AccueilMaladiesListe des maladies

Infections sexuellement transmissibles (IST)

Les infections sexuellement transmissibles - abréviation : IST - sont des maladies infectieuses que l'on peut contracter lors d’un contact sexuel non protégé avec une personne infectée. La plupart des IST peuvent être évitées en ayant des rapports sexuels protégés.

En Belgique, la chlamydiose et les verrues génitales sont les principales IST. On relève actuellement une augmentation des cas de chlamydiose, de gonorrhée et de syphilis. En outre, trois nouveaux cas d'infections par le VIH sont signalés chaque jour.

Quels en sont les causes ?

L'herpès génital, les verrues génitales, le VIH et l'hépatite B sont causés par un virus.

Pour la chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis, le déclencheur est une bactérie.

Parfois, un parasite est à l'origine de la maladie, tel que la trichomonase. Dans le cas de la gale, le coupable est un parasite animal : le sarcopte, sorte d’acarien. En ce qui concerne la phtiriase, il s'agit d'un insecte, le pou du pubis (morpion).

Retour au sommaire

Quels sont les groupes à risque ?

Les catégories suivantes sont davantage exposées à une IST :

  • les jeunes et les jeunes adultes ayant des contacts hétérosexuels ;
  • les adultes ayant des contacts sexuels avec de multiples partenaires ;
  • les hommes homosexuels et bisexuels ;
  • les hommes positifs au VIH ayant des relations sexuelles avec des hommes.

La plupart des IST sont relevées chez les jeunes adultes. En effet, ces derniers ne considèrent pas toujours les relations « stables » courtes ou longues qui se succèdent comme des contacts sexuels « multiples », oubliant ainsi qu'il est préférable de passer un test avant d'avoir une relation sexuelle sans préservatif.

Retour au sommaire

Quels en sont les symptômes ?

Beaucoup d'infections sexuellement transmissibles (IST) ont des symptômes vagues faisant penser à d'autres maladies.

Parfois, les situations suivantes peuvent également se présenter :

  • la maladie ne cause aucun problème et l'on ne s'aperçoit pas que l'on est infecté ;
  • les problèmes apparaissent longtemps après que l'on a été infecté ;
  • après un certain temps, les problèmes disparaissent, alors que les germes restent dans le corps.

Il se peut donc que vous ayez une IST sans le savoir, mais vous restez contagieux pour les autres.

Symptômes fréquents


Chaque IST est causée par un germe différent et implique donc des conséquences différentes.

Les symptômes ci-dessous apparaissent souvent en cas d'IST, mais ils peuvent également être dus à d'autres infections :

  • vésicules, petites ulcérations ou verrues sur le pénis, les bourses, le vagin, les lèvres, l'anus ou la bouche (même si elles ne sont pas douloureuses) ;
  • douleur au bas-ventre ;
  • douleur dans un ou deux testicules ;
  • sensation de douleur ou de brûlure lorsqu'on urine ;
  • sensation de douleur ou de brûlure lors des relations sexuelles ;
  • perte de sang lors des relations sexuelles ;
  • perte de sang entre deux menstruations ;
  • glandes enflées dans l'aine ;
  • démangeaison au niveau du pénis, des lèvres, de l'anus ou des poils pubiens ;
  • perte accrue de liquide vaginal, coloré ou malodorant ;
  • perte de liquide depuis l'urètre ;
  • perte de liquide depuis l'anus.

Conséquences des IST non traitées


En cas de non traitement d'une IST, les conséquences peuvent être graves. Certaines IST peuvent ainsi conduire aux situations suivantes :

  • stérilité ;
  • grossesse extra-utérine ;
  • atteinte du système nerveux et usure des artères et vaisseaux sanguins ;
  • inflammation du foie ;
  • infection du fœtus.

Retour au sommaire

Comment peut-on être infecté ?

Les infections sexuellement transmissibles sont généralement transmises comme suit :

  • muqueuses du pénis, du vagin, de l'anus et de la bouche ;
  • liquides corporels tels que le sang (également le sang des menstruations), le sperme, le liquide pré-éjaculatoire, les sécrétions vaginales, le liquide provenant des vésicules ou des ulcérations ainsi que le pus.

En cas de relations sexuelles sans préservatif ou digue dentaire avec une personne infectée, vous courez un risque.

Les baisers avec la langue n'exposent en principe à aucun risque.

Contact corporel


Si des muqueuses ou des liquides corporels infectés d'une personne entrent en contact avec les muqueuses d'une autre personne, il existe un risque d'infection.

Certaines IST sont également transmises par contact de la peau des muqueuses avec les petites blessures d'une personne infectée. La gale peut ainsi être transmise à travers un contact corporel prolongé, l'herpès génital à travers le contact avec l'humidité des blessures, les verrues génitales à travers un contact direct avec les verrues et la phtiriase à travers le contact corporel.

Comme les blessures peuvent se situer à différents endroits, un préservatif offre une protection insuffisante.

Sang


Le VIH et l'hépatite B peuvent également être transmis par voie sanguine, sans contact sexuel. Cela peut survenir :

  • en réutilisant des seringues infectées ou d'autres objets tranchants ;
  • via du matériel de donneur infecté ;
  • via des blessures à travers lesquelles une personne infectée entre en contact avec la peau abîmée d'une autre personne.

Contact indirect


Les IST peuvent également être transmises indirectement, notamment suite à l'utilisation commune d'un sex-toy.

