AccueilMaladiesListe des maladies

Troubles du sommeil liés au travail en pauses

Notre horloge biologique n'arrive pas à bien s'adapter lorsque les périodes de veille et de sommeil ne correspondent pas au rythme jour/nuit.

Il en va certainement ainsi pour les personnes qui :

  • travaillent par pauses en équipes de jour et de nuit ;
  • travaillent systématiquement la nuit.

Certains facteurs externes contribuent également à une moindre qualité du sommeil diurne. Il y a souvent trop de lumière, trop de bruit et trop d'activité domestique pour pouvoir bien dormir.

Quels en sont les symptômes ?

Dormir et être éveillé à des moments ne correspondant pas au rythme jour/nuit habituel se traduit en général par une moindre qualité de sommeil et une moindre vigilance en période de veille.

Les symptômes suivants peuvent alors survenir :

  • une insomnie aiguë ;
  • une fatigue diurne extrême ;
  • une vigilance amoindrie ;
  • des endormissements diurnes.

Ces symptômes génèrent un risque nettement plus élevé d'erreurs et d'accidents.

Le travail en équipe exerce également un effet négatif sur l'état de santé général. Vous encourez ainsi un risque accru de développer :

Retour au sommaire

Que peut-on faire soi-même ?

Lors de l'élaboration des horaires, il convient de tenir compte autant que possible de l'horloge biologique. Si vous avez des questions ou souhaitez des informations à ce sujet, adressez-vous à votre médecin du travail.

Conseils pour passer une meilleure nuit


  • Réajustez autant que possible votre horloge biologique en lui proposant des alternances de lumière-obscurité artificielles.
  • Faites une courte sieste d'environ une demi-heure avant votre service de nuit, ce qui vous permettra de demeurer vigilant plus longtemps pendant le travail.
  • Pendant les « heures les plus éveillées » (ex. au début du service de nuit), acquittez-vous des tâches qui exigent beaucoup de concentration et effectuez pendant les « heures les plus somnolentes » (par exemple en fin de service de nuit) les tâches qui requièrent un effort physique important.
  • Planifiez soigneusement vos pauses et repas de façon à ce qu'elles améliorent la qualité de vos prestations.
  • Pendant la seconde moitié de votre shift, faites de courtes pauses lors desquelles vous pouvez vous étirer les jambes et prendre une bouffée d'air frais. Cela peut aider à combattre la somnolence.
  • Assurez-vous toujours de disposer de suffisamment d'éclairage et d'une température agréable : ni trop basse, ni trop élevée. Une musique stimulante peut également contribuer à améliorer votre efficacité et votre vigilance.

La consommation de caféine au début de votre premier service de nuit peut exercer une influence positive sur votre humeur, vos prestations et votre vigilance.

Enfin, soyez particulièrement vigilant lors du retour en voiture vers votre domicile. Vous êtes vous-même fatigué et roulez à des heures où d'autres usagers sont eux aussi fatigués et affichent souvent un comportement routier inapproprié.

Retour au sommaire

Quand consulter un médecin ?

Vous avez toujours la possibilité de consulter votre médecin ou médecin du travail si vous avez des questions à propos du travail en équipes. Envisagez avec lui la meilleure façon d'aménager vos phases de sommeil.

Consultez en tous cas votre médecin si vous :

  • avez des difficultés à vous endormir pendant la journée durant les périodes où vous travaillez la nuit ;
  • présentez des symptômes de fatigue ou d’irritabilité excessive pendant le travail.

Vous pouvez également prendre rendez-vous avec votre médecin du travail pour discuter avec lui des symptômes liés à votre travail en équipe ou à votre service de nuit. Il pourra envisager avec vous les meilleures dispositions à prendre afin d'accroître votre efficacité au travail et décider s'il est justifié (et possible) de modifier votre horaire de travail.

Retour au sommaire

Direction médicale de la Mutualité chrétienne

Voir aussi