AccueilMaladiesListe des maladies

Règles douloureuses

Le cycle de la femme est régi par des interactions hormonales complexes. Durant le cycle, qui dure en moyenne 28 jours, la muqueuse présente au niveau de l’utérus s’épaissit. Cette muqueuse permet à un ovule fécondé de se nicher et de se développer. Lorsqu’aucun ovule fécondé ne parvient à rejoindre l’utérus, la muqueuse se décolle et les règles débutent. Pendant les règles, l’utérus se contracte régulièrement pour permettre l’évacuation de la muqueuse, entraînant des pertes de sang.

Ces contractions s’accompagnent parfois de crampes douloureuses. Si cette douleur est généralement modérée, elle peut chez certaines femmes s’avérer gênante dans de nombreuses activités quotidiennes.

Certaines y sont confrontées dès leurs premières menstruations durant la puberté (douleurs menstruelles primaires), d’autres des années plus tard. Dans ce dernier cas, la douleur plus importante s’explique parfois par une cause sous-jacente comme un myome, une endométriose ou une inflammation (douleurs menstruelles secondaires).

Quels sont les symptômes des règles douloureuses ?

La douleur apparaît généralement juste avant les menstruations et se prolonge parfois jusqu’à leur fin. Elle est le plus souvent ressentie dans le bas-ventre, mais peut également irradier dans le dos et les cuisses.

La douleur peut être accompagnée de :


Certaines femmes sont également plus facilement tristes ou irritables pendant leurs règles.

Chez d’autres, les plaintes disparaissent après une grossesse, sans réelle explication à ce jour.

Retour au sommaire

Quelles sont les causes des douleurs menstruelles ?

Il est rarement question d’une cause médicale ou d’une anomalie congénitale de l’utérus.

Nul ne sait précisément pourquoi la contraction de l’utérus est plus douloureuse chez certaines que chez d’autres. L’hérédité est toutefois un facteur de risque. Il se peut en outre que le système ingénieux qui sous-tend le cycle ne soit pas encore bien réglé les premières années.

La supposition selon laquelle la douleur est en partie liée à l’acceptation des menstruations et de la fertilité n’a pas encore été suffisamment étudiée sur le plan scientifique.

Douleurs menstruelles secondaires


Ces douleurs menstruelles peuvent avoir plusieurs causes.

  • Un myome (ou fibrome) dans l’utérus
    S’accompagne souvent de saignements importants.
  • Une inflammation de la muqueuse de l’utérus ou des trompes
    Généralement accompagnée de fièvre et de sécrétions malodorantes et désagréables.
  • Des parties de muqueuse utérine qui se développent au mauvais endroit (ex. dans les trompes ou les ovaires)
    La muqueuse qui s’y développe chaque mois ne peut être évacuée et cause la douleur.
  • Déformations de cicatrices après une inflammation ou une opération au niveau du ventre
    Elles peuvent limiter la mobilité de l’utérus et rendre sa contraction plus difficile.
  • L’utilisation d’un stérilet comme contraceptif
    Durant les premiers mois d’utilisation du stérilet, les règles peuvent être plus longues et douloureuses avec des pertes de sang irrégulières. Ces plaintes se manifestent plus fréquemment avec les stérilets en cuivre qu’avec les stérilets hormonaux.
  • Stress

Un calendrier menstruel peut s’avérer utile pour en détecter la cause. Notez-y la date de vos règles, leur intensité et les douleurs ressenties, de même que d’éventuels autres symptômes comme les maux de tête.

Retour au sommaire

Que peut-on faire soi-même ?

Les symptômes et le vécu individuel diffèrent d’une personne à l’autre. Il n’est de ce fait pas toujours évident de trouver le remède adéquat.

La personne qui souffre de douleurs menstruelles sera la plus à même de déterminer comment les apaiser. Il vous faudra souvent tester et essayer plusieurs méthodes pour trouver la plus efficace.

Les possibilités de soulager soi-même la douleur sont très variées :

  • certaines femmes se sentent mieux après avoir bougé un peu (marche, vélo, exercice physique) ;
  • d’autres préfèrent se reposer ;
  • la chaleur peut apporter un certain soulagement : un coussin de noyaux de cerises, un bain chaud ou une bouillotte chaude sur le ventre ou contre le dos ;
  • un massage ou quelques exercices de décontraction pour le ventre et le dos permettent généralement d’estomper quelque peu les douleurs ;
  • certaines femmes ont moins mal après un orgasme ;
  • une alimentation saine est également importante. Faites la part belle au poisson, aux légumes, aux fruits et aux produits à base de céréales complètes et réduisez votre consommation de café, de thé, de sucre, de sel et d’alcool ;
  • arrêtez également de fumer.

Antidouleurs


Si la douleur est telle que vous ne la supportez plus, votre médecin ou votre pharmacien pourra vous conseiller un antidouleur. Un anti-inflammatoire non-stéroïdien, comme l’ibuprofen ou le naproxen, sera souvent le plus efficace dans ce cas. Lisez toujours attentivement la notice et ne dépassez pas la dose maximale et la durée recommandée.

Si vous ne supportez pas ce type de médicaments ou que vous ne pouvez pas en prendre, optez pour un médicament à base de paracétamol. Le paracétamol reste le premier choix pour vaincre la douleur, mais il s’avère moins efficace en cas de règles douloureuses. Il est de ce fait uniquement recommandé si vous ne pouvez pas prendre d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens.

L’acide acétylsalicylique, mieux connu sous le nom d’aspirine, n’est pas conseillé car il a tendance à fluidifier le sang.

Retour au sommaire

Quand consulter un médecin ?

Les douleurs menstruelles disparaissent d’elles-mêmes dans la majorité des cas.

Il peut toutefois s’avérer utile de consulter le médecin généraliste si :

  • la douleur est mal supportée et que les mesures mises en place ne permettent pas de la soulager ;
  • vos règles n’étaient pas douloureuses et qu’elles le deviennent brusquement ;
  • la douleur vous semble inhabituelle.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne - 19/07/2016

Voir aussi