AccueilMaladies et traitementsListe des maladies

Mort subite du nourrisson


On entend par la mort subite du nourrisson, le décès soudain et inattendu du bébé apparemment en bonne santé. Aucune anomalie ni cause ne peut être mise en avant pour expliquer le décès.

Depuis qu'on recommande de faire dormir les bébés sur le dos, le nombre de cas de mort subite a fortement diminué.

Pour lutter autant que possible contre la mort subite du nourrisson, il convient de respecter une bonne position de sommeil ainsi qu'un bon environnement de sommeil. Il n'existe malheureusement pas de prévention absolue.

Questions fréquemment posées

Facteurs de risque

Nous ne connaissons pas la cause précise de la mort subite du nourrisson, mais avons en revanche identifié plusieurs facteurs de risque. Certains peuvent être prévenus, d'autres pas.

  • Facteurs de risque auxquels on ne peut rien changer
    • Sexe : la mort subite du nourrisson est plus fréquente chez les garçons que chez les filles.
    • Âge : l'âge le plus vulnérable se situe entre deux et six mois.
    • Prématurés : les bébés nés avant terme présentent un risque plus élevé.
  • Facteurs de risque pouvant être prévenus
    • Position couché sur le ventre.
    • Tabagisme ou tabagisme passif en cours de grossesse.
    • Tabagisme dans l'environnement du bébé.
    • Température élevée dans la chambre.
    • Température élevée due à l'habillement, à la literie (sac de couchage trop chaud, par exemple) ou au recouvrement de la tête ou du visage (bonnet ou peluches, par exemple).
    • Lit ou literie peu sûr.
    • Substances soporifiques administrées au bébé ou à la mère (transmission via l'allaitement).

Retour au sommaire

L'utilisation d'un moniteur a-t-elle un sens ?

Dans un nombre limité de cas, le pédiatre ou le médecin de famille pourra supposer un risque accru de mort subite et proposer un examen du sommeil. Au cours de cet examen, on contrôle la respiration, l'activité cérébrale, les mouvements oculaires, l'activité musculaire, le rythme cardiaque et la teneur en oxygène dans le sang.

Si l'examen du sommeil révèle un risque accru, l'utilisation d'un moniteur est parfois indiquée pour suivre la respiration et les battements du cœur du bébé.

Vous ne pourrez-vous procurer de moniteur que si un centre spécialisé vous le prescrit pour des raisons médicales. Ce n'est le cas que dans des circonstances exceptionnelles.

Le moniteur doit répondre à des critères bien définis. Il ne peut cependant pas totalement exclure la mort subite du nourrisson et procure dès lors un faux sentiment de sécurité. En cas d'utilisation d'un moniteur, une position et un environnement de sommeil adaptés restent très importants.

Outre le moniteur, il existe un large éventail d'appareils dans le commerce qui prétendent suivre les mouvements respiratoires. Ces appareils ne sont pas conseillés et procurent un faux sentiment de sécurité. D'autre part, ces appareils coûtent cher et ne remplacent en aucun cas les mesures de prévention de la mort subite du nourrisson.

Retour au sommaire

Que peut-on faire soi-même pour éviter la mort subite du nourrisson ?

Veillez à ce que votre bébé dorme toujours sur le dos


Chaque bébé a des pauses respiratoires en cours de sommeil. Dans des conditions normales, ces pauses aboutissent vite à une réponse de réveil au cours de laquelle un profond soupir ou un changement de mouvement de la phase de sommeil a lieu.

Si le bébé dort sur le ventre, il dort plus profondément et est moins sensible à cette réponse de réveil. De plus, couché sur le ventre, la respiration risque d'être entravée et le bébé est moins mobile.

Sur le dos, le sommeil est moins profond, mais c'est la seule position de sommeil sûre.

Conseils


  • Habituez votre bébé à dormir sur le dos dès la naissance. La position sur le dos deviendra une habitude.
  • Veillez à placer le bébé avec les pieds près du bord du lit ou du berceau.
  • Utilisez un sac de couchage bien adapté pour éviter que votre bébé ne se retourne très tôt.
  • Un bébé qui se tourne rapidement et se retrouve couché sur le ventre pendant le sommeil ne doit pas à chaque fois être remis sur le dos. Il a suffisamment de force pour réagir si son visage est, par exemple, enfoui dans le matelas. Couchez cependant votre bébé sur le dos à chaque fois que vous le mettez au lit.
  • Si vous emmaillotez votre bébé, il est préférable de cesser avant l'âge de six mois. S'il est emmailloté, il vaut mieux que votre bébé ne roule pas sur le ventre.
  • Évitez également de coucher le bébé sur le côté. À partir de cette position, votre bébé pourra en effet plus facilement rouler sur le ventre.
  • Dans la journée, autorisez souvent votre bébé à jouer sur le ventre s'il est sous surveillance. Cette position stimule la motricité globale.

Ne fumez pas


  • Ne fumez pas en cours de grossesse et évitez les pièces enfumées pendant cette période. Le tabagisme représente un risque nettement élevé de mort subite.
  • Après la naissance, ne fumez pas à l'intérieur et demandez également aux autres de ne pas fumer en présence du bébé. Le tabagisme augmente non seulement le risque de mort subite mais aussi le risque d'asthme et de maladies infectieuses comme le rhume, la bronchite et l'otite.

Prévoyez une température basse dans l'environnement de sommeil


La chaleur ressentie par le bébé dépend d'une combinaison de plusieurs facteurs :

  • la température de la pièce (et non la température extérieure) ;
  • les vêtements du bébé ;
  • la literie : épaisseur du sac de couchage ou de la couverture.