La gale, les verrues génitales et la phtiriase peuvent également être transmises via les draps ou les serviettes d'une personne à l'autre.

Grossesse ou accouchement


L'hépatite B et le VIH peuvent également être transmis de la mère à l'enfant pendant la grossesse ou l'accouchement.

Retour au sommaire

Quand faut-il voir un médecin ?

Rendez-vous immédiatement chez votre médecin si vous avez eu un rapport sexuel non protégé avec un partenaire que vous ne connaissez pas suffisamment et dont vous pensez qu'il est porteur du VIH ou de l'hépatite B.

  • Un traitement à base de médicaments dans un délai de 2 à 72 heures peut vous éviter d'être infecté par le VIH.
  • Les anticorps de l'hépatite B en combinaison avec une vaccination dans les 12 à 24 heures peuvent vous éviter d'être infecté par le virus de l'hépatite B.

Demandez également à votre médecin de famille de vous tester après chaque contact sexuel non protégé, surtout si vous présentez un ou plusieurs symptômes d'une infection sexuellement transmissible. Un test est également opportun si votre partenaire appartient à un groupe à risque, ou vous-même, ou si vous voulez avoir une relation sexuelle avec un nouveau partenaire sans utiliser un préservatif.

Si vous avez régulièrement des contacts sexuels avec des partenaires différents, il est peut-être opportun de passer un test une fois par an. Les hommes qui ont des contacts sexuels avec plusieurs hommes sont invités à faire ces tests une fois tous les six mois.

Retour au sommaire

Comment puis-je prévenir une IST ?

La plupart des infections sexuellement transmissibles (IST) peuvent être évitées en ayant des rapports sexuels protégés. L'utilisation d'un préservatif et d'une digue dentaire permet d'empêcher une infection par le VIH, l'hépatite B, la chlamydia, la gonorrhée et le trichomonas. Vous serez en outre partiellement protégé contre la syphilis, l'herpès et les verrues génitales.

Il est possible de se faire vacciner contre l'hépatite B et les verrues génitales causées par le virus du papillome humain de types 6 et 11.

Si vous vous trouvez dans une relation stable et souhaitez avoir des rapports sexuels sans préservatif, veillez d'abord à passer chacun un test.

Retour au sommaire

Puis-je passer un test pour détecter une IST ?

Pour passer un test de dépistage des infections sexuellement transmissibles, il est préférable de consulter votre médecin. Vous pouvez également vous adresser à un gynécologue, à un hôpital ou à la S Clinic à Bruxelles.

Le médecin vous demandera d'abord de lui décrire vos symptômes et le type de relation sexuelle que vous avez eue. Cela permet de déterminer la zone (bouche, vagin, pénis ou anus) à examiner.

Le médecin examinera également d'éventuelles vésicules, petites ulcérations ou verrues et, si nécessaire, le vagin chez les femmes. En fonction de l'IST présumée, du sang sera prélevé, un échantillon d'urine sera recueilli ou un frottis sera effectué sur la bouche, le vagin, le pénis ou l'anus.

Chaque médecin est astreint au secret professionnel et ne peut dès lors révéler à personne, y compromis à vos parents, la raison de votre visite. La facture du laboratoire sera toutefois envoyée à votre adresse légale, mais elle ne mentionnera pas la nature des tests sanguins et de l'urine.

Si vous souhaitez toutefois ne pas recevoir cette facture chez vous, faites-le savoir à votre médecin.

Evitez d'utiliser un autotest que vous pouvez commander en ligne. La plupart sont peu fiables et compliqués, entraînant facilement des erreurs. En outre, la plupart du temps, ils sont conçus uniquement pour une IST en particulier, sans vous offrir l'encadrement et les informations nécessaires garanties par un prestataire de soins.

Retour au sommaire

Comment les IST peuvent-elles être traitées ?

Une infection sexuellement transmissible (IST) doit être traitée le plus vite possible. Dans le cas contraire, cela peut comporter des conséquences graves pour votre santé.

Outre le traitement, il est également primordial d'informer vos partenaires sexuels précédents. Ces derniers pourront ainsi passer un test et suivre un traitement si nécessaire. Vous contribuerez ainsi à enrayer une propagation ultérieure. Déterminez avec votre médecin jusqu'où il faut remonter pour informer vos partenaires précédents.

IST bactériennes et trichomonas


Les IST causées par une bactérie et les trichomonas peuvent être adéquatement traitées avec des antibiotiques.

Tant que vous ne suivez pas un traitement, vous restez contagieux pour votre entourage. Suivre un traitement contribue donc également à arrêter la propagation d'une IST.

Décidez avec votre médecin s'il convient de passer un nouveau test après un traitement et déterminez pendant combien de temps vous resterez contagieux. Vous pourrez ainsi prendre les mesures nécessaires pour avoir des rapports protégés et n'infecter personne d'autre.

Si votre partenaire est également infecté, il doit être traité au même moment. Vous éviterez ainsi de vous infecter mutuellement une nouvelle fois.

IST virales


Les IST causées par un virus sont généralement plus difficiles à traiter.

En effet, le virus reste souvent dans le corps pendant une longue période (verrues génitales) voire tout au long de la vie (VIH, herpès génital). Tant que le virus est présent, vous restez contagieux pour les autres et vous devez prendre les précautions adéquates en cas de rapports sexuels.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne

Voir aussi