AccueilMaladiesListe des maladies

Somnambulisme

Le somnambulisme se manifeste toujours au cours de la phase de sommeil profond. Vous n'êtes pas totalement éveillé mais sortez de votre lit pour vous promener ou faire des choses. À ce moment-là, votre conscience est pour ainsi dire endormie. La marche et les actes posés sont donc incontrôlés. Dans la mesure où ce phénomène survient en phase de sommeil profond, vous n'en gardez en général aucun souvenir au réveil.

Le somnambulisme, c'est quoi ?

Le somnambulisme se manifeste généralement au cours de la première moitié de la nuit. Chez les enfants, cela peut même se produire au cours des deux premières heures suivant la mise au lit.

Il s'agit d'un phénomène fréquent. En effet, 17 % des enfants et 4 % des adultes sont concernés. Le somnambulisme se déclenche généralement pendant la jeunesse et touche principalement les enfants en âge de fréquenter l'école primaire.

Le somnambulisme lui-même est bénin. Toutefois, il convient de veiller à ce que le somnambule ne se blesse pas (ex. en cas de chute) ou ne pose pas d'actes dangereux.

Retour au sommaire

Quels sont les symptômes du somnambulisme ?

Dans certains cas, le somnambule se limite à marcher dans sa chambre et retourner ensuite se coucher.

Mais il peut également poser des actes complexes. Ceux-ci peuvent être innocents (ex. allumer le téléviseur ou manger quelque chose) mais aussi dangereux (ex. sortir du domicile ou préparer tout un repas). Le somnambule en crise court toujours le risque de trébucher ou de tomber dans l'escalier.

Retour au sommaire

Quelles sont les causes du somnambulisme ?

On constate que l'hérédité joue un rôle dans 65 % des cas de somnambulisme. Un enfant a beaucoup plus de chances de devenir somnambule si ses parents (ou l'un deux) le sont ou l'ont été durant leur jeunesse.

On observe en outre un certain nombre de facteurs déclenchants tels que :

  • le déficit de sommeil ;
  • la fièvre ;
  • le décalage horaire ;
  • le fait de dormir dans un environnement inconnu ;
  • les émotions fortes ;
  • le stress.

Chez les adultes, l'alcool, la caféine ou certains médicaments peuvent également déclencher le somnambulisme.

Retour au sommaire

Que peut-on faire soi-même ?

Lorsque vous êtes témoin d'une crise de somnambulisme, raccompagnez prudemment la personne jusqu'à son lit. Pour ce faire, il ne faut pas réveiller le somnambule. En effet, un réveil brusque risque d'effrayer celui-ci. Avant de se réveiller complètement, il pourrait s'enfuir ou se montrer agressif. Ne réveillez un somnambule que s'il est sur le point de faire des choses dangereuses et que vous n'arrivez pas à le ramener dans son lit de manière douce.

Essayez également d'éviter que le somnambule se blesse, par exemple en tombant ou en posant des actes dangereux. Si vous ou un membre de votre famille êtes ou est régulièrement sujet à des crises de somnambulisme, il est conseillé de prendre certaines précautions :

  • ne laissez pas votre enfant dormir sur un lit superposé ;
  • ne laissez pas de jouets traîner sur le sol de la chambre afin de prévenir tout risque de trébuchement ;
  • évitez les autres obstacles au sol, tels que des câbles ou un tapis ;
  • fermez les fenêtres de la chambre ainsi que la porte de rue à clé ;
  • sécurisez les escaliers.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne

Voir aussi