Assurez toujours une bonne combinaison et veillez à ce que votre bébé n'ait pas trop chaud.

Conseils


  • Veillez à ce que la température de la pièce soit basse. Veillez à ce que votre bébé dorme les huit premières semaines dans une pièce dont la température est comprise entre 18 et 20 °C. Ensuite, une température de 18 °C suffit.
  • Habillez votre bébé moins chaudement et couvrez-le moins si vous ne pouvez pas suffisamment baisser la température de la pièce. Un bébé n'a pas vite trop froid. En cas de température ambiante plus élevée, augmentez la surveillance.
  • Veillez toujours à ce que le visage et la tête restent découverts. Pour maintenir sa température corporelle constante, un bébé dégage beaucoup de chaleur par la tête et le visage. Il n'a donc certainement pas besoin d'un bonnet pour dormir.
  • Assurez également une température suffisamment basse dans la voiture. Adaptez les vêtements et les couvertures de votre bébé s'il s'endort en cours de route.

Utilisez un lit et une literie adaptés


Sac de couchage ou couverture


  • Utilisez de préférence un sac de couchage. Il empêche que votre bébé ne roule trop tôt sur le ventre.
  • Prévoyez un sac de couchage bien ajusté, aux emmanchures à la taille du bébé. Votre bébé ne pourra ainsi pas glisser dans le sac de couchage.
  • Utilisez toujours un sac de couchage d'épaisseur adaptée pour que votre bébé n'ait pas trop chaud.
  • Vous utilisez un drap ou une couverture ? Veillez à ce que le drap ou la couverture soit tendu tout contre le pied du lit et soit bien fixé sous le matelas. En couchant le bébé contre le pied du lit, vous éviterez qu'il ne glisse sous le drap ou la couverture.

Lit


  • Prévoyez un lit à barreaux. Le fond doit être perméable à l'air et suffisamment robuste pour éviter l'affaissement.

Matelas et protège-matelas


  • Utilisez un matelas bien adapté et résistant. Votre bébé ne pourra ainsi pas s'y enfoncer n'y rouler sous le matelas ou entre le matelas et le bord du lit.
  • Fixez correctement le protège-matelas tout autour du matelas.
  • Assurez-vous que le matelas et le protège-matelas soient perméables à l'air et à la vapeur d'eau. La transpiration sera ainsi absorbée et votre bébé n'aura pas trop chaud.

Autres considérations relatives au lit


  • N'utilisez pas de barrière de lit.
  • Veillez à ce que votre enfant ne puisse pas rouler ni tomber hors du lit.
  • Ne laissez pas dans le lit coussins, attache-sucettes ni jouets.
  • Apprenez à votre bébé jusqu'à l'âge d'un an à ne pas dormir avec une peluche. Votre bébé de plus de six mois trouve en cours de journée du réconfort grâce à une peluche et en a besoin pour s'endormir ? Dès que votre bébé s'est endormi, retirez la peluche de son lit et installez-la à un endroit où il peut la voir.

Surveillez régulièrement votre bébé


Vous pourrez au mieux surveiller votre bébé endormi en restant à proximité de lui. Pendant le sommeil aussi, le bébé réagit de manière inconsciente aux bruits ambiants.

Conseils


  • Jetez de temps en temps un œil sur votre bébé qui dort. Cela ne le réveillera pas. Effleurez délicatement votre bébé si vous avez l'impression qu'il dort profondément et que cela vous inquiète. Il réagira par quelques légers mouvements et continuera tout simplement de dormir.
  • Jusqu'à l'âge de six mois :
    • faites dormir votre bébé dans la pièce où vous vous trouvez ;
    • la nuit, faites dormir votre bébé de préférence dans votre chambre.
  • Faites dormir votre bébé dans son propre lit. Les matelas mous, couvertures et coussins de votre lit ainsi que votre corps augmentent le risque d'accidents tels que l'étouffement. Glissez son lit contre le vôtre si vous souhaitez que votre enfant soit tout près de vous pendant la nuit. Si vous optez pour un berceau, vérifiez qu'il répond bien à tous les critères de sécurité.
  • Redoublez de vigilance :
    • par temps chaud ;
    • si votre enfant est malade ;
    • en cas de nouvelle situation ou situation de stress telle que l'entrée à la crèche, un séjour de vacances ou un déménagement.

Assurez-lui un repos suffisant et régulier


  • Pour l'alimentation et le sommeil, suivez le rythme de votre bébé. Vous ne devez pas le divertir toute la journée. Car s'il est trop fatigué, il aura des difficultés à s'endormir.
  • Laissez votre enfant s'habituer à de nouvelles situations (entrée à la crèche, séjour de vacances, déménagement, visite agitée…) car il peut les ressentir comme une source de stress. Si possible, introduisez la nouvelle situation progressivement et au cours de cette période, redoublez de vigilance pendant le sommeil.

Utilisez les médicaments avec modération


Certains médicaments ont une action soporifique et peuvent plonger votre enfant dans un sommeil profond. Les médicaments peuvent également aboutir dans l'organisme de votre bébé par le biais de l'allaitement.

Conseils


  • Ne donnez jamais de médicaments à votre bébé de votre propre initiative. Demandez toujours conseil à votre médecin ou votre pharmacien.
  • Consultez-les toujours si vous souhaitez prendre des médicaments en période d'allaitement.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne

Voir aussi


Mes avantages