AccueilMaladiesListe des maladies

Mononucléose

La mononucléose est une maladie infectieuse virale, qui frappe surtout les jeunes enfants et les jeunes adultes. Etant donné que le virus se transmet par la salive, la mononucléose est également appelée la maladie du baiser.

Quels sont les symptômes de la mononucléose ?

Environ 90% des adultes ont contracté, sans s'en rendre compte, la mononucléose dans leur enfance, avant l'âge de 5 ans. Chez les enfants, les symptômes sont généralement inexistants ou tellement vagues que le diagnostic n’est pas posé. Cette maladie n’a en effet pas de fortes caractéristiques et est perçue comme un simple mal de gorge ou une petite grippe. 

Une maladie souvent enfantine


La plupart des gens contractent la mononucléose avant l’âge de 5 ans : c'est un avantage, car chez les enfants, les symptômes passent quasiment inaperçus. Parfois, elle provoque une légère fièvre, une éruption cutanée ou conduit à une pneumonie. Si vous la contractez durant la puberté ou comme jeune adulte, les symptômes sont souvent plus prononcés.

Les signes


Chez les jeunes adultes, les symptômes sont plus marqués. Ils peuvent présenter de la fièvre, des maux de gorge et avoir les ganglions lymphatiques enflés. Les amygdales sont recouvertes d'un dépôt blanc. Elles sont tellement enflées, ainsi que les ganglions de la gorge, que la déglutition en devient douloureuse. Les ganglions peuvent également être enflés à d'autres endroits (par exemple au niveau des machoirs ou des aisselles). Le mal de gorge dure généralement plus longtemps que lors d’une simple angine. Un autre symptôme très important est la fatigue prononcée. Certains le remarquent à peine, tandis que d’autres sont tellement fatigués qu’ils doivent sans cesse se reposer. 

D’autres symptômes possibles sont des paupières enflées, un appétit diminué, des douleurs musculaires, des éruptions cutanées (rougeurs), un gonflement de la rate, du foie ou des troubles hépatiques. Parfois, le teint peut être jaunâtre. Exceptionnellement, des symptômes plus graves ou des complications peuvent apparaître, comme une inflammation du muscle cardiaque, de l'anémie, ou encore une inflammation des articulations ou des nerfs.

La mononucléose n’est généralement pas dangereuse et disparaît d’elle-même. Personne ne peut dire combien de temps la maladie va durer. Parfois la fatigue peut se faire sentir des semaines ou des mois après la disparition des autres symptômes.

Le virus reste présent dans le corps à vie. Les symptômes peuvent réapparaître lorsque la résistance est affaiblie.

Retour au sommaire

Par quoi la mononucléose est-elle provoquée et comment l'éviter ?

La mononucléose est provoquée par le virus Epstein-Barr. Ce virus se transmet via la salive contaminée, par les mains contaminées ou via des verres ou des couverts contaminés.

La contamination


Après contamination, le virus peut rester en incubation de quatre jours à deux mois avant que vous ne développiez éventuellement la maladie. Chez les enfants du primaire, il faut généralement de 4 à 10 jours avant que les symptômes se manifestent, et chez les jeunes adultes, il faut compter de 4 à 7 semaines.

Après avoir contracté la mononucléose, vous êtes immunisé à vie. Le virus reste présent dans votre corps, mais n'occasionne plus de symptômes. Cependant, lorsque la résistance est affaiblie, le virus peut se réactiver et les symptômes réapparaître.

Comment éviter la mononucléose ?


Pour plusieurs raisons, il est très difficile d’éviter la contamination. Ainsi, le virus peut-il être transmis par des enfants malades, mais qui ne montrent aucun symptôme ou par des personnes immunisées qui portent le virus sans en être malade. En effet, chez les personnes ayant souffert de cette infection, le virus reste à jamais présent de manière dormante et elles peuvent parfois contaminer d’autres personnes.

Les mesures en vue de prévenir la contamination s’avèrent donc peu efficaces. Si vous n’avez jamais fait la mononucléose, éviter d’embrasser quelqu’un qui en est atteint ou de porter en bouche des objets sans les avoir préalablement nettoyés. Une bonne hygiène des mains lors des repas est également recommandée. Etant donné que la mononucléose passe souvent sans symptôme particulier, on ne sait malheureusement pas sans prise de sang si on a déjà ou non développé cette maladie.

Retour au sommaire

Comment traiter la mononucléose ?

Si vous pensez avoir la mononucléose, sachez qu'il n'existe pas de médicament spécifique pour guérir cette maladie. Cependant, certains comportements permettent de soulager les symptômes.

Diagnostic


Une suspicion de mononucléose ne pourra être confirmée que par une prise de sang. Toutefois, cela ne donnera pas d’indication quant à la gravité et la durée de la maladie.

Traitement médical


Il n’existe pas de médicament spécifique contre la mononucléose et les antibiotiques ne servent à rien car ils ne sont pas efficaces contre les virus.

Faut-il se rendre chez le médecin ?


Lorsque la mononucléose a été diagnostiquée, il est conseillé de consulter à un nouveau un médecin dans l'un des cas suivants :

  • la fièvre persiste ;
  • manger ou respirer devient difficile ;
  • une éruption cutanée apparaît ;
  • les battements de votre coeur sont irréguliers ;
  • votre peau ou le blanc de vos yeux devient jaune ;
  • vous perdez vos forces ou vous êtes paralysé ;
  • vous ne tolérez plus la lumière, vous êtes somnolent ou votre sommeil est anormal.

Que pouvez-vous faire ?


En cas de mononucléose, vous ne devez pas obligatoirement rester au lit, mais si vous vous sentez fébrile, avez de la fièvre ou mal partout, le repos est recommandé. Si possible, vous pouvez également poursuivre vos activités normales. Toutefois, évitez les efforts physiques et intellectuels trop importants.

Vous pouvez manger de tout, mais déglutir est parfois douloureux. S’il vous est difficile de manger, veillez cependant à vous hydrater suffisamment. Les aliments liquides, les boissons, les glaces ou les aliments moulus sont généralement plus facile à assimiler.

En cas de maux de gorge, vous pouvez éventuellement sucer un bonbon ou une pastille. Ceux-ci ne guériront toutefois jamais complètement les maux de gorge sévères. Parfois simplement sucer un bonbon peut s'avérer douloureux.

Si votre mal de gorge est trop douloureux, vous pouvez essayer de le soigner en prenant un antidouleur à base de paracétamol. Vous pouvez en trouver sous forme de comprimés, de comprimés solubles, de poudres, de comprimés à sucer ou à mâcher. N'hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien. Lisez attentivement la notice avant de prendre du paracétamol et respectez la dose quotidienne maximale de 4x1g.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne