AccueilMaladiesListe des maladies

Rougeole

La rougeole est une maladie qui peut entrainer de sérieuses complications car elle entrave le système immunitaire de l'organisme. Autant s'en passer ! Alors faites vacciner votre nourrisson dès qu'il est temps.

Quels sont les symptômes de la rougeole ?

Dans un premier temps, les symptômes de la rougeole ressemblent à ceux d’une grippe. L’enfant tousse, son nez coule, il a la gorge rouge et, souvent, les yeux aussi, en raison d’une conjonctivite.

Puis, très rapidement, une forte fièvre apparaît (allant jusqu'à 39/40°C) alors que des plaques rouges recouvrent visage et corps et que le petit malade paraît généralement très accablé…

Même si l’on devine le diagnostic de rougeole, une consultation médicale s’impose.

Retour au sommaire

Que faut-il craindre de la rougeole ?

Cette maladie infectieuse contagieuse est provoquée par un virus. Après une incubation de 7 à 14 jours, il ne se contente pas d’infliger fièvre, toux et éruption cutanée. Un certain nombre de complications peuvent en découler.

La porte ouverte à d'autres infections


Le virus de la rougeole entrave le fonctionnement du système immunitaire - le système de défense - de l’organisme : d’autres infections, en particulier bactériennes, risquent de se développer chez l’enfant. Ainsi, des risques d’otite moyenne, de bronchite ou de pneumonie sont à craindre.

Mais ce que redoutent surtout les médecins, ce sont les convulsions et le danger d’encéphalite rougeoleuse, certes rare, mais qui peut mener à des séquelles irréversibles. Elles comprennent un retard mental, des paralysies, ou même le décès.

En quelques chiffres


  • En 2008, dans le monde, 164 000 décès ont été provoqués par la rougeole : il s’agissait en majorité d’enfants de moins de 5 ans, principalement dans les pays en voie de développement.
  • Entre 2000 et 2008, grâce à la vaccination, la mortalité due au virus de la rougeole a baissé de 78 % au niveau mondial.
  • Actuellement, dans un tiers des cas, en Belgique, le virus frappe des adolescents, plutôt que des enfants.

Retour au sommaire

La vaccination : une solution préventive

Une fois la maladie déclarée, aucun traitement spécifique ne peut être proposé contre la rougeole. Il est uniquement possible de soulager ses symptômes, de faire baisser la fièvre, sans oublier de donner régulièrement à boire à l’enfant.

La vaccination


Pour éviter cette maladie et les risques qui y sont liés, il existe cependant une solution préventive et gratuite : la vaccination. Le vaccin contre la rougeole est donné en même temps que celui contre la rubéole et les oreillons (vaccin RRO).

Les enfants qui sont vaccinés empêchent le virus de circuler et donc de contaminer - via leurs contacts - d’autres enfants. Indirectement, ils protègent donc leurs camarades chez qui la vaccination n’a pu être faite ou ceux chez qui le vaccin n’a pas d'effet (5% des cas).

Quand faire vacciner votre enfant ?


Pour protéger efficacement l’enfant, au moment opportun, les spécialistes recommandent de pratiquer l’injection de la première dose entre le 12e et le 13e mois. Une deuxième dose, destinée à renforcer l’immunité, est prévue vers 12 ans.

En cas de contact avec une personne infectée par le virus de la rougeole, une vaccination réalisée dans les 72 heures suivantes assure une protection.

Si, pour diverses raisons, la vaccination n’a pu être réalisée lors des moments prévus par le calendrier vaccinal, un rattrapage est possible (en médecine scolaire, généralement entre 5 et 7 ans pour la première dose et vers 14-15 ans pour la seconde).

Retour au sommaire

Une maladie en voie de disparition

En Belgique, on vaccine les enfants depuis 1985. Grâce à cet acte préventif, le nombre de malades et d’épidémies a très largement chuté.

Vers une vaccination pour tous


Cependant, une meilleure couverture vaccinale, c’est-à-dire la vaccination de plus de 95 % des enfants, permettrait d’éliminer la maladie chez nous et d’éloigner ses risques potentiels.

Effets secondaires de la vaccination


Le vaccin contre la rougeole fait parfois l’objet de rumeurs. On l’a occasionnellement accusé d’être responsable d’autisme ou du développement d’une maladie inflammatoire de l’intestin (la maladie de Crohn). Aucune étude scientifique n’a pu prouver de telles allégations.

On sait, en revanche, que cette vaccination peut entraîner quelques effets indésirables : une réaction locale (rougeur, douleur) à l'endroit de l’injection ou des symptômes atténués de rougeole 7 à 12 jours plus tard, avec des douleurs articulaires passagères.

Retour au sommaire

En collaboration avec www.mongeneraliste.be

Mes avantages