AccueilMaladiesListe des maladies

Rhinopharyngite

La rhinopharyngite est une affection banale et fréquente due à un virus qui entraine une inflammation de la gorge et de la muqueuse du nez. Elle touche souvent les enfants avant que ceux-ci ne « fassent leur immunité ».

Qu'est-ce qu'une rhinopharyngite ?

Des éternuements, un nez qui se bouche ou qui coule mais, aussi, parfois, une gorge qui gratte ou qui fait un peu mal, un peu de fièvre et de toux, de la fatigue et de légers maux de tête : c'est probablement une rhinopharyngite. Tous ces symptômes, apparus graduellement, vont persister de quelques jours à une bonne semaine.

Aussi banale que fréquente, cette affection due à un virus entraîne une inflammation de la gorge et de la muqueuse du nez.

La rhinopharyngite n'est pas une grippe : l'intensité de certains de ses symptômes, comme la fièvre et le mal de tête, est moins grande.

Retour au sommaire

L'enfant, une proie privilégiée

Chez les enfants, la rhinopharyngite est la première cause de consultation chez le médecin traitant.

Maladie virale et contagieuse


Plus de 200 virus peuvent provoquer une rhinopharyngite. Extrêmement contagieux, ils se trouvent à l'origine d'épidémies qui surviennent surtout en hiver. Les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables à ces virus. En effet, ils n'ont pas encore développé de défenses immunitaires contre eux.

Les rhinopharyngites se propagent grâce aux particules émises lors d'un éternuement, ou lorsqu'on se mouche. Ces gouttelettes contenant des virus peuvent alors se trouver aussi sur les mains (non lavées) ou à la surface des objets. Les virus pénètrent par les muqueuses de la bouche, du nez ou des yeux. Les enfants sont en général contaminés par l'entourage familial, par les autres enfants de la crèche, à la garderie ou à l'école.

La répétition de rhinopharyngites est un phénomène habituel, y compris chez des enfants en bonne santé. Un peu comme un passage obligé en attendant que l'enfant « fasse son immunité ».

Retour au sommaire

Comment se sentir mieux ?

Il n'existe pas de vaccin contre les rhumes ou les rhinopharyngites. Les traitements proposés ont essentiellement pour objectif de soulager les symptômes. Dans une très grande majorité des cas, la rhinopharyngite évolue spontanément de manière favorable : elle guérit en quelques jours.

Quelques conseils


  • Le médecin indiquera s'il convient de faire baisser la fièvre. En effet, il ne faut pas oublier que la fièvre est avant tout un moyen de défense de l'organisme car les virus n'aiment pas les températures élevées.
  • Il conseillera également de nettoyer le nez des enfants avec un mouche-bébé (s'ils ne savent pas encore se moucher) et/ou avec du sérum physiologique au moins 3 fois par jour (tous deux en vente en pharmacie).
  • Les gouttes et médicaments décongestionnants pour le nez sont déconseillés chez l'enfant.
  • La toux n'est traitée que si elle devient trop fréquente, qu'elle épuise l'enfant et l'empêche de dormir.
  • Pas trop chaude, l'atmosphère ambiante (au moins celle de la chambre) devra être humidifiée, grâce à des récipients d'eau ou à des humidificateurs.
  • Il faudra veiller également à donner fréquemment à boire à l'enfant : il se déshydrate d'autant plus vite qu'il respire la bouche ouverte en raison d'un nez obstrué.
  • Chez les enfants de plus de 3 ans, certains sprays spéciaux peuvent éventuellement être utilisés contre le mal de gorge. Ceux de plus de 8 ans peuvent se soulager à l'aide de gargarismes.
  • Le tabagisme ambiant doit être évité.
  • De fréquents lavages des mains évitent la transmission des virus.
  • Le médecin sera consulté si, dès ses premiers mois, un bébé est toujours enrhumé, s'il régurgite sans cesse, s'il semble accablé ou s'il présente une fièvre supérieure à 38,5° pendant plusieurs jours.

Les pièges des rhinopharyngites


Il arrive cependant que l'enfant présente des complications. Par exemple, la fièvre persiste ou revient après les 48 premières heures. Parfois, l'inflammation locale due à la rhinopharyngite favorise une surinfection, due généralement à des bactéries. Le plus souvent, il s'agira d'une otite. Mais une bronchite, une laryngite et, plus rarement, une sinusite voire une pneumonie peuvent également se développer. Dans ce cas, le médecin traitant prescrira peut-être des antibiotiques.

Retour au sommaire

En collaboration avec www.mongeneraliste.be

Voir aussi