne disparaissent pas peuvent aggraver la situation. En cas de coup du lapin chronique, des symptômes annexes, comme des troubles de la concentration, peuvent apparaître.

Retour au sommaire

Quand consulter un médecin ?

Consultez toujours votre médecin généraliste si vous ressentez des douleurs à la nuque après un accident. Celui-ci :

  • vérifiera si vos douleurs sont liées à l’accident ;
  • contrôlera si vous n’avez pas de fracture, de lésion nerveuse ou de déplacement au niveau des vertèbres.

En cas de douleur aiguë après l’accident, il vous prescrira des anti-inflammatoires ou des analgésiques. Votre médecin peut aussi vous donner un schéma d’exercices à pratiquer ou vous prescrire un traitement chez un kinésithérapeute.

En cas de douleurs durables ou intenses, il vous renverra vers un spécialiste.

Retour au sommaire

Que peut-on faire soi-même ?

Les douleurs après un coup du lapin sont normales et disparaissent généralement d’elles-mêmes après quelques semaines.

En cas de douleur, vous pouvez appliquer des compresses froides sur votre nuque ou prendre un analgésique à base de paracétamol. La minerve a également déjà fait ses preuves.

Prendre quelques jours de repos est judicieux, mais limitez-vous à quatre jours maximum. Essayez de reprendre vos activités le plus rapidement possible. Le mouvement accélère en effet la convalescence. La peur de bouger et la crainte de troubles persistants sont contreproductifs et favorisent la chronicité du problème.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne - 24/06/2016