AccueilMaladiesListe des maladies

Cystite

Une envie continuelle d'uriner sans délai accompagnée de brulûres, voire de douleurs ? Vous souffrez peut-être d'une cystite. Cette affection n'est pas toujours bénigne, si elle persiste, parlez-en à votre médecin généraliste.

Un problème plutôt féminin

Les femmes sont 10 fois plus atteintes par la cystite que les hommes.

En cause : leur anatomie ! Leur urètre est très court. Toute infection de cet organe risque donc de se propager plus vite à la vessie. De plus, l’orifice urinaire se situe près du vagin et de l’anus, sources naturelles de bactéries.

Retour au sommaire

Qu'est-ce qu'une cystite ?

Il suffit de microbes mal placés pour que survienne, tout à coup, une envie d’uriner sans délai, obsédante, quasi continuelle. Elle s’explique par la présence de bactéries dans les voies urinaires, qui sont normalement stériles.

Une origine bactérienne


Le plus souvent, il s'agit de bactéries provenant de l’intestin (ce qu’on appelle parfois la «flore fécale»).

Elles pénètrent via l’urètre (le canal par lequel nous urinons) et peuvent remonter jusqu'à la vessie où elles provoquent alors une inflammation, appelée cystite.

Les signes


Plusieurs signes caractéristiques, simultanés ou pas, signent la présence d’une cystite. Les envies fréquentes d’uriner, souvent pour de très faibles volumes, y compris la nuit, sont les plus connues. Des symptômes de brûlure, surtout en fin de miction, peuvent être présents. Ils s’accompagnent parfois d’une sensation de pesanteur dans le bas ventre (au-dessus du pubis), sinon de douleur. Souvent, l’urine est trouble et/ou malodorante.

Il peut y avoir de petits saignements en fin de miction, mais ils ne sont pas un signe de gravité de l’infection.

Quand faut-il s'inquiéter ?


Chez une femme en bonne santé, la cystite est considérée a priori comme une infection bénigne. Mais lorsqu’elle revient souvent, ou lorsqu’elle résiste au traitement, il faut en parler à votre médecin généraliste pour qu'il vérifie l’absence de problèmes gynécologiques ou digestifs.

La présence de douleurs au bas du dos, de fièvre, de vomissements, constituent des signes d’alerte : ils font suspecter une atteinte des reins. Une consultation médicale s’impose alors. Un diagnostic rapide et précis, avec l’identification des germes responsables, permet de mettre en place un traitement adéquat et d’éviter d'abîmer définitivement les reins.

Les complications de la cystite sont plus redoutées chez les personnes souffrant de diabète, ou dont les défenses immunitaires sont affaiblies. Ou, encore, chez les femmes enceintes car cette infection peut entraîner un risque d’accouchement prématuré.

Les hommes et les jeunes enfants ne sont pas à l’abri des infections urinaires. Chez l’enfant, elles révèlent parfois une malformation des voies urinaires.

Retour au sommaire

Comment soigner une cystite ?

Le traitement de base de la cystite est très simple : boire beaucoup, au moins 1,5 à 2 litres d’eau. En urinant fréquemment, on élimine les germes présents dans la vessie. Si cela ne suffit pas, votre médecin traitant peut vous prescrire un traitement antibiotique court (1 jour ou 3 jours). Les signes disparaissent souvent dans les 48 heures.

En cas de cystites récidivantes, on conseille de boire régulièrement du jus de canneberge, considéré comme un remède traditionnel des infections urinaires.

Lorsque les symptômes persistent ou réapparaissent malgré les traitements, d’autres infections de l’urètre, liées par exemple à des maladies sexuellement transmissibles, peuvent être suspectées. Une recherche des germes responsables de l’infection permet d’y voir plus clair.

Retour au sommaire

Comment éviter une cystite ?

Pour éviter la cystite et ses fréquentes récidives, outre une bonne hygiène locale, il existe des mesures toutes simples (surtout valables pour les femmes) :

  • Buvez suffisamment (au moins 1,5 litre d’eau par jour), sans vous retenir d’uriner.
  • Urinez après avoir fait l’amour, afin de chasser les germes qui auraient pu être apportés jusqu’à l’urètre durant le rapport sexuel.
  • Adoptez le bon geste : aux toilettes, essuyez-vous d’avant en arrière.
  • La transpiration et l’humidité aident les bactéries à se multiplier : mieux vaut éviter les vêtements serrés ou synthétiques.
  • Luttez contre la constipation : la stagnation des selles au niveau du rectum favorise le développement des microbes.

Bon à savoir : les risques de cystite sont plus élevés en été quand, avec la chaleur et la transpiration, l’envie d’uriner a tendance à être moins fréquente.

Retour au sommaire

En collaboration avec www.mongeneraliste.be